fil-educavox-color1

Guillou Michel

Guillou Michel

Naturaliste tombé dans le numérique et l’éducation aux médias... Observateur du numérique éducatif et des médias numériques. Conférencier, consultant.
URL du site internet: http://www.culture-numerique.fr/

De la fin des experts à une multi-expertise qui fout les jetons…

Le numérique a ceci de particulièrement réjouissant — pour ma part, je n’ai su que très difficilement faire autrement — qu’il contraint les femmes et les hommes à mettre en œuvre des démarches, des pratiques coopératives voire collaboratives. On parle alors de co-construction, de co-élaboration de savoirs, de co-apprentissage, de co-design…

En savoir plus...

Enjeux sociaux et citoyens du numérique

L’atelier Canopé de Caen et l’académie locale organisaient les Universités du numérique. Catherine Becchetti-Bizot avait largement défriché le terrain le matin en évoquant l’apport du numérique aux pédagogies actives.

En savoir plus...

Les devoirs après la classe à l’école ou à la maison : un débat anachronique

La question de savoir où, à l’école ou à la maison, doivent se faire les devoirs donnés après la classe est fort complexe. Elle s’augmente en effet d’autres paramètres. Qui s’en occupe, les parents, les professeurs, des assistants d’éducation, d’autres personnes recrutées pour ce faire ? Par ailleurs la question n’est pas tranchée non plus s’il convient de donner ou pas des devoirs à faire après la classe. 

En savoir plus...

Du regain de l’épidémie de cécité en période post-électorale

Figurez-vous qu’il ne se passe pas une journée sans que, dans les colonnes des grands médias comme sur les blogues des chroniqueurs spécialisés, soient écrits aujourd’hui, au lendemain de la dernière élection présidentielle, des articles ou billets fort nombreux dissertant du renouveau supposé de la politique éducative de notre République.

En savoir plus...

De la recrudescence des cas de cécité en période électorale

La campagne présidentielle s’alanguit et chaque candidat peaufine ses derniers arguments, ceux qui lui vaudront le ralliement massif de foules conquises. Convenons-en, ces arguments de fin de campagne sont rarement les meilleurs, flirtant trop souvent et dangereusement avec les limites fétides d’un populisme démagogue et racoleur

En savoir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.