fil-educavox-color1

« Sur proposition de la ministre de l'Éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche Najat Vallaud-Belkacem, Mathieu Jeandron a été nommé directeur du numérique pour l'éducation au ministère, par décision du conseil des ministres du 9 septembre 2015. »

C'est ainsi que l'information apparait sur EDUSCOL, le portail national des professionnels de l'Education que nous avons repris aussitôt, comme d'autres médias, sur Educavox. Avec des précisions sur la carrière du nouveau Directeur.
« Ingénieur en chef des mines, diplômé de Polytechnique et de Télécom Paris, Mathieu JEANDRON entre en 2002 au sein de la direction des systèmes d'information au ministère de l'intérieur. Puis, après une brève disponibilité dans le secteur privé, il rejoint la direction interministérielle des systèmes d'information et de communication, rattachée à Matignon, à sa création en 2011, où il pilote la définition et la mise en œuvre d'une stratégie de transformation de l'informatique publique pour mieux répondre aux enjeux de simplicité, de fiabilité, et de rationalisation, et contribuer ainsi aux enjeux portés à partir de 2012 par Matignon en matière de développement des usages numériques dans l'administration, d'ouverture des données, de création d'écosystèmes innovants.
Il arrive en septembre 2014 au ministère de l'éducation nationale en tant qu'adjoint à la directrice du numérique pour l'éducation, chef du service des technologies et des systèmes d'information, où, en contact étroit avec le service du développement du numérique éducatif, les académies et le terrain, il entreprend une transformation de la fonction informatique pour préparer le ministère à une plus forte interaction et ouverture avec les écosystèmes partenaires des collectivités et des éditeurs, à de nouvelles modalités de travail en collaboration et co-construction avec les équipes pédagogiques en établissements scolaires, à de nouvelles technologies et méthodes de création et d'innovation. Il est nommé directeur du numérique pour l'éducation le 9 septembre 2015. »

Dans cet entretien qu'il a accepté, nous souhaitons en savoir d'avantage sur Mathieu JEANDRON.

Le parcours du nouveau directeur doit-il se lire au travers du filtre de l'informatique ?

« J'ai commencé à m'intéresser à l'informatique à l'école primaire grâce au plan informatique pour tous », nous dit-il, rendant ainsi hommage au directeur d'école « passionné d'informatique qui faisait en sorte que les élèves aient des temps d'appropriation de ces sujets-là »

S'il reconnait avoir toujours « fait de l'informatique depuis sa sortie » de Télécom Paris Tech .. il remarque que « c'est un peu le hasard. »
« Il ne faut pas forcément lire mon parcours au travers du prisme informatique » précise-t-il . Par contre il insiste sur les trois grandes dominantes qui marquent mon parcours : le choix du service de l'Etat, le goût pour le management et le pilotage de projets avec des équipes, la passion de la transformation..

« Au SGMAP, nous avons élaboré un cadre stratégique commun du système d'information de l'Etat avec pour idée d'apporter plus de services à l'usager. »
Le secrétariat général pour la modernisation de l'action publique est en effet une administration de mission, qui a vocation à être la cheville ouvrière de la réforme de l'Etat, aux côtés des ministères et des autres institutions publiques. Il ambitionne d'être, au sein de l'Etat, dans un double rôle de conseil et de partenaire, le lieu d'expertise et d'excellence en matière de transformation des politiques publiques et des administrations.
Open data, gouvernement ouvert, données publiques, culture de l'innovation.. sont autant de thèmes qui accompagnent le fait que l'administration change avec le numérique autant en direction des usagers qu'en interne où de nouvelles formes de gouvernance et de management se développent.

« Avec le tripode - l'usager, l'usage, l'agent - on a les grandes clés de la modernisation et c'est là-dessus que nous devons travailler en priorité. » affirme-t-on au SGMAP

La démarche bottom up est-elle alors un passage obligé de la modernisation de l'Etat ?

 « On vit dans un monde complexe où on doit tirer profit de chacune des intelligences individuelles pour construire une intelligence collective », affirme Mathieu JEANDRON et cela oblige à « construire des architectures dans lesquelles chacun peut trouver sa bulle d'autonomie . »
Pour cela les managers doivent donner la vision générale et puis, derrière, » faciliter la vie, donner les marges de liberté, faire en sorte que le terrain s'empare du sujet et le construise. »
Le bottom up c'est le cœur du réacteur.

Claude TRAN

Dernière modification le mercredi, 18 novembre 2015
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.