Imprimer cette page
Gilles Babinet est un multi-entrepreneur français qui a fondé plusieurs sociétés dans des domaines d’activité extrêmement variés comme la musique, le transport, le marketing, les jeux sociaux...
Elu en 2011 premier Président du Conseil national du numérique par ses 18 membres, il a été nommé en juin 2012 par Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Economie Numérique, "Digital Champion", responsable des enjeux du numérique pour la France auprès de Nelly Kroes, la Commissaire européenne chargée du Numérique

Educavox publie ici l’intégralité de la conférence qu’il donne aux Journées du E Learning de l’Université de Lyon

« Le modèle de société que nous avons connu avec la seconde révolution industrielle est dépassé et ne fonctionne plus » dit-il.

L’objectif pour la France ce doit être « l’entrée dans la société de la connaissance ». Et l’Education, à cet égard occupe une place stratégique majeure.

Pour Gilles Babinet la distribution de la connaissance devient massive et gratuite. Il faut saisir cette opportunité pour accompagner la révolution numérique et produire des gains d’efficacité.
Quelques précurseurs du numérique éducatif au profit du plus grand nombre ont la faveur du conférencier.

Il évoque ainsi la révolution en cours avec Salman Khan fondateur de la KhanAcadémie qui parvient aujourd’hui à rassembler des centaines de millions de personnes qui suivent les cours qu’il met en ligne
Ce sont plus de 4000 vidéos accessibles gratuitement sur You Tube . D’une durée moyenne d’un quart d’heures chaque vidéo constitue un cours magistral que l’apprenant peut voir et revoir à loisir.

Cela peut permettre par exemple à tout enseignant, la construction d’une stratégie pédagogique autour de « la classe inversée ». Celle-ci réserve l’utilisation du temps scolaire pour accompagner individuellement les élèves avec des exercices et faciliter l’interaction entre pairs ; Mais c’est surtout grâce aux réseaux le partage de cours de tous niveaux, de toute nature mais surtout de qualité en tous lieux sur la terre de l’Amérique du Sud à l’Afrique et à l’Asie.

Grâce à l’ONG Bibliothèque Sans Frontières et le soutien de la Fondation Orange la Khan Académie arrive en France à cette rentrée scolaire avec 250 vidéos en langue française. ( écouter le podcast de l’émission Question d’Éducation d’Emmanuel Davindenkoff sur France Info)
http://www.franceinfo.fr/education-...

Gilles Babinet évoque également Sugata Mitra, enseignant en Technologie éducative à l’Université de Newcastle , rendu célèbre pour son expérience du « trou dans le mur » réalisé avec les kiosques installés dans les bidonvilles de New Delhi . Il montre ainsi que la diffusion de savoirs complexes à des enfants sans formation formelle est possible grâce à l’internet et à un ordinateur public.

Pour lui, le système éducatif scolaire, trop hiérarchisé est taylorisé, dans une société tayloriste . Il doit être « plus alternatif et s’adapter au cas par cas ». Inadapté pour nombre d’enfants il ne permet pas à chacun de trouver sa place.
Il évoque son cas personnel et ses difficultés au collège et au lycée où il ne parvient pas à s’intégrer du fait d’un cadre scolaire trop classique . Gilles Babinet passera son baccalauréat en candidat libre à l’âge de 20 ans.

Grâce au Web, « le savoir est disponible et accessible » dit-il ; mais est-ce suffisant ?

Comment en particulier faciliter le feed back et accompagner la progression des apprenants par l’interaction avec le formateur et les pairs

Et en France ?

Faut il introduire les tablettes à l’École ?

Autant de sujets qu’il aborde et qui ne manquent pas d’alimenter notre réflexion.
Il conclut son propos avec l’annonce du lancement de Code Académy en France et sur l’importance de ce savoir qui aide les enfants « à structurer leur pensée » .

Claude TRAN



Dernière modification le lundi, 10 novembre 2014
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.