Imprimer cette page

Après les interventions d’usage démontrant l’ancrage fort de cette rencontre dans l’affirmation de  l’intérêt des élus de la communauté de Pau représentée par Nicolas Patriarche dont il est Vice-président,  par l’intervention de Jean-Jacques Lasserre,  Président du département et celle de Pierre Barrière, Directeur Académique des Services de l’Education Nationale des Pyrénées-Atlantiques situant la rencontre dans sa problématique, Mickaël Stora psychologue clinicien et psychanalyste, cofondateur de l'observatoire des Mondes numériques en sciences humaines - http://www.omnsh.org/ - est invité à répondre à cette question : Peut-on sérieusement apprendre avec les jeux vidéo ?

20190130 100403 resized 002

Joueurs au masculin ou féminin : l’évolution depuis 20 ans

Il y a 20 ans les garçons étaient majoritaires. Aujourd’hui avec plus de 35 millions de joueurs en France, 51% de joueuses avec des petits jeux notamment sur téléphones. Le jeu est encore considéré comme « une perte de temps » et les femmes sont toujours dans un rapport « coupable » au temps. Le jeu est-il fait pour apprendre ? Le jeu va apprendre des choses mais il ne va pas forcément faire apprendre le même type de compétence. L’Odyssée par exemple permet -il d’apprendre la Grèce antique …Ou peut-il seulement être un excellent guide touristique…

Jouer à un jeu …et ce qu’il peut m’apprendre c’est beaucoup plus compliqué qu’on imagine.

Patricia Greenfield (USA) cite trois types de compétences

La spatialisation en trois dimensions

Le « multitasking » c’est-à-dire la possibilité de réaliser plusieurs actions en même temps ou d’utiliser plusieurs modes de communication de manière simultanée.

Une meilleure coordination main/œil. Si on observe des joueurs on peut constater que le jeu n’est pas un espace politiquement correct ! Il est un espace pour les pulsions agressives qui cependant, ne révèle rien de l’engagement du joueur pour des valeurs Ce n’est pas du même monde dont il s’agit.

Le jeu pour apprendre à perdre dans une société de la tyrannie de la performance

Parfois, les enfants manipulent les règles du jeu : en fait, c’est une manière d’apprendre, de s’approprier des connaissances ou des compétences. Paradoxalement, ils recherchent souvent des limites, une façon différente d’être dans leur vie de moins en moins contraignante.

Le jeu montre une certaine philosophie du monde : Gagner. Eliminer. Pour certains jeux actuels, l’enjeu, c’est de perdre ! On peut également revenir à des jeux de narration.

1101db2e 4e36 41a5 9af2 7c82aaa89200

Limdo en est un exemple : https://www.youtube.com/watch?v=yNLHleR0vrg

Comment introduire les jeux vidéo ?

Tout est à imaginer !

Les écrans sont des alliés à l’école et dans la dynamique familiale. Présenter un jeu par un dossier, partager, tweeter des cours, intervenir par les commentaires sur un cours à l'Université, autant de manières pour donner du sens. Regarder ensemble, permettre « l’attention conjointe », avec les écrans mais aussi avec tout autre support c’est le partage d’une expérience affective ! Cessons de faire du bébé un champion toute catégorie par des sur stimulations ! Mais ne figeons pas, ne stigmatisons pas, l’écran n’est pas source de tous les maux !

La totalité de l’intervention

Captation vidéo de la conférence par le pôle ARTICE, Direction du Numérique de l’UPPA

https://youtu.be/OzexlkUzp7s

Dernière modification le mercredi, 06 février 2019
Laurissergues Michelle

Tout d’abord enseignante en école maternelle, directrice d’école, maitre formateur, directrice du centre Départemental de documentation pédagogique en Lot-et-Garonne (actuellement CANOPE),  responsable associative au niveau des écoles maternelles de 1973 à 1994, présidente nationale de l’An@é de 1996 à 2017 qui a créé le site Educavox dont je suis responsable éditoriale.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.