fil-educavox-color1

Un enjeu pédagogique et industriel. Entretien avec Michel PEREZ, IGEN - C’est un rapport particulièrement documenté qui a été remis le 24 septembre aux quatre ministres qui l’ont sollicité auprès des inspections générales de leurs ministères. La lettre de mission signée par Vincent PEILLON, Pierre MOSCOVICI, Arnaud MONTEBOURG et Fleur PELLERIN, conditionne le "développement du numérique dans la sphère éducative" à la "structuration de la filière industrielle du numérique éducatif" qui "tarde à émerger".
"Le rôle respectif des acteurs publics et des différents acteurs privés n’est pas stabilisé",affirment les ministres, qui ajoutent : "le marché reste peu structuré et probablement insuffisamment attractif pour inciter à un développement rapide de l’offre et donc d’une filière industrielle".

Or "le marché potentiel du numérique éducatif représente un volume considérable susceptible de contribuer au redressement productif et de créer des emplois dans un secteur stratégique pour le rayonnement de la France", précise encore cette lettre de mission.

Il s’agit donc en particulier de "déterminer les axes de développement de la transition numérique pour les acteurs de la filière pédagogique", et de "formuler des recommandations quant aux modèles économiques les plus pertinents à développer".

Il n’est pas fréquent qu’un rapport implique la collaboration des services de plusieurs ministères. C’est un peu ce qui fait l’originalité de ce travail collectif.
Ce sont près de 400 pages de rapport avec ses annexes qui ont été rédigés par une douzaine d’Inspecteurs généraux en quelques mois.
 
Sa lecture apporte de nombreuses informations utiles à la compréhension de la complexité et des enjeux du problème posé.

Il nous a semblé utile de donner la parole à Michel PEREZ, Inspecteur général de l’Education nationale, co-auteur de ce rapport et qui animait le groupe de l’Education Nationale.
L’intégralité de cet entretien sera publié sur Educavox en deux étapes.

Nous abordons dans cette première partie, les enjeux de la structuration de la filière du numérique éducatif.

Dans une deuxième partie Michel PEREZ évoque l’édition scolaire, les tablettes numériques, la Wi-fi et la création d’une nouvelle fonction, celle d’administration du parc informatique et du réseau dans les établissements
Un enjeu pédagogique et industriel

De plus en plus, l’éducation devient une activité commerciale mondiale. Le gros gâteau mondial du e-learning est par exemple évalué à 91 milliards de dollars, avec une perspective de croissance annuelle de + 23 % d’ici à 2017. Des analystes misent sur une multiplication par 15, à l’horizon de dix ans, de ce segment. Pourquoi cette filière est-elle stratégique pour la France ? Peut-elle être créatrice d’emplois ? Quels sont les atouts principaux dont la France dispose ?

Le rapport énumère toutefois un certain nombre de freins :
  • Juridiques avec la question du droit d’auteur dans le monde du numérique et de la protection des données personnelles
  • Techniques avec le problème des infrastructures et des équipements qui dénotent une situation très inégale voire hétéroclite.
 
Mais pourquoi y a t il des freins d’ordre pédagogique et particulièrement de gouvernance ? N’y a t il pas là un véritable problème dont l’Etat porte la responsabilité ?
 
Le rapport formule 10 préconisations principales déclinées en 27 propositions.
Certains voient dans les deux premières, la mise en œuvre d’une gouvernance renforcée et la structuration d’une demande publique autour d’une conférence des financeurs, le "retour d’une forme de colbertisme" qui s’oppose aux velléités décentralisatrices des collectivités territoriales. Que répondre à ces craintes ?

Le rapport propose la "création d’un service public d’indexation des ressources existantes via leurs métadonnées et d’un portail général pour donner de la lisibilité à l’offre". Or, la stimulation de la créativité et de l’innovation, portée par de nombreux acteurs du système éducatif et en particulier par les enseignants, très attachés à leur liberté pédagogique, est essentielle au renouvellement de la ressource. Est-ce compatible avec un portail institutionnel ?

Michel PEREZ répond sans ambages à chacune de ces questions.

Claude TRAN

Dernière modification le lundi, 10 novembre 2014
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc.
A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. 
Tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, il est aujourd’hui Vice Président de l’An@é co-fondatrice d'Educavox et membre du Comité de rédaction .

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.