fil-educavox-color1

Témoignages, méthode, bonnes pratiques
J’ai assisté le 11 décembre 2013 à un atelier sur le thème des classes inversées lors des rencontres "Boussoles du numériques 2013" à Cenon en Gironde.
L’atelier était animé par Jean-François Ceci avec la participation de Marie Soulié et de David Bouchillon.
 
L’atelier a rassemblé beaucoup de monde, le thème est d’actualité. Jean-François Ceci a présenté le sujet et David Bouchillon et Marie Soulié ont chacun présenté leur expérience concrète.
 
1er intervenant : Jean-François Ceci, chargé de mission TICE à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
pedinversee-122cf-61066Jean-François donne le contexte des classes inversées : nous vivons la 3ème révolution cognitive, comme l’appelle Michel Serres, après l’invention de l’écriture et celle de l’imprimerie.
Avec le web2.0, les cours "transmissifs" sont sans doute amenés à disparaître : ils sont linéaires, centrés sur l’enseignant, non individualisés, limités à de la connaissance.
Ils seront pour beaucoup remplacés par des cours "interactifs" : hyperliés, centrés sur l’apprenant, individualisés, où l’enseignant est tuteur/facilitateur
 
Des solutions liées à Internet sont aujourd’hui identifiées pour améliorer le taux d’intégration des apprentissages : le collaboratif, l’hybride, les outils numériques, l’autoformation guidée, les classes inversées.
L’école doit se transformer, et comme le dit Michel serres, "Notre jeune école doit grandir en se nourrissant de pédagogie et de numérique"
 
2ème intervenant : David Bouchillon, enseignant en Histoire-Géo au Collège Aliénor d’Aquitaine - SALLES (33)
JPEG - 56.7 ko
Depuis 2 ans maintenant, il enseigne exclusivement avec la méthode de la classe inversée. Il a abandonné ce qu’il appelle la "pédagogie frontale", avec le savoir descendant, qui génère l’ennui chez beaucoup d’élèves. 
Il a renversé l’organisation traditionnelle de la classe : les exercices sont travaillés en classe et les cours à la maison.
Les "cours" sont en fait des capsules vidéos de 2 à 4 minutes qui introduisent les notions qui seront ré-exploitées en classe dans des activités.
 
En pédagogie inversée, David structure une séance pédagogique en 3 phases :
  1. La phase "magistrale" : capsules vidéos + lectures sur le web
  2. La phase d’entraînement : activités en classe sur les notions abordées en phase 1
  3. La phase production : les élèves produisent une synthèse, trace écrite (ou autre média) qui constituera une ressource sur le thème de la "leçon".
Une interface (site web) relie prof et élèves sur Internet
Le "site web" qui rassemble les contenus est pour lui une interface indispensable pour l’enseignant et les élèves : les élèves y retrouvent les ressources, les activités, le plan de travail, le "cahier numérique".
 
Les supports pédagogiques traités "à la maison" : des capsules vidéos
David insiste :
  • ces capsules doivent être très courtes,
  • les activités en classes doivent être de forme variée (textes, cartes heuristiques, vidéos, …),
  • le travail à la maison ne doit nécessiter aucune aide mais doit être vérifié (questionnaire simple type Googledoc).
Pour créer des supports vidéos pédagogiques, David utilise Teachem, un outil en ligne gratuit qui permet de proposer simplement des leçons construites à partir de vidéos en ligne.
 
Evaluer les compétences des élèves
Il explique que les élèves peuvent choisir le moment où ils passent une évaluation (avec une date butoir cependant). Les évaluations sont en ligne à l’avance.
 
La "posture du prof" change radicalement
Avec ses élèves, David n’est plus le "maître", il est facilitateur, organisateur, accompagnateur.
Il précise aussi que fonctionner en classe inversée lui donne beaucoup de travail : il faut préparer, organiser, faire le suivi, animer, faciliter, tutorer…
A sa grande satisfaction, il a pu constater que les résultats sont positifs : les élèves se ré-impliquent dans leurs apprentissages, et la moyenne des notes de la classe a clairement augmenté.
 
L’adresse du site pédagogique de David Bouchillon : https://sites.google.com/site/classe130/
 
MarieSoulie w300
3ème intervenante : Marie Soulié, enseignante au collège Daniel Argote d’Orthez. 
 
Elle pratique depuis quelques mois la méthode inversée en classe de français.
 
Une séance avec ses élèves en pédagogie inversée
Ses élèves travaillent en tout une heure trente :
  1. 10 minutes chez eux en individuel sur une ressource en ligne (capsule vidéo),
  2. 15 minutes en classe en échanges sur la ressource et les questions qu’ils se sont posés (ils se corrigent les uns les autres),
  3. 25 minutes en classe pour travailler le thème de la séance en petits groupes,
  4. et 30 minutes en classe pour élaborer collectivement une ressource sur le thème de la séance.
 
Les "capsules vidéos" de Marie Soulié
L’exemple de capsule vidéo qu’elle nous présente est particulièrement attrayant, clair et efficace : cette courte animation vidéo donne envie d’apprendre et permet de comprendre.
 
Pour concevoir ces capsules Marie Soulié utilise Powtoon, un outil en ligne très pratique et gratuit :
Elle précise que les compétences numériques nécessaires pour créer des capsules vidéos ne sont "pas si énorme que ça".
Marie met ces capsules vidéo en ligne sur le site du collège, elle y ajoute un lien vers un questionnaire Googledoc. Le questionnaire a pour but de vérifier que chaque élève a vu la capsule, et il permet de plus à l’élève de poser des questions si tout n’est pas clair.
 
pedinverseebar-75a24-d4851
Classe inversée : les plus et les moins
Pour Marie Soulié, la méthode de la classe inversée a des avantages :
  • la pédagogie est active,
  • les activités comportent des tâches complexes, favorables aux apprentissages et à l’ouverture des apprenants,
  • le prof est plus dispo pour tutorer (Marie est passée de 45 minutes à 10 minutes de temps de parole en classe,
  • les élèves ont moins de travail à la maison, ...et leurs sacs sont beaucoup moins lourds.
Mais elle y voit aussi des inconvénients ou des contraintes :
  • cela lui a donné énormément plus de travail de préparation,
  • les connexions Internet doivent être performantes pour tous les élèves,
  • le prof doit se sentir à l’aise avec le travail en groupe,
  • il doit pouvoir réorganiser l’espace physique de la classe en "îlots" pour le travail en sous-groupes.
 
Les ressentis de la communauté éducative
Marie Soulié a terminé sa présentation en projetant un reportage vidéo réalisé par ses élèves. Ils avaient interrogé (en son absence) la "communauté éducative" au sujet des classes inversées.
 
Et, ...devinez ... : les réponses ont été très positives !
 
Dernière modification le vendredi, 03 octobre 2014
Le Page Gilles

Après des études assez courtes et quelques années dans l’industrie, j’ai d’abord dirigé des hôtels clubs à l’étranger pendant une douzaine d’année, puis formé des adultes au sein de l’AFPA durant une vingtaine d’année. 
Ce parcours professionnel et de nouvelles études m’ont apporté des compétences très variées et complémentaires dans le tourisme, la formation professionnelle et les usages du numérique. 
J’assure maintenant des interventions de type formation/action/conseil sur les thèmes suivants : utilisation du web social, formation à distance (blended learning), apprentissage collaboratif, animation d’un espace public numérique, gestion et communication d’une offre touristiques.

Site internet : e-pedagogie.lepagegilles.com/

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.