fil-educavox-color1

"C'est toujours complique de faire simple" affirme Cédric VILLANI, directeur de l'Institut Poincaré, médaille Fields 2011 qui parraine la Web Série SIMPLEX d'animation co-produite par France Télévision et Universcience  dont l'objectif consiste à développer la culture mathématique chez les plus jeunes et comprendre par le jeu que l'on peut agir dans la vie courante grâce aux maths !

Certains problèmes pratiques ont besoin d'une mise en forme abstraite.

Certes il y a les « bons en maths » mais la mathématique est une discipline qui n'a pas toujours bonne presse auprès des élèves et des parents.

Des chercheurs du département de psychologie de l'Université de Chicago (Ian M. Lyons et Sian L.Bellock ) ont d'ailleurs constaté, avec l'aide de l'imagerie par résonance magnétique nucléaire que les régions du cerveau activées pendant un épisode d'anxiété des mathématiques semblent être les mêmes que pour la perception de la douleur. S'ils n'ont pu établir avec précision le niveau de la douleur, ils ont pu constater que les plus hauts niveaux d'anxiété des mathématiques et de douleur ont été enregistrés avant les exercices mathématiques. Ce qui signifierait que l'anticipation serait plus douloureuse que l'exécution.

D'autres chercheurs (Gijsbert Stoet, Drew H. Bailey, Alex M. Moore et David C. Geary ) ont analysé les réponses de 761 655 étudiants au test PISA provenant de 68 pays pour évaluer leur niveau d'anxiété évaluative en mathématique, c'est à dire le phénomène selon lequel l'apprenant perçoit des signaux de danger à l'approche d'une évaluation. Ils affirment que les filles démontrent un niveau d'anxiété évaluative en mathématique plus grand que les garçons.

Le fait que cette discipline ait joué un rôle déterminant dans l'orientation des élèves participe t il de cette situation ?


Jean Pierre Luminet, directeur de recherches au CNRS, astrophysicien à l'observatoire de Paris-Meudon, partage ce point de vue et regrette que "les maths aient joué pendant longtemps le rôle de tri entre les bons et les mauvais, une erreur de jugement mais aussi pédagogique qui a entraîné une forme de rejet ".
Il explique combien "le public ne réalise pas à quel point les mathématiques sont présentes dans la vie de tous les jours, mais pas de façon visible"


Pour ce spécialiste de réputation mondiale pour ses travaux sur la cosmologie et la gravitation relativiste, « il faut mettre en avant, la composante ludique des maths pour intéresser les jeunes" et ajoute "les maths peuvent même être une forme de poésie si on la présente de la belle façon ".

villaniCédric VILLANI, mathématicien très connu du public, directeur de l'Institut Poincaré et médaille FIELDS 2011 ne cesse de s'investir pour inverser une situation qui touche tous les pays du monde.

" les besoins sont importants dit-il. Nous sommes dans une révolution technologie scientifique qui est en bonne partie conduite et dirigée par les progrès mathématiques. et pour franchir ce cap notre société a besoin de gens avec une bonne culture mathématique : des ingénieurs, des chercheurs, des enseignants bien sûr qui puissent transmettre certains réflexes . "

C'est par exemple le cas de l'algorithmique, discipline à la frontière de ces deux sciences étroitement intriquées que sont les mathématiques et l'informatique. Mais c'est surtout avec la croissance exponentielle du nombre de données numériques - le fameux Big Data - que les mathématiques ont accru leur emprise sur l'économie.

" On constate que le nombre de données obéit à une sorte de "nouvelle loi de Moore". Il suit une exponentielle dont le temps caractéristique est d'environ deux ans, ce qui signifie que l'humanité a produit autant de données au cours des deux dernières années que durant toutes les années précédentes, et que ce nombre aura encore doublé dans deux ans, explique Cédric Villani.

La réalité aujourd'hui est pourtant révélée par les enquêtes les plus récentes comme PISA qui montrent " qu'un quart des élèves de 15 ans en France ont un niveau très bas en mathématiques – c'est plus qu'il y a dix ans. "
" On estime que 40 % des écoliers sont en difficulté en fin d'école primaire (enquête Cedre 2014). Parmi eux, on retrouve une proportion très importante d'enfants issus de familles défavorisées. "

Conséquence ou cause de cette situation alarmante, on note que la grande majorité des enseignants du primaire n'a pas suivi un cursus scientifique (environ 80 %, selon un rapport de 2006) et que seulement 2 % ont fait des études supérieures en mathématiques.

De nombreuses associations se mobilisent pour donner une autre image de cette discipline si essentielle simplement a la vie en société. Certaines proposent de " faire des maths en dehors des contraintes du programme scolaire ".

Sous la forme de jeux mathématiques, d'énigmes mathématiques qui attirent les jeunes pour le plaisir de la recherche.
Cette notion de plaisir, " essentielle ", a " hélas complètement disparu du cadre scolaire ", où les mathématiques sont vécues principalement comme critère de sélection.


Certains établissements ont facilité l'émergence d'activités ludiques et culturelles qui font pendant à la chorale ou au club théâtre. Et ça marche !

Le numérique éducatif et la multiplication de ressources construites par les éditeurs , par des enseignants mais également par l'institution scolaire devraient accompagner ces nouvelles démarches.

Les Médias apportent leur concours en proposant des outils et des ressources multimédias pour les élèves, les enseignants mais également les parents co-éducateurs. Surtout lorsque l'école n'a pas su leur donner le goût des mathématiques.

France Télévision et Universcience sont des acteurs majeurs dans cet écosystème éducatif.


Ils viennent de lancer SIMPLEX une nouvelle Web série d'animation constituée de 17 épisodes qui racontent les aventures de quatre adolescents, Inès, Marion, Tom et Julien, qui pour régler des problèmes simples de la vie courante font appel à Evariste Euler, un féru de maths, s'est mis en tête de les aider et de leur démontrer la pertinence du raisonnement mathématique, dans la vie de tous les jours.


Simplex comporte également un jeu éponyme pour les adolescents.

" On ne peut pas aujourd'hui faire l'impasse sur la puissance de communication que représentent les jeux " affirme Cédric VILLANI qui a accepté de parrainer ce lancement. Il nous explique pourquoi dans cet entretien.

Claude TRAN
Vice Président de l'An@é

Dernière modification le vendredi, 13 janvier 2017
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc.
A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. 
Tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, il est aujourd’hui Vice Président de l’An@é co-fondatrice d'Educavox et membre du Comité de rédaction .