fil-educavox-color1

Un élève qui passe cette année son baccalauréat aura, durant sa scolarité, vu naître le « tchat », Wikipedia, Facebook, YouTube, Twitter, les tablettes tactiles… »
Ainsi commence le juste constat fait, sur le site du ministère consacré à la refondation à venir, qui engage à donner à l’école « une grande ambition pour le numérique ». Force est d’observer pourtant que, si les tablettes tactiles commencent maintenant à trouver peu à peu place dans les salles de classe, plus rarement dans les cartables, si de rares élèves ont pu utiliser Twitter en classe, de ci, de là, dans le cadre de certaines activités ou de certains apprentissages fondamentaux, si encore certains professeurs documentalistes ont pu, parfois, accompagner certains élèves à utiliser Wikipédia, encore plus rarement à y contribuer, les autres outils, massivement utilisées par les élèves, sont généralement honnis et bannis — une bonne censure technique permet d’éviter d’y réfléchir — pour de bon du monde de l’école.

L’école, les enseignements, les apprentissages, les programmes, les disciplines, les professeurs sont déjà largement à la traîne de la société, à la remorque aussi des usages personnels des jeunes. L’école est pourtant, c’est sa mission, censée préparer, ce qui nécessite une anticipation, ses élèves à trouver leur place dans une société résolument engagée dans le numérique.
Comment faire ? Les enjeux sont considérables, à cause du temps perdu, certes, mais aussi à cause du décalage et de l’incompréhension qui ne cessent de grandir.

Vincent Peillon déclarait à Ludovia, fin août dernier :

[Il faut] « préparer les jeunes, travailleurs de demain, citoyens de demain, hommes et femmes complets de demain, à la société dans laquelle ils vont vivre, qui est considérablement modifiée et qui peut être considérablement améliorée, du point de vue même des valeurs républicaines, par le numérique et par l’internet »

Il est donc nécessaire, je l’ai déjà dit, de changer — j’ai utilisé le mot « casser » dans un autre billet, mot qui m’a été reproché mais me paraissait plus adéquat — un grand nombre de choses : l’architecture et le mobilier, les temps d’enseignement, les modalités de ce dernier, les programmes, les champs interdisciplinaires et transdisciplinaires, l’évaluation, les examens, les postures…

Quand il s’agit de s’interroger sur l’échec patent du numérique et les retards accumulés, on avance souvent trois raisons : 
  • l’absence de matériel ;
  • l’absence de ressources ;
  • l’absence de formation.
Je ne vais pas m’attarder aujourd’hui à expliquer ici pourquoi les deux premiers points sont faux pour l’essentiel, différemment l’un de l’autre d’ailleurs. J’aurais l’occasion d’y revenir. Pour ce qui concerne les ressources, je me suis déjà exprimé à ce sujet  et . De leur côté, les problèmes matériels méritent un article à eux seuls.
Mais l’enjeu majeur est, sans aucun doute, de réussir la formation au numérique.

Les professeurs sont, selon l’enquête Profetic, 97 % à penser que le numérique est un facteur d’amélioration de leur enseignement. Pourquoi n’utilisent-ils pas alors plus souvent les outils ou démarches numériques en classe ?
La formation des professeurs est-elle insuffisante ?
Ces derniers constituent un des groupes socio-professionnels les plus outillés, à domicile, en matériel numérique et les plus avertis sur leurs usages. Leurs pratiques personnelles sont variées et souvent excellentes. Ils sont très nombreux à préparer leurs cours en utilisant des outils numériques et Internet. Ils savent se servir des sites professionnels d’échange et d’entraide et utilisent les moteurs de recherche et Wikipédia plus et mieux que leurs élèves.
La formation initiale qui a été fournie, depuis des années, aux jeunes professeurs est très insuffisante de ce point de vue. Il suffit de demander à ceux d’entre eux qui entraient dans le métier pour en être convaincus. Pressés par les programmes et les contingences pédagogiques générales, coincés dans les carcans disciplinaires, les formateurs universitaires n’ont que très rarement abordé l’intégration du numérique en classe, reproduisant en cela la formation qu’il avaient eux-mêmes subie quelques années auparavant. Pire, ils ont validé à la volée de supposées compétences acquises à travers la délivrance complaisante d’un C2i bâclé !
La formation académique continue qui leur a été proposée ensuite a manqué, ces dernières années, à la fois de bras et de moyens financiers et d’adéquation aux besoins. Si la situation est très différente d’une académie à l’autre du point de vue des moyens engagés pour accompagner l’effort des collectivités à déployer du matériel, il est possible pourtant d’observer des constantes :
  • une formation transversale à l’usage des outils trop technique et pas assez pédagogique (il est vrai que la tâche n’est guère aisée quand il s’agit de transversal) ;
  • une formation disciplinaire dépassée par les enjeux, conduite par des formateurs exclusivement technophiles (j’avais déjà évoqué le clientélisme de ces stages et la fascination pour la technique dans ce billet) ;
  • une absence quasi généralisée de massification de la formation en ligne, pourtant la seule à même de répondre à la demande (les raisons sont très nombreuses qui vont de la rigidité de la tutelle d’encadrement à l’absence d’expérience de certains formateurs académiques).
Je reviens donc à ma question initiale : pourquoi ces professeurs, si mal et peu formés mais pourtant si bien avertis, n’intègrent-ils pas plus le numérique dans leur enseignement ?
Qui peut les y inciter ? Sans doute, les premiers à le faire sont leurs propres élèves qui les incitent à utiliser les téléphones, à écrire en ligne, à utiliser Wikipédia, à publier… Il n’est pas un projet de conseil de la vie lycéenne, par exemple, qui n’intègre un volet numérique. Les collègues peuvent être aussi un fort levier d’encouragement aux usages numériques dans le cadre de projets collaboratifs ou simplement collectifs. Les parents, parfois, peuvent être aussi porteurs d’innovation numérique partagée.
De manière assez générale, les chefs d’établissement ont eux, par rapport au numérique, une attitude plutôt neutre. Plongés dans les contingences d’une informatique administrative sclérosante, ils sont nombreux à penser que le numérique pose plus de problèmes qu’il n’en résout. Mais, conscients du facteur innovant et valorisant du numérique pédagogique, ils se laissent aller parfois à accompagner voire favoriser l’émergence des projets.
Où sont alors les freins ?
Là encore, je ne fais que répéter et préciser des observations déjà faites par d’autres et des arguments avancés dans certains de mes billets ici-même. Les principales causes de l’échec du numérique pédagogique sont, à mon avis, à chercher du côté de l’encadrement, non seulement frileux et désengagé mais aussi souvent franchement hostile ou réfractaire. Sans impulsion de la hiérarchie, sans incitation ou encouragement à avancer, pourquoi se risquer ? Tant que faire une leçon avec des tablettes numériques ou un tableau interactif sera mal vu en inspection, on ne risque pas d’avancer. Je tiens à la disposition de ceux qui croient que j’exagère ou caricature les témoignages de collègues à qui c’est arrivé. Les exemples sont foison d’inspecteurs du second degré qui freinent des quatre fers pour intégrer la compétence 4, la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication, comme d’autres compétences transversales d’ailleurs, aux enseignements disciplinaires du collège, qui tardent aussi à mettre en place les dispositifs de formation en ligne des nouveaux et jeunes professeurs, leur préférant des réunions en grands groupes inutiles et ennuyeuses, qui s’avèrent incapables enfin d’animer en ligne un groupe d’enseignants comme une réflexion sur le sujet du numérique.
À la décharge des corps d’inspection, il est vrai qu’ils n’ont jamais reçu eux-mêmes des injonctions à mettre en œuvre une quelconque politique numérique institutionnelle volontariste. De même, ils n’ont que rarement, et encore cela concernait-il peu d’entre eux, pu être conviés à des moments de formation initiale ou continue sur le thème du numérique, à l’ESEN ou en académie. 
Pourquoi les professeurs feraient-ils des efforts si personne, du haut en bas de la hiérarchie, ne les incite à les faire ? Pourquoi innoveraient-ils quand se conformer à l’acte pédagogique traditionnel est toujours valorisé ?
Il va de soi que ce que je décris là souffre de nombreuses exceptions. Mais justement, ce sont des exceptions…
La priorité est donc, dans un premier temps, à la formation massive et systématique de l’encadrement, à tous les niveaux, des formateurs des masters universitaires, des chefs d’établissement et des inspecteurs du premier degré à l’inspection générale. Le numérique doit être, comme il l’est déjà dans de nombreux pays du nord de l’Europe, une constante de l’acte pédagogique, toutes disciplines confondues.
Il y a maintenant, en France, dans les académies et les Universités, suffisamment d’experts et de spécialistes de l’enseignement, de la formation, de l’accompagnement et de l’animation d’apprenants en ligne — je peux donner des noms, si besoin — pour prendre en charge la responsabilité partagée d’une plateforme complète, de répondre au cahier des charges de la formation en scénarisant des parcours adaptés, des premiers pas à l’évaluation.
Et puis il faut aussi diversifier et élargir l’offre de formation et former de nouveaux tuteurs…
Peut-être convient-il alors d’alterner les moments de formation théorique en ligne et les séances en présence d’un formateur, où il est possible de faire des exercices pratiques. Peut-être convient-il aussi, dans ces parcours, d’encourager les apprenants à la co-production et à la co-construction des savoirs à partager… Mais il convient assurément de travailler davantage au changement des attitudes et des postures qu’à l’acquisition de connaissances.
Pour l’encadrement, l’enjeu est de taille : changer complètement les vieilles méthodes de pilotage vertical, acquérir des compétences d’animateur de communauté en ligne, impulser l’innovation pédagogique, modifier profondément les méthodes d’évaluation. Pour tous et pour les enseignants en particulier, il s’agit de même de comprendre que le maître n’est plus le seul possesseur du savoir, que sa posture frontale a vécu, que sa place est maintenant aux côtés de l’élève pendant et hors le temps scolaire, que l’attention de l’élève est devenue une denrée rare qu’il faut préserver. Il s’agit aussi de comprendre que la reproduction, génération après génération, des actes et postures d’enseignement traditionnels n’a plus cours, que l’obligation d’innover et le changement sont consubstantiels d’une pédagogie moderne, en adéquation avec son temps.
Enfin, et ce n’est pas le plus simple, il convient de répondre à ces enjeux formidables en valorisant l’engagement dans la formation, tant pour l’encadrement pédagogique que pour les professeurs, de la manière qui conviendra au ministre. Mais, là encore, l’incitation doit être très forte. Il n’est pas possible de laisser de côté des personnels de l’administration, des inspecteurs, des professeurs réactionnaires ou simplement peu enthousiastes. De même — j’ai déjà évoqué cet aspect dans ce billet — il paraît possible de labelliser les écoles, collèges ou lycées vertueux et de modéliser et encourager ainsi les bonnes pratiques.
L’engagement de l’institution scolaire doit ainsi être complet et ne peut souffrir un quelconque retard. Avançons !
Michel Guillou @michelguillou
image
Crédit photo : Olga Díez (Caliope) via photopin cc
Dernière modification le jeudi, 02 octobre 2014
Guillou Michel

Naturaliste tombé dans le numérique et l’éducation aux médias... Consultant, observateur du numérique éducatif et des médias numériques. Conférencier.

Site internet : www.culture-numerique.fr/

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.