fil-educavox-color1

Publié par George Aranda, Wendy Joblin sur le site Theconversation : Nous avons tous envie à Noël de gâter les enfants qui nous entourent. Mais certains d’entre nous aiment aussi glisser quelques jeux éducatifs parmi les cadeaux au pied du sapin. 

Le jeu est d’ailleurs une excellente occasion pour des personnes de tous âges de se pencher sur des questions de de science, de technologie, d’ingénierie ou de mathématiques. Voici quelques conseils pour ceux qui recherchent de l’inspiration au-delà des jeux clairement étiquetés comme « éducatifs » dans les rayons des magasins.

Mais passons d’abord rapidement en revue les principaux enjeux.

  • La science consiste à explorer la nature des choses et suppose des compétences comme la prévision d’hypothèses, l’observation, la collecte de données, l’évaluation de bonnes conditions d’expérimentation, l’explication et la communication.

  • La technologie est un processus qui se met en place dans le temps et qui consiste à répondre à un besoin ou à résoudre un problème. Cela recouvre aussi bien les questions de design que les technologies numériques.

  • L’ingénierie – pour le dire de manière très simple – consiste à voir comment assembler des systèmes pour obtenir le résultat espéré. À hauteur d’enfants, c’est très proche des compétences requises par la technologie.

  • Les mathématiques doivent aller au-delà de la simple mesure et de l’aptitude à compter pour inclure les capacités de démonstration et de résolution de problèmes, mises en jeu notamment dans le codage.

Tous ces domaines font aussi appel à ces « compétences du XXIᵉ siècle », comme on dit, telles que l’esprit critique, la créativité, l’innovation ou encore la capacité à travailler en groupe.

Des robots pour coder

La plupart d’entre nous ont aujourd’hui un smartphone ou à un ordinateur portable à disposition. Les applications, même celles qui intègrent la réalité augmentée, à l’instar de Pokémon GO, sont incroyablement populaires et accessibles.

Mais au-delà de ces usages réguliers des technologies, il existe aussi des produits d’initiation à la programmation et à la robotique qui permettent de transmettre aux enfants les bases du codage, leur mise en œuvre et leurs limites. Cela inclut ces jouets programmables qui peuvent être mis en marche par la simple pression d’un bouton comme par la combinaison de jetons.

Des robots comme les « Bee-Bot » et les « Cubetto » incitent les enfants à faire preuve d’imagination pour créer des circuits, composés de tunnels, routes et ponts que leur robot doit appréhender au mieux.

Des robots plus sophistiqués comme Spheros ou Edisons connectent les jeux aux tablettes ou aux ordinateurs. Les enfants doivent composer avec les contraintes et les opportunités du monde réel – par exemple les pentes, la variété des surfaces et le vent – et tester leur capacité à coder dans différents contextes. Ces jeux encouragent les enfants à réfléchir de manière créative pour arriver à des solutions.

 

Spheros, un robot dont on programme l’itinéraire.

À l’avenir, nous verrons de plus en plus de jeux se confrontant à la réalité augmentée, les entreprises investissant désormais de plus en plus dans l’interactivité entre le réel et le virtuel. Le but est de créer des produits qui permettent aux enfants d’utiliser des objets et des lieux réels (grâce au GPS) en lien avec des dispositifs informatiques, soit par eux-mêmes, soit dans des environnements compétitifs et collaboratifs.

Les atouts des jeux à l’ancienne

Même avec l’essor de la technologie numérique, les jeux de cartes, les jeux de société et les jeux de construction ont toujours la cote. Si on les choisit avec soin, il sont aussi de bons tremplins vers les sciences.

Des jeux coopératifs aussi populaires que Pandemic sont loués pour leur description précise de la manière dont les professionnels de santé réagissent en cas d’épidémie. Les enfants prennent conscience de l’impact réel de la maladie, de la manière dont elle peut se propager à travers le monde et du rôle de la science pour venir à bout de l’épidémie. Ils apprennent à rechercher des solutions en groupe, découvrent les bénéfices d’une bonne organisation et développent une « pensée computationnelle » (la résolution de problèmes qui s’appuie sur des notions d’informatique.

La culture scientifique peut aussi s’améliorer grâce à des jeux de société. Un jeu de cartes comme Organ Attack ! (un jeu anglo-saxon) permet aux enfants d’en savoir plus sur des maladies réelles et les organes qu’elles affectent. Basées sur une série de bandes dessinées, les illustrations présentent les différents organes de manière divertissante, ce qui aide les enfants à mieux comprendre leur propre corps.

Les jeux de construction sont aussi très utiles pour développer toute une série de compétences utiles au raisonnement scientifique. Il a été démontré que de simples blocs de bois peuvent aider l’enfant dans son développement, notamment en ce qui concerne le langage et le raisonnement spatial.

Des jeux de construction plus complexes peuvent impliquer des aspects numériques comme le design, la réalisation et la programmation de petits objets robotisés. Choisissez des jeux qui donnent l’occasion aux enfants d’aller au-delà du simple assemblage de pièces selon des instructions, pour les transformer en quelque chose d’inattendu.

Conseils pour mener le jeu

Il convient de noter que les enfants, lorsqu’ils jouent à des jeux axés sur les sciences, n’ont pas forcément conscience des compétences que cela implique. Les parents peuvent soutenir le raisonnement scientifique de leurs enfants, les aider à collecter des informations et à structurer le sens de leurs observations grâce aux conseils suivants : 

  • Demandez à vos enfants ce qu’ils ont en tête

  • Faites ressortir doucement les éléments de leur raisonnement qui peuvent être incohérents et en contradiction avec les preuves qui se trouvent face à eux

  • Aidez-les à ne pas se focaliser sur un seul indice au détriment d’autres informations pertinentes. 

Il peut être très difficile de trouver l’équilibre entre des technologies numériques qui supposent une utilisation individuelle (et peuvent isoler les enfants) et celles qui se focalisent sur la coopération et la conversation. Pour intégrer cette préoccupation dans vos choix de jeux, demandez-vous de quelle manière les connaissances qu’ils transmettent pourront être utiles et donnez la priorité aux applications qui encouragent la participation de plusieurs jouers, avec des tours de jeu et des échanges.

Les jouets et les jeux qui impliquent les amis et la famille ne sont pas seulement amusants, ils peuvent aussi permettre d’acquérir de nouvelles compétences, inciter les enfants à jouer leur rôle dans une équipe et à développer leur réflexion.


George Aranda, Wendy Joblin
Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

 https://theconversation.com/des-robots-aux-jeux-de-societe-un-peu-de-science-pour-noel-108940 

An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.