fil-educavox-color1

Par Renat Kuenzi, Aarau sur https://www.swissinfo.ch. L’éducation politique 2.0 veut donner aux jeunes un bagage de connaissances et d’aptitudes suffisantes pour qu’ils puissent participer activement à la vie démocratique suisse. Regard sur un nouveau concept auquel le fédéralisme fixe des limites avec la spécialiste de l’éducation et de la formation Monika Waldis.

Cet article fait partie de #DearDemocracyLien externe, la plateforme de swissinfo.ch pour la démocratie directe. En plus de celles de la rédaction, elle accueille des contributions d’auteurs extérieurs. Leurs positions ne correspondent pas forcément à celles de swissinfo.ch.

La nouvelle avait provoqué un certain choc: en 1999, les écolières et les écoliers suisses s’étaient retrouvés plutôt mal classés dans l’étude comparative internationale «International Civic and Citizenship Education Study (ICCS)»Lien externe. Le résultat ne concernait pas la physique ou la biologie, mais leurs compétences dans le domaine politique. En 2010, une étude similaire donnait une image analogue. La Suisse a renoncé – pour des raisons budgétaires – à participer à une nouvelle enquête comparative en 2016.

Toutefois, si la relève du pays champion du monde de la démocratie directe a de fortes lacunes en politique et peine à la comprendre, il devient nécessaire d’agir. Parce que, dans aucun pays au monde, les citoyennes et les citoyens ne sont appelés aux urnes aussi fréquemment qu’en Suisse.

Ce fiasco est aussi une des raisons qui a poussé à revoir l’instruction civique ou politique en Suisse alémanique dans le cadre du nouveau plan d’étude pour les niveaux primaires et secondaires intitulé «Lehrplan 21».

L’objectif de l’éducation politique 2.0 peut être résumé en deux mots: compétences politiques.

En Suisse romande, le plan d’étude romand appliqué depuis la rentrée 2013/2014 intègre, lui, une éducation à la citoyenneté.

«En politique, il y a certaines choses qu’on peut apprendre, exactement comme on le fait en mathématiques, pour les langues étrangères ou dans d’autres branches. Des connaissances de base sont indispensables pour l’aborder et s’y retrouver. Il faut savoir quelles institutions existent, ce qu’est la séparation des pouvoirs et pourquoi les droits de l’homme sont si importants», explique Monika Waldis. La professeure dirige le Centre pour la formation politique et l’enseignement de l’histoire de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse qui est rattaché au Centre pour la démocratie d’Aarau.

https://www.swissinfo.ch/fre/democratiedirecte/éducation-politique_vivre-la-démocratie-est-une-compétence-qui-s-apprend/44859918

Dernière modification le lundi, 01 avril 2019
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.