Imprimer cette page
« Je veux rendre hommage au service public ! » - Affirme Vincent Peillon en visite au lycée SUGER de ST Denis. - Il y sera resté plus de trois heures, prenant le temps de questionner et d’écouter : les élèves, les personnels et particulièrement les enseignants qui exercent dans ce qu’il appelle « ce trésor de technologie » financé par la Région Ile de France et qui profite tout autant aux uns et aux autres, mais également aux entreprises qui l’utilisent dans le cadre de la formation continue de leurs salariés.
Sensible à l’image d’excellence que donne ce lycée des métiers de l’image et du son, parfaitement intégré et ouvert à son environnement économique, à la réussite des élèves aux examens terminaux, à leur insertion professionnelle facilitée mais surtout au plaisir qu’enseignants et enseignés semblent prendre à travailler ensemble, le ministre de l’éducation nationale y voit ce que peut être un enseignement professionnel revalorisé lorsque les acteurs de la formation professionnelle se regroupent autour d’une filière économique.

Jean Luc HEES, Président de Radio France, partenaire de l’établissement, l’affirme sans détour : « Il faut que ça dure car cela a été excellent pour les gens qui se sont investis et c’est très plaisant pour moi ; jamais un problème, jamais un souci ; ça roule parfaitement et je vois tous les bénéfices pour les personnels de Radio France ! » Les 120 métiers exercés dans cette grande entreprise sont en effet une véritable aubaine pour les stages en entreprises des élèves de cet établissement.
En suivant Vincent PEILLON dans la découverte de ce lycée polyvalent à l’origine lycée professionnel, on retrouve une constante de nombre d’établissements du second degré semblables qui ont su valoriser leur spécificité pour en faire des atouts au service des élèves et des étudiants .

Comme dans nombre d’entre eux l’action du chef de travaux et de l’équipe de direction est essentielle dans cette valorisation. Mais ne peut s’exprimer sans des équipes enseignantes motivées et ouvertes au monde de l’entreprise.
Cela se traduit souvent par l’intervention conjuguée d’enseignants d’origines diverses ou qui ont, par leur formation personnelle acquis des compétences adaptées aux exigences des curriculums officiels.

On le voit bien dans ce reportage où Vincent PEILLON rencontre un enseignant contractuel qui poursuit simultanément une activité professionnelle lui assurant la pertinence de l’expérience dont il fait bénéficier ses étudiants.
Logique de la diversité, ouverture sur l’extérieur et en particulier sur le monde économique, partenariat avec la collectivité qui investit dans des équipements performants haut de gamme, cela n’a pas échappé au ministre qui y voit les ingrédients pour la réussite des jeunes et leur insertion professionnelle.

Dans une interview menée par l’équipe d’étudiants du lycée, Vincent PEILLON développe les atouts des campus des métiers et des qualifications. Quinze d’entre eux ont déjà été labellisés et il y en aura d’autres.
« Ce sont de véritables centres d’excellence, dit-il, qui doivent tirer tout le monde vers le haut ».

Claude TRAN

Dernière modification le lundi, 10 novembre 2014
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc, chef d’établissement en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis administrateurà l'An@é, actuellement administrateur Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.