fil-educavox-color1

Article de Claire LECONTE initialement publié sur Prisme 

Le ministère a lancé ce qu’il a appelé la « réforme des rythmes sco­laires », en s’appuyant sur les travaux des chro­no­bio­lo­gistes, alors que tout chro­no­bio­lo­giste sait qu’on ne peut réformer des rythmes : ceux-​​ci doivent être syn­chro­nisés, ou ils peuvent être désyn­chro­nisés, mais cer­tai­nement pas réformés.
En revanche il semble important d’aménager les temps des enfants, parmi les­quels les temps sco­laires occupent un peu moins de 10% de leur temps total. D’où l’importance de construire un projet éducatif prenant en compte tous les temps col­lectifs des enfants, le construire de façon par­te­na­riale de façon à ce qu’une cohé­rence soit donnée à ces dif­fé­rents temps. C’est ce qui per­mettra aux enfants de per­cevoir une conti­nuité éducative à travers les dif­fé­rents temps dans les­quels il devra obli­ga­toi­rement passer au cours de sa journée et au cours de sa semaine.
 
En effet une réforme de cette impor­tance, s’appuyant sur la sup­pression de la semaine de 4 jours d’abord et avant tout pour résorber les dif­fi­cultés d’apprentissage chez les enfants actuel­lement en échecs ou en passe de l’être, peut-​​elle se contenter de demander aux ensei­gnants de rendre un cadre com­portant des cases vides à remplir plus tard ? Au lieu de demander à l’ensemble des acteurs d’abord un projet néces­sitant un cadre horaire particulier ?
 
En tant que pro­fesseur de psy­cho­logie de l’éducation, je sais à quel point il est important de consi­dérer l’enfant comme un être global et non comme une jux­ta­po­sition d’enfants dif­fé­rents, qui serait tantôt élève, tantôt enfant de sa famille, tantôt enfant du centre de loisirs ou de l’accueil péri­sco­laire. C’est aux adultes que revient la res­pon­sa­bilité de donner de la cohé­rence entre les struc­tures, les adultes et les lieux dif­fé­rents dans les­quels l’enfant devra aller. C’est à ce prix que son déve­lop­pement sera harmonieux.
 
D’ailleurs Jules Ferry, dans sa lettre aux ins­ti­tu­teurs (17 novembre 1882), écrivait : « il ne suffit pas que vos élèves aient compris et retenu vos leçons, il faut que leur caractère s’en res­sente ; ce n’est pas dans l’école, c’est surtout hors de l’école qu’on pourra juger ce qu’a valu votre ensei­gnement. ». (In Leconte, ibid., p. 147).
 
La « réforme » a été mise en place pour per­mettre d’améliorer les per­for­mances éduca­tives. Mais comme le dit un récent rapport de l’Inspection générale, « L’innovation ne pourra pas devenir un véri­table levier de ce chan­gement tant que la com­mu­nauté éducative dans son ensemble n’aura pas accepté l’idée d’une réno­vation en pro­fondeur des dis­po­sitifs tra­di­tionnels d’enseignement. ». Or les dis­po­sitifs d’enseignement ne peuvent évoluer que si on accepte de faire évoluer les temps dans les­quels ils s’inscrivent.
 
Est-​​on vraiment en train de réformer, avec ce qu’impose le ministère via le décret de janvier 2013 ?
 
Dernière modification le lundi, 30 mai 2016
An@é

L’association, à l’initiative de la création d’Educavox, en assure la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.