fil-educavox-color1

À l'ère de la mobilité, l'événement populaire culturel « Le Carn@val numérique » vise à réunir les générations en utilisant les codes traditionnels du carnaval : peurs, créations, projets co-construits, échanges, fête, pratiques disruptives.

Comment créer, impulser, favoriser « les passerelles numériques » entre les parents, les enseignants, l'éducation, la culture, la famille, les institutions, les entreprises, les générations, en fait tous les acteurs de la société de l'apprendre ?

Comment évacuer les peurs et créer de la confiance ?

mlNé dans un groupe de travail créé au sein de l'An@é, Association Nationale des Acteurs de l'Ecole, l'idée de cet évènement a fait son bonhomme de chemin dans une démarche participative enrichie de l'intelligence de chacun.

L'idée du Carnaval comme moment de passage de l'hiver au printemps, de l'éclosion d'une nouvelle ère, mais également celui d'une fête populaire qui permet de s'affranchir, voire de transgresser des règles et des contraintes du quotidien et par là de se libérer des peurs garce à la « mascarade », a conquis tous les participants car il représentait bien cette cosmogonie digitale dans laquelle sont entrées nos sociétés.

 

Comment donner à cette tradition matérielle et concrète presque aussi ancienne que l'homme lui-même son caractère numérique ?
Comment élaborer des masques ?

Comment identifier les mythes ou les démons ?

Quelle forme donner aux confettis ?

Comment se travestir ?

Comment construire les chars ?

Comment brûler Monsieur Carnaval ?

En fait comment imaginer et matérialiser un carnaval numérique ?

L'imagination de chacun, le pouvoir créateur du groupe, les savoir-faire individuels, l'immensité de la richesse du web auront permis d'inventer, de donner des formes nouvelles aux concepts , d'innover en fait....et ce n'est pas fini car le projet se développera sur trois années : après l'irruption, viendront l'éruption et enfin la disruption.

Ce premier Carnaval Numérique sur le thème de l'irruption, est un événement populaire tout public, première saison d'un cycle de 3 ans, qui intégre une approche culturelle totalement différente : partage en temps réel avec l'extérieur, créations virtuelles, productions non éphémères, dynamique prospectiviste, ateliers de création dans l'immédiateté de l'événement, « narrations » avec des chars d'actualités et de pratiques nouvelles, des confettis numériques disponibles sur le réseau mondial du numérique.

Michelle Laurissergues, Présidente de l'An@é, dans son discours d'ouverture remercie tous nos partenaires sans qui ce projet n'aurait certainement pu aboutir à ce niveau de réussite, en particulier la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette et son Président Monsieur Bruno MAQUART. Joël de ROSNAY, conseiller de la présidence et soutien de toujours de notre association y aura joué un rôle essentiel.

Claude TRAN
Vice Président de l'An@é

Image : création Philippe Faure

Dernière modification le mardi, 28 mars 2017
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'association Inversons la classe, consultant.