fil-educavox-color1

La Banque de ressources numériques éducatives mise en place par le ministère de l’Éducation nationale dans le cadre du Plan numérique a ouvert à la rentrée. Les ressources sont gratuitement mises à disposition pendant trois ans, pour tous les enseignants, dans toutes les écoles et collèges. En anglais, pour le cycle 3, ce sont les ressources I love English school numérique produites par Bayard, avec ses partenaires Tralalère et Educlever, qui ont été choisies.

1. Comment utiliser ces ressources ?

Elles sont disponibles sur le site : http://brne.bayardeducation.com en s’inscrivant avec son adresse académique. Utilisables sur tout type de support équipé d’un navigateur : TNI, vidéoprojecteur, tablettes ou ordinateurs connectés. Une version imprimable et un éditeur de flashcards papier existent pour les classes qui n’ont pas tout le matériel.

 

2. De quel type de contenus s’agit-il ?

  • L’enseignant a accès à des parcours clés en main, répartis sur 3 niveaux, et à des activités granularisées, personnalisables, pour proposer des parcours à ses élèves et des outils pour les accompagner. Pour chaque séquence et chaque activité, un guidage, conforme aux directives officielles, est disponible.
  • L’élève a accès à des parcours choisis par son enseignant clés en main pour suivre, sur son support individuel, le programme collectif de la classe, construire et faire évoluer son avatar numérique, faire ses évaluations ou les activités que l’enseignant lui a adressées ; et, en libre-service, à des ateliers pour s’entraîner 
    à parler, parfaire sa prononciation et 
    enrichir son vocabulaire (studios d’enregistrement...).

 

3. Quelle est la démarche pédagogique ?

Notre démarche met le numérique au service d’une pédagogie actionnelle.

  • Les programmes clés en main propo-sent d’utiliser le numérique comme un outil au service d’une pédagogie permettant l’implication de chaque élève dans un va-et-vient entre le travail collectif et le travail en petit groupe, binôme ou individuel.
  • L’élève devient responsable de son apprentissage, il apprend et construit ses compétences et ses connaissances, accom-pagné par l’enseignant. Il pourra choisir des activités en fonction de ses besoins dans son espace élève.
  • Nos parcours s’appuient sur l’émission d’hypothèses et donnent la priorité à l’expression orale et à la production.
  • Au cœur de cette démarche : la mise en situation des élèves. On découvre du vocabulaire, on acquiert des structures langagières, on travaille l’intonation, on apprend à écouter, à comprendre pour réagir, dialoguer ou accomplir une tâche.
  • Elle favorise l’expression de chacun et entraîne l’adhésion et la participation active des élèves.

 

4. Quelle méthodologie ?

Les choix méthodologiques et didactiques donnent du sens à l’apprentissage.

  • L’anglais n’est plus considéré seulement comme un objet d’étude en soi, mais comme un outil de communication. Il s’agit de permettre de comprendre et de se faire comprendre.
  • Ces ressources multiplient les interactions langagières : l’élève apprend le lexique et les structures langagières parce qu’il en a besoin pour s’exprimer. L’apprentissage a ainsi davantage de sens pour lui.
  • Dans cette démarche, très pragmatique, l’élève, même débutant, accepte la frustration de ne pas tout comprendre ou de ne pas pouvoir « dire », parce qu’il cherche à recevoir les messages et transmettre ses propres messages. Il n’a plus peur de parler et est motivé pour développer ses compétences.
  • Sur le plan méthodologique, il s’agit de s’appuyer sur ce qui est connu pour progresser dans la maîtrise de la langue, de travailler l’écoute et la répétition avant de s’exercer pour fixer les connaissances et pouvoir produire, et d’un recours systématique aux pair works (travail en binôme, niveaux 1/2).
  • Aux niveaux 1 et 2, des étapes-bilans, à la fin des séances, permettent à chaque élève de prendre conscience de ce qu’il a appris à comprendre et à dire, et à comparer avec le français.

 

5. Et l’intonation et la prononciation ?

  • Toutes les séances se déroulent entièrement en anglais et l’utilisateur a la possibilité de faire entendre rapidement et autant de fois que nécessaire tous les contenus langagiers prononcés par des locuteurs natifs.
  • Une attention particulière est apportée à la prononciation et à l’intonation pour éviter les incompréhensions.
  • Des exercices de phonologie et d’enregistrement habituent l’élève, dès le niveau 1, à une attention phonologique.
  • Un vrai plus : les voix des deux personnages principaux sont interprétées par de vrais enfants.

 

6. Y a-t-il une progression ?

  • Aux niveaux 1 et 2, l’enseignant peut choisir : soit il utilise les parcours qui sont des progressions pensées, cohérentes et spiralaires, soit il choisit de personnaliser l’approche et travaille avec les granules en décidant lui-même de sa progression.
  • Au niveau 3, ces ressources viennent en complément du manuel classique utilisé par l’enseignant. Elles vont lui permettre de différencier le travail, de proposer des remises à niveau ou des remédiations aux élèves, individuellement, par groupes ou en classe entière ; sur le temps de classe, sur des temps spécifiques ou à la maison. Comme pour les niveaux 1 et 2, il peut choisir des séquences qui proposent des parcours (avec tâche finale) permettant de travailler plusieurs pans du programme, soit une utilisation granulaire pour travailler tel ou tel point.

 

7. Quels sont les points forts de ces ressources ?

Tout est conçu et pensé pour motiver et apporter du plaisir aux séances d’anglais.

  • On retrouve des personnages attachants qui grandissent avec les élèves : un petit Anglais, Tom, son chien Bingo et leur nouvelle voisine américaine, Lucy.
  • Des décors, situations et dialogues authentiques : on raconte ses vacances, sa journée… On est dans la « vraie vie ».
  • Une incitation à imaginer qui suscite la curiosité. Pour les niveaux 1 et 2, chaque séquence contient une saynète animée qui met en scène Tom et Lucy. À partir d’une image extraite de la saynète qu’ils n’ont pas encore vue, ou de documents authentiques, les élèves sont invités à exprimer ce qu’ils reconnaissent et émettre des hypothèses sur l’histoire. C’est l’occasion d’utiliser le lexique qui vient d’être vu et les structures langagières des séquences précédentes. En visionnant la saynète, ils vont chercher à vérifier les hypothèses. Par la même occasion, ils retrouvent le lexique qu’ils viennent de découvrir, mais aussi des mots et structures qu’ils ne connaissent pas et qu’ils vont apprendre à décoder.
  • En début d’année, les élèves construisent leur avatar anglais grâce à une fiche d’identité numérique qu’ils retrouveront et feront évoluer dans leur espace élève toute l’année.
  • Un dictionnaire interactif qui s’enrichit au fil de l’année.
  • La part belle à la civilisation anglophone, britannique, américaine, mais aussi australienne, sud-africaine, indienne… Entrer en interaction avec la vie d’enfants ailleurs dans le monde renforce le sens de l’apprentissage.
  • Au niveau 3, des missions à accomplir, proches des enfants. Exprimer ses goûts et les comparer pour chercher son « âme sœur », réaliser un sondage, décrire un lieu visité...
  • Au niveau 3, le pense-bête de Tom et Lucy offre des fiches courtes et claires portées par les deux héros pour retenir des points de langue importants (prononciation, intonation, grammaire, conjugaison, comparaison avec le français…).

 

8. Et si l’enseignant est débutant ?

L’interface est intuitive, simple et immédiatement appropriable.

Article publié sur le site : http://www.bayardeducation.com/article/tout-savoir-sur-la-demarche-pedagogique-de-la-banque-de-ressources-numeriques-educatives-anglais-cycle-3.html
Murielle Szac

Dernière modification le jeudi, 10 novembre 2016
Szac Murielle

Je suis journaliste et écrivain, rédactrice en chef déléguée auprès du monde enseignant chez Bayard Jeunesse

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.