Imprimer cette page

Le monde de l’internet, entre fausse gratuité, communautarisme et liberté.

Lors d'une conférence à l'Ecole nationale supérieure de cognitique de Bordeaux, le 20 janvier, *Dominique Wolton a proposé 10 idées-clés à partir de ses travaux de recherche.

Idée 1 – L’INCOMMUNICATION

L’épreuve de la communication est douloureuse, parce que communiquer, c'est négocier. Dans notre société, l’information est vénérée au détriment de la communication.

Mais l’information, c’est le message, qui exclut la question de la RELATION et de la réception : informer est très facile, communiquer très compliqué, informer ce n’est pas communiquer. Le 20ième siècle est le siècle des Sciences de l’information.

Le 21ième siècle est celui de la découverte de la difficulté de la communication et de l’incertitude.

« Si tout le monde s’exprime, qui écoute ? ».

Idée 2 – LA COMMUNICATION HUMAINE EST ESSENTIELLE

La communication entre pairs, en « vrai », est plus importante et bénéfique que la communication par outils interposés. Elle est plus difficile mais essentielle. Nous sommes hyper-connectés mais parfois isolés.

« Attention aux solitudes interactives ».

Idée 3 – LA PLACE DU RECEPTEUR

Les théories techniques sur la communication sont basées sur l'idée de continuité alors que les théories anthropologiques montrent bien que la communication est beaucoup plus complexe.

L’enjeu n’est ni le message, ni le tuyau, mais le récepteur.

Idée 4 – LA CONTRADICTION

Il existe une grande contradiction entre notre sentiment de liberté et la toute-puissance des « industries impériales » (GAFAM) qui font de la relation entre information, connaissance, culture et communication un enjeu majeur.

La régulation par l’Etat est une nécessité, notamment pour protéger les individus.

Idée 5 – ENTRE MONDIALISATION ET COHABITATION

Avec la mondialisation, le monde est devenu un petit village, nous devons apprendre à cohabiter et respecter l’altérité. Nous devons respecter/préserver les diversités culturelles, dont les LANGUES. Les problèmes de communication et d’altérité ne sont pas résolus par Internet.

« L’illusion des tuyaux »

Idée 6 – LE POLITIQUE

Nous réinvestissons une utopie (idéal de partage, de solidarité, etc.) sur une technique. Mais la/le POLITIQUE doit rester au centre de nos préoccupations. Internet n’est qu’un outil, il n’est pas,la condition de la démocratie.

A quelle condition l’explosion d’information peut-elle favoriser la tolérance ? L’Europe est le plus gros chantier de l’optimisme (le projet fonctionne car il y a une volonté politique derrière).

La politique est l’exemple plus extraordinaire de l’incommunication.

Idée 7 – LE CONFLIT ENTRE ESPACE ET TERRITOIRE

L’espace virtuel, mondialisé va rendre cruciale la question du territoire. On observe un retour des frontières et des murs, de la géographie, dans un monde fini.

Idée 8 – L’EXPERIENCE VIA LES SIGNES

Pour la première fois dans l’histoire de l’homme, l’expérience n’a plus aucun lien avec la nature ou la matière, mais avec des signes. Qu’est-ce que cela va changer ? Matière et Nature feront partie des problématiques du futur (retour à la terre, etc.) alors qu’aujourd'hui, 75 % de la population vit dans les ville, ce qui crée un flottement identitaire et l’illusion de la maîtrise du monde avec la technologie (avec les smartphones par exemple).

Idée 9 – L’ILLUSION DE LA MODERNITE

Dans le conflit qui oppose depuis toujours les modernes aux anciens, la modernité a aujourd’hui vaincu. Nous anthropomorphisons même les objets. Il est impossible de faire l’économie du rapport au monde. La tradition est nécessaire par rapport à la modernité et permet de réfléchir à l’attribution cognitive des objets technologiques.

Idée 10 – LA FASCINATION D’INTERNET

Chaque évolution technique est accompagnée de questions fortes avec l’illusion de la libération et de l’émancipation de l’homme par la technologie : pour la radio, la dénonciation de la propagande, pour la télévision, les questions sur le rapport à l’image, à la captation de l’attention.

Sur Internet, on voit se développer une idolâtrie totale, symbole de l’émancipation de l’homme. Nous sommes tellement fascinés par les prouesses techniques que cela empêche notre volonté politique. Les journalistes, les scientifiques, les politiques tiennent, dans la plus large majorité, les mêmes discours que les commerciaux. Il n’y a pas de réglementation.

D’où la nécessité d’introduire l’esprit critique et des règles pour la domestication d’internet.

CONCLUSION

Aujourd’hui, deux courants philosophiques s’opposent autour de la question de la communication :

  • Une majorité qui privilégie la TECHNIQUE, le capitalisme, l’économique (les GAFAM), et qui pense que la technique peut changer la communication,
  • Une minorité qui privilégie l’homme, les rapports humains et le politique.

La culture et la connaissance nécessitent de la LENTEUR. Le « TEMPS PERDU » fait partie de la connaissance, de son élaboration. Les communautés ne font pas société.

A. Cerchiaro, A. Lehmans et F. Nigou

*Dominique WOLTON, sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, est le fondateur de l’Institut d
es Sciences de la Communication du Centre National de la Recherche Scientifique. Spécialiste des médias, de l'espace public, de la communication politique, et des rapports entre sciences, techniques et société, il a conduit des recherches contribuant à valoriser une conception de la communication qui privilégie l'homme et la démocratie plutôt que la technique et l'économie. Il est actuellement directeur de publication de la revue internationale Hermes et conseiller auprès du président du CNRS.
Dernière modification le mercredi, 22 février 2017
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.