fil-educavox-color1

Premières interrogations : la question du désir et celle du savoir. Dans la conférence qu’il donne à l’Université Lyon 3 lors des 8ème Journées du E Learning, sur le thème « la réussite des usages du numérique en pédagogie », Philippe Meirieu conclut son introduction en nous demandant d’être attentifs à ne pas tomber "dans le piège d’une sorte de magma idéologique qui appauvrirait la culture et nos rapports sociaux. "
Puis il propose une première alerte pour celles et ceux qui s’engagent dans le E Learning, et il les y incite pour ne pas le laisser « aux seuls marchands ».

Cette interrogation est de nature anthropologique, il s’agit de la question du DÉSIR.

"La fascination provisoire pour la nouveauté n’a jamais durablement résolu la question de la mobilisation des sujets sur les objets, sur les méthodes, sur les savoirs." précise-t-il. Le miroitement est provisoire.

Or poursuit Philippe Meirieu pour beaucoup d’enfants "le plaisir est dans la sur-stimulation du corps , il n’est pas dans l’exercice de la pensée …et lors de l’arrivée à l’école la découverte du savoir passe par une certaine forme de souffrance qui engendre le refus de la pensée".

"Aucune technique aucune méthode aucun outil ne nous fera jamais faire l’économie de la question du plaisir d’apprendre et de penser," insiste Philippe Meirueu qui, reprenant les propos de Marcel Gauchet, pose une question qui est au cœur de la réflexion de tout pédagogue confronté à l’usage des technologies numériques :

comment faire découvrir aux jeunes " qu’il y à plus de plaisir à se prendre la tête qu’a tenter désespérément avec des adjuvants technologiques de prendre son pied" ?

Sa deuxième interrogation porte sur ce qu’est véritablement SAVOIR. Les technologies numériques et Internet permettent un accès immédiat et de n’importe où à l’information et à une foule de données. Cela donne le sentiment que le savoir devient accessible.

Mais s’agit-il de SAVOIR ?

Dans la vidéo suivante où Philippe MEIRIEU énonce d’autres alertes, il sera catégorique :

"imaginer qu’Internet ouvre la porte au savoir, c’est ignorer ce qu’est le savoir".

Claude TRAN Dernière modification le jeudi, 23 octobre 2014
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc.
A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. 
Tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, il est aujourd’hui Vice Président de l’An@é co-fondatrice d'Educavox et membre du Comité de rédaction .

Media

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.