fil-educavox-color1

Si l'école numérique n'existe pas encore sur tout le territoire elle se construit progressivement grâce à toutes celles et ceux qui dans les établissements participent activement à sa construction.

C'est bien sur le terrain des classes, des salles de professeurs, des conseils pédagogiques, des comités de pilotage du numérique, des établissements scolaires, que se construit progressivement cette nouvelle professionnalité des enseignants rendue nécessaire par l'intrusion du numérique dans la société.
L'évidence des bénéfices du numérique et une pratique intégrée au quotidien convainc chaque année un nombre croissant de professeurs (enquête PROFETIC 2015)

Si les plus forts usages quotidiens du numérique par les enseignants en établissement concernent des tâches de suivi de la vie de la classe ou de l'élève, la préparation systématique des cours avec le numérique se généralise progressivement. Toutefois, les exploitations plus novatrices peinent encore à décoller (évaluation des élèves, devoirs à la maison nécessitant l'usage d'un ordinateur ...).

Tout cela bouscule considérablement des pratiques frontales encore de mise en collège et en lycée et dont on sait aujourd'hui d'une part qu'elles sont la reproduction de celles vécues par les enseignants lorsqu'ils étaient élèves d'autre part qu'elles ne sont plus adaptées à la grande majorité des élèves .


Les attentes des élèves ont changé.

Comme d'ailleurs celles des adultes aujourd'hui qui exigent des corps intermédiaires écoute, partage et efficacité. Nos médecins, nos avocats, nos banquiers, nos supérieurs hiérarchiques, nos élus... nous assènent des « vérités » que l'on met de plus en plus en débat et pour cela le Web constitue un outil remarquable. Les jeunes ne veulent plus être passifs dans leurs apprentissages; « ils considèrent que ce qu'on leur demande en cours, écouter et noter, sont des activités trop éloignées de leur vie. » écrit Marilyne BAUMARD

Certes les savoirs restent essentiels mais l'école doit avant tout apprendre ce qui libère - l'esprit critique, le raisonnement, l'argumentation, la résolution de problèmes complexes, la capacité d'adaptation- et ce qui unit - les compétences de collaboration, d'échange, de partage, d'entraide, de citoyenneté numérique - précise Catherine BECCHETTI BIZOT reprenant à son compte la formule d'Olivier REBOUL

Dans l'école des apprentissages qui se substitue à l'école des savoirs, l'enseignant ne peut plus appuyer son autorité sur le fondement des savoirs qu'il transmet. Et cela constitue en soi une véritable révolution.

Ces changements fondamentaux ne peuvent pas s'imposer et demandent du temps d'appropriation et un accompagnement.

L'institution est à cet égard très prudente en souhaitant plutôt convaincre que contraindre comme certains le souhaiteraient .

Ainsi Claudio CIMELLI lors du séminaire sur le collège numérique à Marseille incite au « lâcher prise des cadres par rapport aux enseignants sur leur capacité à expérimenter voire de se tromper, et en se trompant d'être capable de rebondir et de proposer de nouvelles situations » .
Pas de généralisation imposée du numérique donc mais il s'agit de « proposer le numérique pour que les équipes pédagogiques s'en saisissent » ;

en clair faciliter le bottom up !

Même si certains vont vers le numérique avec le souci du pédagogique , d'autres réinventent le pédagogique grâce au numérique.

La première des préoccupations des enseignants est bien pédagogique :

Comment susciter l'intérêt des élèves et permettre à chacun d'eux d'apprendre et de progresser dans les apprentissages ?

Comment faire acquérir méthode et autonomie ?

Comment personnaliser les apprentissages?

Comment rendre un cours plus attractif?

Comment diversifier une pratique ?

Pierre MATHIEU, directeur de l'Atelier Canopé de la Corrèze, chef du projet Canoprof et Christophe RHEIN chargé du développement technique du projet sont avant tout des enseignants de terrain, proches des collègues professeurs de collège, engagés dans la construction de cette école numérique prévue par la loi de 2013.

Ils ont conçu CANOPROF, un service d'aide pour produire et publier vers les élèves, voire les collègues, des ressources scénarisées pour la classe.

 

 
Proposé à la rentrée scolaire 2016 par CANOPE, ce nouvel outil promeut auprès des enseignants des pratiques de « scénarisation pédagogique utilisant matériels et ressources, par essence transmédias ». Il s'agit d'une chaîne éditoriale gratuite pour le primaire et le secondaire qui s'appuie sur la suite logicielle Scénari .

Issue d'un projet de recherche né à l'Université de Technologie de Compiègne en 1999 et devenue open source en 2005, la suite logicielle Scenari est soutenue par une association loi 1901, l'association Scenari, fondée en août 2013.

Xavier HENNEQUIN est directeur de projets à la société KELIS qui édite la suite logicielle Scenari utilisée par Canoprof, service de production et d'édition de ressources numériques scénarisées pour la classe.

 

Les enseignants vont maintenant trouver les ressources et les services leur permettant de les personnaliser, de les scénariser et éventuellement de les partager.

Le problème du matériel et des infrastructures reste toutefois une préoccupation majeure. C'est en particulier le cas dans le premier degré ou l'enquête PROFETIC 2015 révèle que moins d'un enseignant sur deux estime accéder facilement à l'équipement "minimum" en classe (ordinateur et matériel pour projeter).
Dans le second degré 53% des enseignants estiment que leurs élèves accèdent facilement à un ordinateur dans l'établissement. Ce qui révèle malgré tout une réelle insuffisance.
Pour que le l'école numérique devienne une réalité sur l'ensemble du territoire, les efforts d'équipement doivent donc être poursuivis.

Claude TRAN
Vice Président de l'An@é

Dernière modification le mercredi, 29 juin 2016
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, consultant.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.