fil-educavox-color1

Nicolas Vauzelle lors des journées de Ruralitic, décrit le dispositif "Espace numérique sud Charente"qui propose depuis 2007 des animations numériques dans le Pays Sud Charente, zone rurale de 35 000 habitants. Comment le projet s’est-il mis en place ? Quelles sont les actions menées pour le jeune public ?
Genèse et amorce du projet
L’Espace Numérique du Sud Charente est à la fois composé d’une salle fixe, initialement l’espace multimédia du Montmorélien (EP3M) et d’un bus, l’Esp@ce mobile. Il est animé par 3 salariés à temps plein.
 
L’EP3M a été créé dans le cadre de l’ouverture des collèges vers la population et de la mutualisation des moyens.
A titre expérimental, en accord avec l’Inspection Académique et le Conseil Général de la Charente, l’EPN a été mis en place en septembre 2007 à l’intérieur du collège Antoine Delafont de Montmoreau Saint Cybard. Il fonctionne pendant et hors temps scolaire et est ouvert à l’ensemble de la population. Il est situé dans une salle créée à cet effet dans le hall d’entrée du collège. L’EP3M est une section de l’Amicale jeunesse de Montmoreau, association loi 1901.
 
L’EP3M initie aux outils numériques toutes les personnes qui le désirent. En tant qu’espace régional Netpublic, il est habilité à délivrer le Passeport Internet Multimédia (PIM) ainsi que le B2i adultes.
Ce premier projet a été financé par différents partenaires : le Conseil Régional Poitou-Charentes, le Conseil Général de la Charente, la Communauté de Communes du Montmorélien, la commune de Montmoreau et l’Education Nationale par le biais du collège (travaux, maintenance, viabilisation, co-responsable du projet).
En raison du succès de la structure et afin d’élargir la zone d’interventions, il a été décidé de mettre en place une salle de formations itinérante, l’Esp@ce mobile, totalement autonome en connexion Internet et tout équipé en numérique.
 
Le bus stationne sur des places de villages, à proximité d’équipements communaux, intercommunaux ou départementaux (mairies, maisons de l’emploi, maisons des solidarités, relais de services publics), et des chantiers d’insertion.
Depuis 2014, la structure s’appelle l’Espace numérique du Sud Charente (ENSC).
Enjeux : la lutte contre la fracture numérique et l’isolement en zone rurale
La fracture numérique est principalement liée, aujourd’hui, à la difficulté qu’ont certaines personnes à accéder aux outils numériques et à s’en servir. Le plus souvent par peur de mal faire ou par méconnaissance, nombreux sont ceux qui n’osent pas « se lancer » à utiliser internet, ou qui se trouvent découragés par la complexité des outils. Des lieux existent, pour apprendre à utiliser un ordinateur connecté, mais ils sont peu accessibles en zone rurale.
 
Le pari pris par l’Espace numérique du Sud Charente est d’aller au devant des habitants du Sud Charente, vers les communes isolées, les chantiers d’insertion, les personnes handicapées, les demandeurs d’emploi ou bénéficiaires du RSA qui viennent à la Maison des Solidarités et y trouvent le bus dans la cours, vers les enfants dont les écoles ne sont pas équipées ou mènent des projets avec l’usage du numérique.
 Aller vers les personnes, se faire connaître, c’est la première condition du succès. Vient ensuite le talent des animateurs, qui permet aux personnes d’acquérir des compétences nouvelles, de créer des liens et de prendre confiance. Dans ce territoire rural en voie de désertification, le bus amène une technologie de pointe, un nouvel équipement : une salle de formation ambulante et connectée.Elle permet à plus de 200 habitants par saison de s’initier aux outils numériques et de devenir plus autonomes, à la fois pour leur usage personnel et dans leurs relations professionnelles ou administratives.
 
Au-delà de la formation au numérique, l’Espace numérique du Sud Charente a un rôle de « développement local ». La structure développe des projets qui mettent en valeur le patrimoine local, via des reportages photos ou vidéos réalisés par les habitants. L’été, le bus participe à l’ animation d’événements locaux et intervient dans les centres de loisirs. Il participe également à des projets innovants tels que l’usage des tablettes chez les seniors ou encore la mise en place d’un portail interactif facilitant la mobilité sur le territoire. Il impulse des projets numériques grâce à son expertise et aux partenariats qu’il a su créer. Il est identifié comme laboratoire des usages (living lab) : les adhérents testent de nouvelles applications ou services du numérique en lien avec les entreprises qui les développent et des laboratoires de recherche qui analysent les effets.
 
Au niveau local, le bus de l’Espace Numérique Sud Charente est un élément fédérateur : des liens sociaux se créent dans les ateliers grand publics et les adhérents participent à la vie de la structure. La dimension relationnelle est très importante dans ce milieu rural où peu de services sont présents.
 
Le projet vise tous les habitants du Sud Charente ayant besoin d’acquérir des compétences numériques. Il s’agit majoritairement de personnes retraitées, mais ausside travailleurs, dedemandeurs d’emploi, de salariés en insertion, d’enfants, de femmes et d’hommes souhaitant améliorer leurs pratiques personnelles ou professionnelles de l’internet, de la photo et de la vidéo.
 
Les actions auprès des jeunes
Dés la création de la salle fixe en 2007, en contre-partie d’une subvention de la CDC dans le cadre ducontrat local d’animations, l’accés était gratuit hors vacances scolaires pour le jeune public.
Le fait que la structure ait ses locaux intégrés dans un établissement scolaire a tout naturellement favorisé l’émergence d’ateliers numériques pour les collégiens mais également pour les écoles primaires de Montmoreau, attenante au collège.
Les jeunes du centre de loisirs bénéficient également d’ateliers numériques ludiques.
 
La mise en place de l’Espace mobile en 2010 a permis d’étendre les actions dans d’autres écoles du territoire. L’ENSC intervient sur des projets ciblés tels que la création d’un journal scolaire ou encore la réalisation d’une vidéo sur le patrimoine local. Ces interventions se font pendant le temps scolaire, en lien avec l’animateur TICE de circonscription.
 
L’ENSC propose également du prêt de matériels (tablettes, appareils photos, camescopes) pour les écoles qui en font la demande. Cela permet ainsi aux enseignants d’expérimenter l’utilisation de matériels avant d’en demander l’investissement par la collectivité.
Pendant les vacances scolaires, l’ENSC intervient dans les centres de loisirs du territoire ou encore dans le cadre de l’Eté actif.
 
La réforme des rythmes scolaires, mise en place dans le territoire à la rentrée scolaire 2014-2015, a été l’occasion pour la structure de conventionner avec les deux communautés de communes des 4B et de Tude et Dronne sur des actions numériques pour la jeunesse. L’ENSC est financé pour intervenir 16 h par semaine dans les écoles du territoire ainsi que dans les centres de loisirs, ce qui lui permet de poursuivre ses autres actions (ateliers grand public, en résidence de retraite …) grâce à d’autres financements (Département, Région, Etat, Mécénat …).
 
Les activités numériques développées ont pour objectif de rendre l’élève acteur de son territoire, par la mise en valeur du patrimoine local ou encore par des ateliers interview d’habitants du territoire. Les jeunes utilisent alors les connaissances acquises en classe pour produire du numérique et développent des compétences du B2i, notamment en ce qui concerne l’Internet responsable (droit à l’image, outils de communication …).
 
Au niveau du collège, l’ENSC coordonne pour l’année scolaire 2014-2015 un projet intitulé « S’ouvrir pour réussir ». Il se déroule dans quatre collèges ruraux : Blanzac, Barbezieux, Montmoreau et Villebois. Cette action vise à motiver des élèves en voie de décrochage scolaire ou qui ne donnent pas de sens à leurs études et de les sensibiliser à la mobilité. Une demi-journée par semaine, les élèves seront formés aux techniques vidéo afin de réaliser des captations vidéos lors de sorties. Ils iront à la rencontre d’acteurs locaux du territoire (élus, habitants, acteurs de la mobilité) et se rendront également dans des lycées, des entreprises, des lieux culturels et des services publics. Parallèlement à cette action, les enseignants des établissements pourront participer à des formations proposées au plan académique de formations sur la prise en charge d’élèves décrocheurs.
 
Dans le cadre de la sensibilisation à l’identé numérique et à l’Internet responsable, l’ENSC intervient dans les établissements scolaires qui en font la demande. L’intervention insiste bien sur tous les atouts que peut représenter le numérique, après avoir expliqué le modèle économique d’Internet et les règles de savoir-être à respecter, sous peine de sanctions.
 
Nicolas Vauzelle
 
Pour en savoir plus  : 
• Site de l’ENSC : http://espace-mobile.org/
• Site jeunesse de l’ENSC : http://www.jeunes.ep3m.fr
• Site jeunesse e-motivation : http://www.jeunes.ep3m.fr/category/e-remotivation/
• Prezi sur le projet s’ouvrir pour réussir : http://prezi.com/wk3mpjkntcqb/projet-souvrir-pour-reussir/
• Exemple d’interventions sur Internet responsable et identité numérique :http://www.jeunes.ep3m.fr/identite-numerique/comment-fonctionne-internet/
Dernière modification le mardi, 07 octobre 2014
An@é

L’association, à l’initiative de la création d’Educavox, en assure la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.