fil-educavox-color1

ISABELLE FEROC - DUMEZ est maîtresse de conférences à l'université de Poitiers et plus particulièrement au laboratoire Techne Elle est également directrice scientifique et pédagogique du CLEMI. Elle participe à la conférence Cultures Numériques Education aux Médias et à l'Information qui s'est tenu à l'IFE - ENS de Lyon.

Dans cet entretien elle apporte des précisions sur son intervention.

La loi sur la Refondation de l'école a introduit un nouvel enseignement celui de l'éducation aux médias et à la formation.

Comment mettre en place l'enseignement d'EMI ?

78 % des parents souhaitent des cours d'éducation aux médias en classe

Faut-il, dans l'emploi du temps des élèves, comme il existe des cours de mathématiques, de français ou d'anglais, placer des heures dévolues à l'EMÎ?

Certains pays ont fait ce choix affirmé ISABELLE Feroc DUMEZ qui ajoute : "En France on a choisi délibérément de voir l'éducation aux médias comme une compétence transversale qu'on peut retrouver dans toutes les disciplines." Et fait le parallèle avec d'autres enseignements comme l'informatique ou l'éducation morale et civique ?

Faciliter l'émergence de l'élève responsable et de l'élève chercheur ?

Quel peut être le rôle de l'Ecole avec l'EMI ?

L'école s'approprie et légitime les pratiques informationnelles des jeunes de façon très nouvelle. Il ne s'agit pas seulement d'aider techniquement à apprendre les multiples dispositifs disponibles.

L'école doit ajouter la raison a ces pratiques des jeunes en mettant en place de la réflexivité : se poser des questions, prendre de la distance, faire réfléchir.

Le métier d'élève est en évolution comme d'ailleurs celui de l'enseignant.

Il est important que le jeune sache s'informer dans l'infobésite de l'Internet en particulier. Mais qu'il puisse également informer ses pairs et apprendre d'eux. Les postures d'engagement que cela nécessite renvoient à leur responsabilité dans la vie de tous les jours et particulièrement dans leur vie Numérique. Cet apprentissage, cette prise de conscience relève bien de l'éducation aux médias a l'école.

Les parents et les enseignants fantasment-ils sur les pratiques des jeunes sur les réseaux sociaux ?

Leur opacité fait peur aux parents. On peut faire le parallèle avec le terrain vague d'antan. Et en fait rien n'a fondamentalement changé dans les pratiques des adolescents.

Il faut aller plus loin que cette dichotomie bons et mauvais usages affirme ISABELLE Feroc DUMEZ

Jardins secrets pour beaucoup, les pratiques limites de certains adolescents répondent selon la chercheure, a un besoin, qu'il s'agit d'accompagner plutôt que de juger en montrant que l'on peut faire autrement. Naviguer sur internet, ce n'est que du cabotage! Mais il ne faut pas laisser les pratiques informationnelles des jeunes s'appauvrir .

C'est le rôle de l'école d'élargir le champ des possibles

A-t-on progressé dans les solutions à mettre en place ?

Ce PNF a permis d'aller plus loin que la démarche autoprophétique du slogan "le Numérique va changer l'école" , en s'eloignant des questions des supports et en se recentrant sur les pratiques pédagogiques en EMI. Ce qui compte c'est que les élèves apprennent à s'informer et à informer.

On parle d'innovation. Mais de quoi s'agit il ?

L' innovation technologique, c'est tous les jours. L'innovation pédagogique, ce sont les pédagogies actives que le Numérique réactualise aujourd'hui.

L'innovation pour ISABELLE FEROC DUMEZ c'est aussi l'innovation sociale : le changement de posture de l'enseignant et des élèves dépasse toutes les autres formes d'innovation.

Car l'EMI n'est pas une fin en soi, c'est un moyen de développer des compétences de jugement critique et de citoyenneté pour améliorer le vivre ensemble.

Claude TRAN

Vice Président de l'An@é

Dernière modification le jeudi, 16 mars 2017
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc.
A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. 
Tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, il est aujourd’hui Vice Président de l’An@é co-fondatrice d'Educavox et membre du Comité de rédaction .