fil-educavox-color1

Pour donner aux jeunes la maitrise de leur vie numérique, de nombreux partenaires se mobilisent dans le programme du « Safer Internet Day »

Le « Safer Internet Day » est un événement mondial annuel célébré au mois de février dans plus de 100 pays. Initié par la Commission européenne pour promouvoir un Internet meilleur auprès des jeunes, leurs parents et la communauté éducative, il a dépassé les frontières de l'Europe pour devenir au fil des ans un rendez-vous incontournable en matière d'éducation au numérique et de e-sécurité.
Cette année encore, dans 30 pays, l'Europe s'est mobilisée en faveur d'un « Internet plus sûr et responsable et des usages numériques plus riches et créatifs. »

En France, le programme national de sensibilisation aux risques et enjeux de l'Internet, placé sous l'égide de la Délégation aux Usages de l'Internet a mobilisé les communautés éducatives dans 350 ateliers organisés sur tout le territoire.Ce sont quelques 17 000 élèves qui ont ainsi été sensibilisés à la citoyenneté numérique et au cyberharcèlement à travers les ressources mises à disposition par Tralalère, l'opérateur d'Internet Sans Crainte.

TRALALERE, pionnier en pédagogie éducative interactive

Créée en 2000 par des pionniers du multimédia éducatif et des experts en ingénierie pédagogique, Tralalere produit des contenus variés et originaux (Serious Games, plateformes web, eBooks, kits pédagogiques, jeux interactifs, dispositifs muséographiques, documents de sensibilisation, films d'animation, applications mobiles...
Partenaire sur de nombreux projets d'acteurs de l'éducation formelle (Ministère de l'Education nationale, académies, rectorats, Canopé..) et informelle (Ligue de l'Enseignement, Cemea, Francas...), Tralalere a su développer une expertise reconnue et fait figure de référence dans le paysage du numérique éducatif français.

Fondée et présidée par Déborah ELALOUF, cette entreprise française s'est en particulier imposée dans le paysage des productions de programmes numériques de sensibilisation des enfants de 7 à 12 ans, avec en particulier les 70 vidéos VINZ et LOU.

Ces dessins animés créés dès 2006, mettent en scène les aventures décalées d'un grand frère un peu casse-cou et de sa petite sœur qui adore l'énerver en posant les bonnes questions. Ces programmes permettent d'aborder les grands enjeux citoyens avec humour, sur les 8 thèmatiques que sont la violence, l'alimentation, l'environnement, l'internet, fille/garçon, l'électricité, la citoyenneté, le handicap .

Ces ressources sont complétées par des parcours pédagogiques guidés qui permettent d'animer des ateliers clés en main, lors d'activités péri-éducatives, ou même en classe par l'enseignant.

La vidéo agit comme un véritable déclencheur de parole : elle permet par le biais de l'humour d'aborder des sujets plus sérieux. L'animateur de l'atelier peut alors, dans une phase de décryptage, grâce à des questions clés, exploiter la multitude de messages véhiculés dans la vidéo. La fiche pédagogique donne des points de relance pour animer le débat. Un outil de prise de notes et de carte mentale est proposé pour noter les réponses des élèves. Enfin, la démarche pédagogique permet à chaque élève de se positionner, lui, individuellement face à la problématique abordée et ensuite de construire collectivement les quelques messages primordiaux à retenir de la séance.

Le Safer Internet Day, un collectif de partenaires

Tout un ensemble de partenaires sont mobilisés durant le mois de février pour des actions conjointes d'éducation pour un internet plus sûr et responsable.

C'est la Ligue de l'enseignement qui mobilise les volontaires du service civique pour mener des ateliers de sensibilisation pendant tout le mois du Safer Internet Day avec des actions s'inscrivant dans le cadre du programme « les D-Codeurs » et lance à cette occasion son programme de formation d'ambassadeurs.

C'est le CLEMI, Centre pour l'éducation aux médias et à l'information qui met le développement de la citoyenneté numérique au centre de ses préoccupations et à la disposition de tous, des ressources pédagogiques sur le thème de la citoyenneté numérique et notamment des données personnelles, thématique mise en avant cette année pour le Safer Internet Day.

C'est la CNIL, la Commission Nationale de l'Informatique et des libertés qui s'engage auprès d'Internet Sans Crainte pour un Internet éthique. L'autorité a conçu un référentiel de formation des élèves consacré à la protection des données, qui a vocation à être utilisé dans le cadre des programmes scolaires et vise à la formation de citoyens numériques responsables de leurs données et respecteux de celles des autres.

Avec la MAE, la FCPE, la PEEP, la MGEN, la CNAF, de nombreux autres partenaires ont ainsi apporté leur concours à ce programme national.

Le lancement du Safer Internet Day

 

C'est au ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, que la ministre, Internet Sans Crainte et ses partenaires du programme Safer Internet France ainsi que les acteurs du numérique et de l'éducation ont lancé le Safer Internet Day 2017, mardi 7 février.

A cette occasion Najat VALLAUD BELKACEM a participé à un atelier de sensibilisation aux enjeux des données personnelles et au cyber-harcèlement animé par l'association deci-dela ( association qui se donne pour objectifs de susciter la curiosité des enfants, encourager la découverte des autres cultures et éveiller à la citoyenneté).

Une dizaine d'enfants de CM2 ont, dans cet atelier, utilisé le parcours numérique VINZ et LOU crée par Tralalère, qui permet d'aborder la question du cyberharcèlement et de sensibiliser les enfants à la responsabilité de leurs actes.

La ministre a ensuite présidé une table-ronde avec les partenaires de la journée pour un meilleur Internet et de la lutte contre le cyber-harcèlement.

Claude TRAN
Vice Président de l'An@é

Dernière modification le lundi, 12 juin 2017
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, consultant.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.