fil-educavox-color1

"Géopolitique d’Internet : Qui gouverne le Monde",
Internet, pour les utilisateurs que nous sommes pourrait s’apparenter à un espace de liberté.Cependant, il est au coeur des enjeux stratégiques pour les activités des pays, enjeux économiques et politiques et on peut s’interroger sur la place du citoyen et de son information.

 
Voici trois questions posées à David Fayon à l’occasion de la sortie du livre de "Géopolitique d’Internet : Qui gouverne le Monde", chez Economica. David Fayon

David Fayon est expert en technologies numériques et directeur de projets SI, auteur de Facebook, Twitter et les autres... et de Réseaux sociaux et entreprise : les bonnes pratiquesPearson et Web 2.0 et au-delà

  1. Craignez-vous la prise en main d’Internet par les gouvernements ?
La crainte est réelle. Elle constitue déjà une réalité chez les États autoritaires, que ce soit la Chine qui pratique le blocage et le filtrage – la censure étant qualifiée de « bouclier d’or » avec implication des autorités et des citoyens eux-mêmes, la Russie ou encore Cuba ou la Corée du Nord qui développent leur propre réseau et verrouillent leur communication.
Le risque est de voir une majorité d’États cybersurveillant dans les instances onusiennes comme l’Union Internationale des Télécoms. Celle-ci souhaite jouer un rôle plus important en matière de gouvernance d’Internet. Ceci pourrait constituer un nivellement par le bas avec une régression des droits des citoyens. Nous avons vu les âpres débats lors de la conférence mondiale sur les télécommunications internationales à Dubaï en décembre dernier pour le réexamen du Règlement des Télécommunications Internationales inchangé depuis 1988, soit bien avant le décollage d’Internet et l’explosion de ses usages. Néanmoins, cette cybersurveillance n’est pas le seul apanage des États totalitaires. La France avec Loppsi 2 ou Hadopi, qui ne résout en rien la question de la rémunération des acteurs des industries créatives, ou les États-Unis avec SOPA (Stop Online Privacy Act) et PIPA (Protect Intellectual Property Act) ne sont pas en reste.
Il est toutefois normal qu’Internet devenant stratégique pour l’ensemble des activités d’un pays les gouvernements souhaitent le contrôler. La question est plus celle d’un juste équilibre entre préservation des libertés individuelles des citoyens et contrôle des gouvernements par rapport au cyberterrorisme et autres menaces qu’il convient de juguler pour le bien des internautes eux-mêmes. Toutefois réguler un réseau qui ne connaît pas les frontières est une réelle difficulté : paradis fiscaux à Chypre, Gibraltar, etc., différence dans les approches relatives aux données entre l’Europe et les États-Unis (opt’in vs opt’out) et entre les régimes juridiques (Common law vs droit romain notamment), etc. 
 
2. Que pensez-vous de l’influence de GAFA (Google Apple Facebook Amazon) et de leur politique de Big Data sur notre liberté de choix ?

Ces acteurs, qui ont atteint rapidement la masse critique d’utilisateurs, sont devenus incontournables pour la majorité des internautes. Et la contrepartie de la gratuité d’un service alléchant est bien souvent l’exploitation des données – que les internautes eux-mêmes fournissent – à des fins commerciales. Ces acteurs, tous américains, arrivent chacun dans leur registre, à bâtir un écosystème autour d’eux, à s’avérer incontournables et à profiter de l’« intelligence de la multitude » qui constitue une grande partie de leur valeur
 
Nous aboutissons également à des modèles freemium avec des services basiques gratuits pour tous et des services enrichis payants pour quelques-uns pour financer les développements futurs (c’est le cas par exemple de LinkedIn et même de Google qui a une kyrielle d’applications gratuites pour l’internaute lambda mais qui sont payantes pour des usages massifs dans le cadre de l’entreprise, par ex. Google Maps). Dans ce contexte, les enjeux du Big data sont énormes car les données constituent des mines d’information pertinentes à exploiter pour les marketeurs. 
En outre en devenant hégémonique, nous assistons à un phénomène panurgique. Les internautes ont tendance à utiliser les applications qui sont utilisées par leurs amis et collègues. La taille critique de ces acteurs fait leur force et si l’on considère Amazon ou Facebook, la priorité a d’abord été de constituer une masse d’utilisateurs avant de se soucier de la rentabilité ou de la création de revenus additionnels.
La lutte de pouvoir s’effectue entre les acteurs économiques qui prennent actuellement le dessus auquel il convient de rajouter bon nombre d’acteurs asiatiques plutôt dans le domaine du matériel et du logiciel (par ex. Samsung Electronics) mais aussi les acteurs associatifs et de normalisation chacun dans un domaine de gouvernance spécifique (l’ICANN pour les noms de domaine, le W3C, l’UIT, etc.) qu’il ne faudrait pas occulter, les gouvernements et les internautes. 
3. Croyez-vous à une co-régulation citoyenne d’Internet ?

Il s’agit d’un corollaire des 4 scénarios évoqués dans le projet européen Towards a Future Internet : le pouvoir aux internautes. Ce scénario est l’un des plus souhaitables mais le plus utopique même si avec la structure même du réseau et le pouvoir en bout de chaîne, les internautes peuvent jouer un rôle. Nous l’avons vu par exemple avec le Printemps arabe, le mouvement Anonymous, WikiLeaks. 
Néanmoins les scénarios les plus probables sont le big brother commercial (avec l’influence grandissante des GAFA que vous citez – et d’autres) et la transition en douceur. Aussi il est nécessaire que le citoyen appréhende les principes fondateurs d’Internet : neutralité d’Internet mais aussi accessibilité, ouverture et interopérabilité. Et également le politique qui devra légiférer. Le nombre de parlementaires rompus au numérique est très faible dans notre pays, ce qui constitue un handicap sachant aussi que la croissance est tirée en grande partie par le numérique...
La table des matières :

Préface (Joël de Rosnay)
Introduction
Chapitre 1. Historique et notions fondamentales du numérique
Chapitre 2. De la géopolitique d’Internet
Chapitre 3. Des considérations techniques et politiques préalables
Chapitre 4. Les zones d’influence et les acteurs
Chapitre 5. Des enjeux économiques considérables
Chapitre 6. La transformation de la société avec Internet
Chapitre 7. Des menaces qui pèsent sur Internet
Chapitre 8. Eléments de prospective pour le réseau demain
Conclusion : et maintenant ? Et après ?
Postface (Michel Volle)
Glossaire
Annexes
Dernière modification le vendredi, 03 octobre 2014
An@é

L’association, à l’initiative de la création d’Educavox, en assure la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.