Imprimer cette page

Il me semble, et d'autres toujours plus nombreux le pensent aussi, que notre monde actuel serait, sinon sur le déclin, mais tout du moins à bout de souffle, dérivant sur une pente plus que glissante. Nous constatons que la logique actuelle, qui consiste à mettre en avant une consommation à outrance, une accumulation des profits pour une minorité de privilégiés, une uniformisation des modes de vie, un dérèglement du climat, un déplacement forcé de populations et bien d'autres maux, conduit à créer bien des déséquilibres plutôt inquiétants pour l'avenir.

De plus, on nous parle justement de globalisation, de mondialisation et, dans le même temps, nous voyons remonter un peu partout le nationalisme entretenu bien souvent par le populisme et ceci sur tous les continents ce qui entraîne un égoïsme déraisonnable.

Le gigantisme sur le plan économique qui dépersonnalise l'individu, l'avancée incroyable sur le plan des nouvelles technologies, les bouleversements industriels, la course folle à la rentabilité, le poids des marchés financiers et le besoin toujours plus grand de matières premières ont changé considérablement le monde en si peu d'années finalement.

L'homme, au milieu de ce chaos reste-t-il bien au centre du projet ou n'est-il pas devenu un simple pion noyé au milieu d'enjeux qui le dépassent, mais qui sont loin hélas de le servir au quotidien.

En effet, nous en voyons les effets avec une montée des inégalités, de la pauvreté, même dans les pays dits riches, à des conflits liés à la religion, à des revendications frontalières, à de l'oppression due à des régimes totalitaires. Des pays, désirant préserver leurs intérêts dérivent vers un protectionnisme économique et industriel tout en agitant le mouchoir de la peur pour ne pas participer au jeu de la solidarité en accueillant une partie des migrants économiques, politiques ou victimes du réchauffement climatique.

L'eau, qui se rarifie, car mal gérée ou détournée de sa fonction essentielle, est un enjeu considérable pour demain et source de sécheresse et de conflits majeurs. La démographie galopante, surtout dans les pays pauvres fait craindre la montée des famines, des épidémies, tandis que, paradoxalement, des pays développés connaissent pour certains un vieillissement inquiétant de leur population.

La liste des enjeux pourrait encore s'allonger, mais nous voyons bien que le monde est à un tournant majeur et nous serons bien obligés de nous entendre sur l'essentiel si nous ne voulons pas connaître le pire demain.

Le bien commun de l'humanité exige de pratiquer le partage plus équitable des richesses, de respecter les cycles de la nature sans surexploiter les ressources de la planète. Je ne suis pas le premier à tirer la sonnette d'alarme, mais il semble bien que notre égoïsme aveugle et mortifère compromet gravement l'avenir des jeunes générations, même si des bonnes volontés innovent ici ou là pour inventer un monde plus raisonnable, plus équitable.

Certains, très pessimistes, prévoient à terme l'extinction de l'humanité si des changements radicaux ne sont pas mis en place et ceci très rapidement, je ne sais pas si ce sera le cas ! Doit-on se résigner et baisser les bras en attendant cette triste fatalité qui serait une faute majeure et un échec total, pouvant, dans le même temps, entraîner aussi la disparition totale du monde animal, dont certaines espèces ont d'ailleurs déjà été radicalement éliminées par notre faute ??!!... Dès lors, pour tout un chacun et à commercer par moi, la question est bien de chercher enfin le sens que l'on donne à notre vie sur Terre. Sommes-nous juste nés pour accumuler des biens, jouir en toute insouciance grâce à une consommation effrénée et jamais assouvie ?

L'homme n'est-il qu'un jouet balloté au gré d'enjeux qui le dépassent ou doit-il plutôt être pris en compte dans toute sa dimension spirituelle, relationnelle, émotionnelle ?

Nous sommes tous différents mais sans doute faut-il trouver le dénominateur commun qui fera que notre humanité avancera vers plus de justice, de fraternité et de solidarité. Depuis bien des générations, des combats difficiles ont été menés aux quatre coins de notre planète pour préserver la paix entre les peuples, la dignité pour tout être humain, le respect des différences, l'accueil de tous, l'aide envers les plus fragiles. Le combat contre le mal, la destruction a toujours été incessant car la tentation a souvent été grande pour certains d'écraser les autres pour sauver leurs intérêts.

Cependant demain, si nous échouons, nous en paierons tous le prix fort, petits et puissants, et nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas, tellement les avertissements sont lancés depuis un bon moment déjà. Rien n'est encore perdu à mon sens........... mais il serait temps de nous réveiller, sinon nos enfants ne nous le pardonneront pas..... s'ils survivent !!.... Alors, n'oublions jamais que nous ne sommes que de fragiles locataires simplement de passage sur Terre et non pas les exclusifs propriétaires. Vivons donc cette bizarre expérience de la vie en respectant ce qui nous a été offert, tant sur le plan humain que sur celui de notre environnement, sinon tout aura été vain et sans saveur !!!...

Guy GILLET
Blog : http://echangessolidaritefraternite.centerblog.net/

Dernière modification le mardi, 12 juin 2018
Gillet Guy

Initiateur de l'asso festive et humanitaire "Je bouge pour les autres"  Site : http://pourlesautres.fr - Ancien Responsable-bénévole (au Téléthon - au Secours Catholique - à Saint Vincent de Paul) - Editorialiste libre à vocation éducative, pour défendre des valeurs fondamentales, afin de susciter le débat et l'engagement de tous - E-mail : g.gillet@libertysurf.fr
 
Mes Editos sont LIBREMENT utilisables par tous pour lancer le débat, la réflexion en direction de la jeune génération et ceci à partir de mon blog que vous pouvez faire connaître autour de vous, MERCI : http://echangessolidaritefraternite.centerblog.net/

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.