fil-educavox-color1

N'avez vous pas eu le même désir que moi en découvrant la version béta de PIX ? C'est la future plateforme d'évaluation et de certification des compétences numériques de chacun,  lancée le ministère de l'Education Nationale avec deux autres services numériques innovants.

Je suis entré sur la plateforme et j'ai expérimenté les quatre tests composés de 71 épreuves sur les quatre domaines de compétences déjà proposés que sont : informations et données, communication et collaboration, création de contenus, protection et sécurité s'inspirant du cadre de référence européen DIGCOMP.

Pour chacun d'eux auquel s'ajoutera un cinquième domaine, Environnement numérique, les épreuves évaluent, sur huit niveaux, des connaissance mais également et c'est bien là la nouveauté, des savoirs faire et la capacité à identifier les enjeux du numérique.

 

 

Des modalités d'évaluation très innovantes

Traditionnellement les QCM sont l'apanage de l'évaluation en ligne.

PIX dépasse ce cadre en privilégiant la mesure in vivo de compétences à partir d'activités réalisées dans leur environnement numérique réel : interactions , manipulations de fichiers, résolutions de problèmes, productions créatives, et même évaluation par les pairs.

 Capture décran 2016 11 20 à 13.13.40


Ainsi, la vérification de la maîtrise du tri dans un tableur se fait grâce à l'exercice de la « courgette » : le testeur est invité a charger un fichier contenant un tableau affichant la taille des populations des 419 villes de l'Ain. L'exercice propose de trier le tableau pour que les villes les plus peuplées soient en haut. Et afin de contrôler la réussite du test, de reporter les 9 premières lettres de la colonne D. Le testeur qui maitrise ce savoir faire découvre alors le mot «courgette».

 

Capture décran 2016 11 20 à 14.39.52

 

Dans un autre exercice il est demandé au testeur de rechercher les erreurs introduites le 23 mars 2016 à 01h21, par le contributeur Og madness dans la page Wikipédia d'Albert Einstein.

Ce qui suppose bien sûr que le testeur connait la nature de cette « Encyclopédie libre » dont la spécificité réside dans le fait qu'elle est participative et rédigée "grâce à la coopération de tout individu considérant qu'il détient un savoir sur un sujet donné et qu'il est capable d'en rendre compte clairement".

Mais le testeur doit, pour accéder à la réponse à la question, savoir où se trouve sur le site de Wikipédia l'historique de ces contributions pour trouver celle d'Og madnes du 23 mars 2016 à 01h21.

  • Ces modalités d'évaluation très innovantes et en temps réel constituent un progrès considérable car chaque question permet tout autant de s'évaluer que d'apprendre à savoir.
  • Il s'agit bien d'apprendre en se testant sous la forme de défis à relever au cours desquels on développe ses compétences

Se former et valoriser ses compétences numériques

Par ailleurs PIX, en s'appuyant sur les résultats des épreuves, offrira également des recommandations ciblées de formation.
Enfin pour témoigner des progrès, les utilisateurs disposeront d'un compte personnel sécurisé qui leur permettra de faire valoir leurs nouveaux acquis à leur rythme tout au long de leur vie sous forme de points sur un total de 1024 pix ( un clin d'oeil à l'algèbre booléenne à la base de l'électronique numérique qui utilise le système binaire (base 2 ) avec 0 et 1 où 1024 = 2 puissance 10)


Enfin, PIX proposera de manière optionnelle un mode certifiant permettant d'obtenir une certification officielle fiable et reconnue par l'Education Nationale, renseignement supérieur et le monde professionnel .
Ce test complémentaire nécessitera dans un premier temps , une passation en présentiez dans des centres âgées par PIX : collèges , lycées, établissements d'enseignement supérieur, structures partenaires. Des solutions de passation à distance seront étudiées par la suite à destination des professionnels.
Exit donc le Brevet Informatique et Internet (B2i) et à la Certification Informatique et Internet (C2i) qui laissera la place à la plateforme PIX à la rentrée scolaire 2017-2018. Ce service public sera alors accessible gratuitement à tous les collégiens (dès la 4ème), lycéens, étudiants mais aussi professionnels citoyens.

Il s'agit, pour « l'administration de l'Education nationale, loin d'un certain nombre de clichés , sur sa pesanteur, sa capacité à innover, de faire la preuve qu'elle est capable de changer, d'évoluer, de s'améliorer grâce au numérique ».

On ne peut pas, affirme la ministre, « simplement attendre des établissements, des équipes pédagogiques, de la communauté éducative, qu'elle veuille bien évoluer, changer avec le numérique. »

Pari sur l'avenir donc pour une administration dont la structure traditionnelle en silo ne peut que gagner des transversalités et des démarches participatives que le numérique facilite.

Claude TRAN
Proviseur honoraire
Vice Président de l'An@é

Dernière modification le lundi, 16 janvier 2017
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.