fil-educavox-color1

Véronique Favre publie sur son blog  "doigtdecole, une petite section du bout des doigts":

" Non, non, je ne regarde pas (encore) l’émission télé ! Cet article pourra vous donner envie d’aller plus loin avec les applications de Marbotic. Avec ou sans les jouets connectés : tout dépendra de vos usages en classe."

Si vous avez acheté les lettres / chiffres connectés, vous choisirez dans l’AppStore les icônes avec la petite étoile. Celles-ci sont gratuites («lite»), vous débloquerez chaque application en apliquant les lettres ou chiffres demandés au démarrage.
Si vous avez les jouets en bois, vous pourrez aussi faire travailler vos élèves sans, en activant le tiroir des lettres / chiffres dans les réglages. Chaque application possède ses propres paramètres de personnalisation.

J’aime justement beaucoup les réglages dans ces apps. Ils vous permettront de faire des choix pédagogiques en fonction de VOS objectifs d’apprentissage en classe, en fonction des besoins de vos élèves, au cas par cas. En APC notamment.
Régler l’intervalle des nombres à travailler, régler le choix des lettres à travailler, faire apparaître telle ou telle possibilité (entendre le son que produisent les lettres ou pas, faire apparaître les minuscules en script, ou pas etc)
.
Regardez attentivement pour chacune des apps les possibilités offertes.

En petite section, les compétences des élèves peuvent s’exercer ainsi avec les LETTRES :

Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions

– écrire son prénom
– écrire le prénom des camarades
– écrire divers mots rencontrés dans les albums travaillés à l’aide d’étiquettes référentes
– découvrir les lettres de l’alphabet, leur nom, le son qu’elles produisent, leur forme
– découvrir des mots qui commencent par cette lettre-là, acquérir des mots de vocabulaire
– appréhender quelques premiers principes du code alphabétique

 

  • Alphamonstre (permet de jouer avec le tiroir des lettres, même si on ne souhaite pas utiliser les lettres en bois ou si elles ne sont pas disponibles sur la table).
    Découvrir les lettres de l’alphabet : 
leur nom, 
le son qu’elles produisent,
 associer différentes écritures des lettres ou 
façon imagier comme initiale de tel ou tel mot, et acquérir ce faisant un bagage lexical,
 découvrir des mots / découvrir leur initiale.
    En mode découverte libre ou en mode défi (choix sur l’écran d’accueil) pour s’entraîner :

 

 

  •   Bla Bla Box 
(permet de jouer avec le tiroir des lettres, même si on ne souhaite pas utiliser les lettres en bois).
    Pour écrire tout ce qu’il vous plaira, tout ce qui leur plaira, ET en entendant le résultat de ce qu’on écrit. Pour se corriger, pour apprendre, pour s’amuser des mots insolites créés.
    Comprendre la notion de mots : si les lettres sont «collées» ça fera un mot. Si je ne les serre pas («colle») j’aurai juste des lettres, juxtaposées. 
Si je ne place pas les lettres dans l’ordre, j’aurai un autre mot, qui veut dire autre chose (ou qui ne veut rien dire !).
    Si j’appuie sur tel mot, puis tel autre etc, je pourrai écrire (et entendre) une phrase.
    Si j’appuie sur un mot (ligne bleue au-dessous) j’entends le résultat de ce que j’ai écrit. On peut changer la couleur des lettres (tap) et les accentuer (double tap).
    Permet aussi (mine de rien) de travailler l’alignement, horizontal, nécessaire à l’écriture.

 

  •   Vocabulle
    Pour découvrir plein plein plein de mots nouveaux : un imagier géant (et beau !) dans lequel l’élève débloque des niveaux au fur et à mesure (une exploration libre, les niveaux ne font rien progresser ou gagner) : plaisir de la découverte, simple suivi des découvertes.
    Appliquer les lettres en bois sur l’écran pour découvrir des mots nouveaux : A comme aigle, artichaut, etc, les mots sont rangés selon leur initiale.

 

Je ne l’ai pas encore utilisée avec les élèves cette année, on vient tout juste de découvrir :
 ABC monsieur Bear

En petite section, les compétences des élèves peuvent s’exercer ainsi avec les CHIFFRES : construire les premiers outils pour structurer sa pensée
– découvrir les nombres et les quantités
– associer un nombre de doigts et une quantité (chiffrée ou non)
– constituer des quantités équipotentes d’éléments (doigts ou dessins représentés)

 

  • 10 doigts
 (permet de jouer avec les doigts, même si on a les chiffres en bois et qu’on ne souhaite pas les utiliser à un moment donné).
    Pour découvrir les quantités et les nombres.
    Appliquer ses doigts ou les chiffres en bois connectés pour voir représentée la quantité qui correspond.
    Jouer en mode défi pour répondre à des questions. L’élève peut être aidé en travaillant (il appuie sur les objets à dénombrer).
    Jouer avec ses deux mains pour travailler les décompositions : 2 doigts de la main gauche et encore 1 doigt de la main droite, ça fait 3 doigts.
    Sur ce même principe jouer à deux, tu poses 3 doigts, je pose 1 doigt, nous avons posé 4 doigts.
    Découvrir le principe de l’addition, les élèves pourront jouer deux par deux, un de chaque côté de la «barre» pour travailler des décompositions.

 

 

Les opérations et les (grands) nombres :

 

  • Jusqu’à 100 
(permet de jouer avec la frise numérique, même si on a les chiffres en bois et qu’on ne souhaite pas jouer avec). Je l’utilise parfois en fin d’année avec les petits qui peuvent travailler les nombres entre 1 et 20.
    2 jeux :Jeu 1 avec les nombres travailler l’écriture des nombres et leur nom
    3 modes :
    poussin, pour jouer librement et découvrir le nom des nombres (si je place 2 à droite et 5 à gauche, j’ai écrit «25») ; le nombre est situé sur la frise numérique et écrit en lettre, et oralisé : ces choix sont paramétrables dans les réglages.
    poulet, trouver le nombre caché dans la frise
    coq, pour écrire les nombres demandés : selon l’écriture en chiffre écrite au-dessous et / ou en entendant simplement le nombre demandé

 

Jeu 2 : avec les quantités (perles), dizaines et unités, manipuler des «perles» en réalisant des collections pour écrire une représentation du nombre
.
Pour faire des aller-retours entre écriture chiffrée et représentation du nombre
poussin, pour représenter librement des nombres à partir des quantités que l’on manipule
poulet, déplacer la bonne quantité de perles qui correspondra au nombre écrit en chiffres au-dessous
coq, pour écrire les nombres demandés (écriture chiffrée) : selon la quantité de perles au-dessus

 

  •  Plus ou Moins 
(l’app avec étoile ne permet pas de jouer sans les chiffres en bois, l’élève va juste pouvoir déplacer les perles si celles-ci sont activées dans les réglages)
    NB : l’app payante, sans étoile, a été supprimée de l’AppStore (c’est celle que j’ai utilisée sur la vidéo ci-dessous parce que je l’avais achetée – oui, oui « achetée » mais elle ne sera sans doute plus mise à jour).
    – 2 jeux : additionner ou soustraire
    – 3 modes pour chacun :
    poussin, découvrir le résulat en plaçant des chiffres de part et d’autre du signe opératoire
    poulet, donner le résultat d’additions / soustractions, aide des perles possible
    coq, répondre à des additions / soustractions à trou, aide des perles possible

 

 Attention-attention-attention : les apps payantes sont amenées à disparaître ! C’est « Plus ou Moins » qui est parti le premier en ne laissant dans l’appStore que l’app avec la petite étoile, donc à jouer avec les chiffres en bois connectés. Sauf « 10 doigts » qui restera.

 

 Mais les applications, ça apporte quoi de plus que seulement des manipulations physiques hein ? [précision : ce n’est pas «à la place de» mais bien en complémentarité que travaillent les élèves]
– la possibilité de s’auto-corriger : ce qui permet de gagner en autonomie, en confiance en soi et de progresser,
M. pensait avoir écrit son prénom et il en était très fier, il n’a pas encore la distance et le recul pour comparer avec le modèle de référence (son étiquette prénom),

D. pensait avoir placé 2 petits ours dans son assiette (voir fin de cet article), il en resterait là si je n’étais pas disponible (ou un camarade attentif) à ce moment-clé pour lui (j’ai 23 élèves oui). Ce temps d’essai-erreur est aussi un temps nécessaire, sur ces images j’étais en observateur-évaluateur.
– la possibilité d’aller plus loin, au-delà des compétences envisagées au départ.

Beaucoup d’élèves de ma classe connaissent la plupart des lettres de l’alphabet, épellent leur prénom et celui des autres, lisent le prénom de tous les élèves de la classe, dénombrent jusqu’à 10 objets dans une assiette.
Ces apps donnent un appétit d’apprendre et de progresser (peut-être) parce que travailler sur les apps leur procure plaisir et amusement. Ils se lassent vite des lettres magnétiques sur l’ardoise (peut-être) parce qu’ils n’ont pas de retour sur ce qu’ils viennent d’écrire …
Postulat : le jeu (moteur puissant) permet de maintenir plus longtemps la motivation, pour soutenir et permettre de maintenir l’effort cognitif.

Une remédiation immédiate, qui n’attend pas que l’enseignant(e) soit disponible ou tombe là au bon moment.
Les petits (surtout) ont besoin d’interactions, de retours sur ce qu’ils viennent de réaliser, TOUT-LE-TEMPS (et parfois TOUT-DE-SUITE !) c’est ainsi qu’ils se contruisent … I
ls apprennent certes (peu à peu) à différer la satisfaction de leur désir mais là, l’application vient donner un coup de pouce à l’enseignant(e) et aux apprentissages.

Et ce n’est pas que pour l’école maternelle.

  • C’est assez mignon (ils ont compris un truc !) de les voir appliquer les lettres connectées sur une app comme La magie des mots
    Je souris moins quand ils appliquent les chiffres sur une app qui travaille l’apprentissage des lettres mais bon, le savoir est en construction ! Et on peut AUSSI utiliser les jouets en bois en mode déconnecté

 

PS : je complèterai cet article en déposant deux vidéos des apps qui nécessitent les jouets en bois connectés cette fois-ci : Vocabulle et Plus ou Moins (quand je serai passée dans ma classe).

Véronique Favre

http://www.doigtdecole.com/2017/04/des-lettres-et-des-chiffres/

Dernière modification le samedi, 22 avril 2017
An@é

L’association, à l’initiative de la création d’Educavox, en assure la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.