fil-educavox-color1

Publié le 11 août 2015 par Lucie Barriault sur le site RIRE

« Le rapport qu’entretient chaque élève avec la lecture et l’écriture n’est jamais blanc ou noir » (Baratte, 2007). Plutôt nuancé, ce rapport est changeant et diffère pour chaque individu.

Le ministère de l’Éducation (MEESR) a recueilli et analysé pendant trois ans (2009, 2010 et 2011) les « perceptions et attitudes des élèves à l’égard de la lecture et de l’écriture » ainsi que leurs habitudes de lecture et d’écriture. Dans un document synthèse, il présente les résultats de cette analyse.

Les genres préférés des jeunes

Dans le questionnaire administré aux élèves, on posait la question suivante : « Lorsque tu choisis un livre pour toi-même, à l’école, quel type de livre choisis-tu? »

Selon les réponses des élèves interrogés, la bande dessinée, le roman et le mini-roman ont la cote au primaire. Au premier cycle du secondaire, les romans sont les plus populaires, suivis des magazines, des revues ou des journaux. Si le documentaire et l’album sont tout de même appréciés au primaire, ils ne semblent l’être que très peu au secondaire, quoique plus populaires auprès des garçons.

CASIS-Écriture : un programme d’intervention
visant à favoriser la motivation des élèves en écriture

Les différences entre les garçons et les filles

L’intérêt que portent les élèves aux divers genres de livres varie non seulement en fonction de l’âge, mais aussi en fonction du genre. Sans grande surprise, les bandes dessinées sont beaucoup plus populaires auprès des garçons, et ce, tous âges confondus, tandis que le roman est plus populaire auprès des filles.

La lecture et l’écriture à l’extérieur de l’école

Au secondaire, on note une forte présence d’activités de lecture et d’écriture pratiquées en dehors de l’école chez les garçons et les filles. Ces activités consistent principalement à gérer des courriels (85% des jeunes) et clavarder sur internet (90% des jeunes).

Perception de soi et motivation

Au deuxième cycle du primaire, une grande majorité des élèves (81% des garçons et près de 90% des filles) se considèrent comme étant de bons lecteurs. À la fin du premier cycle du secondaire, le pourcentage de garçons s’estimant compétents en lecture est passé de 81% à 69%. À ce moment de la scolarité des garçons, 57% des garçons affirment aimer lire et 46% disent aimer écrire.

Compte-rendu de la conférence
« Réconciler les élèves avec la lecture et l’écriture »

En bref :

  • Lorsque les élèves sont au primaire, la perception qu’ils ont de leur compétence en lecture semble demeurer stable. Toutefois, elle diminue au terme du premier cycle du secondaire.
  • Dans un même ordre d’idées, plus les élèves avancent dans leur parcours scolaire, plus la perception de leur compétence en écriture diminue, de même que leur motivation à lire et à écrire.

À tous les cycles d’études, ce sont les filles et les élèves qui ont réussi l’épreuve d’écriture qui ont une perception de compétence et une motivation à lire et à écrire plus élevées.

[Consultez le document]

Référence

Baratte, M. F. (2007). La construction du rapport à l’écrit : l’écriture avant l’écriture. Paris, France : L’Harmattan.

http://rire.ctreq.qc.ca/2015/08/rapport-lecture-ecriture/ Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License

Dernière modification le dimanche, 16 août 2015
An@é

L’association, à l’initiative de la création d’Educavox, en assure la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.