fil-educavox-color1

Camille Martin, enseignante à l'EREA « Stendhal » de Bonneuil sur Marne, présente sa pratique du numérique éducatif autour du haiku et des réseaux sociaux dans le cadre du défi @SenseiTwithaiku.

 

L'origine du projet

Professeure des écoles, je suis, depuis septembre 2014, détachée au sein de l’établissement régional d’enseignement adapté (EREA) Stendhal de Bonneuil-sur-Marne (94). 
Au-delà de difficultés scolaires parfois très importantes, mes élèves, en provenance de toute l’Ile-de-France présentent des difficultés d’ordre social et une grande hétérogénéité définit la classe dont je suis professeure principale depuis l’année passée. Ainsi, dès mon arrivée, il m’a semblé très important de souder les élèves de ma classe autour de projets au sein desquels ils pouvaient tous se retrouver dans le but de donner davantage de sens à leurs apprentissages et d’intéger le « BYOD ». Il me paraissait également important de prendre en compte les intelligences multiples et de travailler avec l’ensemble de la classe « l’apprendre à apprendre ».

Le déroulement de l'activité

En fonction des activités proposées en classe, chaque enseignant, en concertation avec les élèves, peut poster une photo ou une vidéo sur le réseau social de photographies Instagram avec un commentaire rédigé par les élèves et accompagné de mots clés (hashtags). 
En plus de l’éducation à l’utilisation d’Instagram et des réseaux sociaux en général, l’objectif premier est ainsi de créer un espace collectif facile d’accès pour garder en mémoire les travaux des élèves et pouvoir les consulter à tout moment. Les publications sont sélectionnées en concertation avec les élèves et choisies par les enseignants en fonction de leur intérêt pédagogique. Au-delà de l’aspect pédagogique de l’illustration ou de la vidéo comme trace des apprentissages, l’intérêt est à voir dans les commentaires placés sous chaque illustration. 

En effet, chaque publication donne lieu à un ajout de mots clés destinés à contextualiser l’activité pédagogique liée à la photo ou à la vidéo. Dans notre cas, il s’agit de la discipline concernée et des notions principales de la leçon liée à l’activité. Cette utilisation doit se comprendre à travers la volonté des enseignants de travailler ensemble autour des concepts de mémorisation et de catégorisation. Ainsi, les élèves choisissent eux-mêmes quels concepts ou quels mots placer en mots clés. 

En conséquence, ils font inconsciemment un travail de restitution et de mémorisation lorsque par exemple, afin de légender la vidéo de la lecture d’un haïku, ils vont préciser « poème », « japonais », « court », « trois vers », « 5 pieds 7 pieds », « 5 pieds », « pasderime », « trèspeudeponctuation », « brièveté », « temps », « saison ». Lorsqu’ils auront à créer individuellement leurs haïkus en participant au défi lancé sur Twitter par @SenseiTwithaiku tout au long du printemps, ils respecteront ainsi beaucoup plus facilement les règles concernant la forme et le fond.

Les aspects techniques

Ce projet se base sur un compte Instagram privé, créé avec l’ensemble des élèves en septembre 2014 et dont seuls les enseignants ont le mot de passe de connexion. Le groupe-classe s’y connecte régulièrement avec les différents enseignants en cours, pour poster des photos ou de courtes vidéos, à chaque fois légendées. Ces dernières ne sont ainsi accessibles qu’aux élèves de la classe et aux parents, acceptés en tant qu’abonnés. Chaque élève/parent utilise son propre compte pour « Suivre » celui de la classe.

De la même manière, les enseignants utilisent leur propre compte pour « Aimer » ou « Commenter » les photos publiées sur le compte classe. Evidemment, une attention toute particulière est apportée au respect des règles d’orthographe et de syntaxe dans les commentaires publiés. Par la suite, les élèves peuvent commenter et échanger autour de chaque publication avec les enseignants qui suivent le compte de la classe. En procédant de cette façon, les contraintes liées au droit à l’image sont respectées et aucun contenu n’est public.

Les apports des TICE

Dans le contexte d’enseignement qui est le mien, l’intégration d’un réseau social comme Instagram, ici, et, plus largement, du numérique s’est imposée dans le sens où les élèves en avaient déjà une utilisation sur laquelle il me semblait important de prendre appui, tout en les éduquant à de bons usages de ces outils. C’est ainsi l’un des objectifs de ce projet : s’approprier un espace que les élèves pensent connaître pour leur apprendre à s’en servir consciemment et de façon responsable. 

A un autre niveau, le fait d’avoir recours à un réseau social dont ils avaient l’usage a servi de « facilitateur », en termes d’entrée dans les apprentissages et de motivation face à une tâche donnée, mais aussi de « centrifugeuse » afin de lier les divers apprentissages et de leur donner davantage de sens.

Les compétences mises en œuvre

Mon objectif premier concernant le vivre ensemble, il est indéniable qu’au niveau des compétences sociales et civiques ce projet contribue, via Instagram, au développement d’un bon climat de classe au sein duquel les élèves voient leurs rôles définis, leurs échanges augmentés et leur travail valorisé. Au-delà des savoir-être, c’est l’ensemble des savoirs et savoir-faire qui se trouvent exploités à différents niveaux dans ce projet intégrant le numérique et notamment la méthodologie concernant « l’apprendre à apprendre ».

Article publié sur le site : http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/temoignages/byod-et-haiku-1277.htm
Auteur : Camille Martin

Dernière modification le jeudi, 05 janvier 2017
Agence usages TICE

L’Agence nationale des usages des TICE accompagne la politique de développement de l’usage des technologies éducatives en concentrant son action sur les priorités nationales.

C’est un service du ministère de l’éducation nationale mis en œuvre par le Centre national de documentation pédagogique.