fil-educavox-color1

L‘intérêt que l‘école revêt dans cette campagne électorale est inversement proportionnel aux réactions épidermiques qu’elle déclenche à chaque changement de virgule dans les programmes scolaires, publication des classements internationaux alarmistes, disparition suspecte d’accent circonflexe dans la grammaire française … sans parler de la notion de prédicat qui a suscité beaucoup de réactions hostiles.

Nous subissons ainsi des polémiques stériles comme si  notre école sonnait le glas de notre civilisation, oubliant au passage qu’elle peut être aussi un puissant levier d’évolution collective !

Ecouter le podcast:

Rappelons ici que l’institution scolaire s’est construite d’abord et avant tout pour soutenir et perpétuer le régime républicain émergent et non sur la capacité d’émancipation du peuple comme nous le croyons trop souvent.

Cette tension traverse l’histoire de l’éducation qui se traduit entre autre aujourd’hui par la reproduction des inégalités sociales que l’école amplifie à son corps défendant.    Après tout, classer, hiérarchiser, trier, n’est-ce-pas mettre en oeuvre une politique de segmentation propice à l’immobilité, comme en témoigne la métaphore de l’ascenseur social en panne dont nous savons par ailleurs qu’il n’a jamais trop bien fonctionné.

C’est pourtant sur ce constat alarmant que s’attardent généralement les candidats : une école inégalitaire, reproductrice d’échecs, incapable de mener à la réussite tous les élèves.

Les avis divergent sur les solutions : renforcement des fondamentaux, privatisation, mixité sociale, culture du socle commun. Mais nous ne savons jamais de quel modèle de réussite il s’agit : obtention de diplômes, entrée dans le monde du travail ? Rien de nature à enchanter la perspective d’une éducation « nationale » !

Et si nous éduquions à transformer la société ?

Après tout, l’émancipation ne passe-t-elle pas par la conviction du pouvoir de changer les choses plutôt que de rester dans le système immuable de reproduction des élites ?

Dernière modification le mardi, 11 avril 2017
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à Radio4 en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur.