fil-educavox-color1

Photo écrits collaboratifs Etherpad en action (licence CC kjarett) -  blog JM Gillot - Publié par Outils Réseaux (Association loi 1901) prestataire de formations
Conçu comme un support à la construction d’un savoir collectif, le Web 2.0 a profondément amené à concevoir l’information de manière différente. Libérant l’écriture de l’univers clôt du support imprimé, il a engendré une profonde modification dans ce domaine. Il est désormais possible d’écrire à plusieurs sur le même document et en même temps ! Le succès rencontré par l’Encyclopédie Wikipédia, l’un des sites les plus consulté au monde, a ouvert la voie à de nouvelles pratiques d’écriture. Se définissant elle-même comme un "projet d’encyclopédie libre, écrite collectivement", elle a démontré combien la collaboration était porteuse de qualité et pouvait doter l’écrit d’une plus grande richesse. Richesse pour la communauté qui bénéficie de la rencontre de points de vue différentes sur un même sujet. Richesse également pour l’individu qui participe à un projet qui va le conduire à élaborer de nouvelles stratégies d’écriture et à se nourrir de nouvelles idées.
 
Co-écrire, un processus difficile

La réalisation d’un écrit collaboratif est le fruit d’un processus souvent jugé complexe et difficile. Dans l’article A Taxonomy of Collaborative Writing to Improve Empirical Research, Writing Practice, and Tool Development, paru en 2004, Lowry P.B., Curtis A. et Lowry M.R. expliquent cette difficulté par le fait qu’à la démarche d’écriture individuelle (qui a pour fondement, selon eux, la planification, la traduction et la révision), l’écriture collective ajoutent trois niveaux de complexité supplémentaire :
1. Intellectuelle
2. Sociale
3. Procédurale

Ceux-ci correspondent à trois questions que pose l’écriture collaborative :

1. Comment mutualiser et harmoniser des connaissances individuelles pour produire un savoir collectif ?
2. Comment coordonner les membres et leurs différents avis pour mener à bien ce projet ? Comment dépasser les conflits socio-affectifs générés par cet exercice collectif ?
3. Comment mettre en place une planification et une finalisation commune ?

La dynamique de groupe : la clé de voûte de l’écriture collaborative

En réalité, au-delà de la dimension intellectuelle et procédurale évoquées précédemment, ce qui apparaît véritablement comme la clé de voûte de l’écriture collaborative est la dimension sociale de laquelle va découler le "bon fonctionnement" du reste. Par "dimension sociale", on entend la capacité à créer une dynamique de groupe qui va fédérer chaque membre autour d’un objectif commun (la production d’un texte) et au sein duquel chacun va trouver sa place. Une dynamique qui va faciliter au maximum l’implication de ses membres et sans laquelle tout projet coopératif est voué à l’échec.

L’écriture collaborative peut en effet générer des conflits socio-affectifs (points de vue divergents, sentiment d’être jugé etc.) qui peuvent s’avérer difficiles à dépasser. L’acte de co-écriture nécessite ainsi :

  •  Un haut niveau d’interaction réciproque entre les membres alimenté par des échanges fréquents.
  •  La prise en compte des différents points de vue, la valorisation des apports de chaque membre à la communauté, l’encouragement de chacun à participer, en gardant en tête cette phrase de Paul Ricoeur « La tolérance n’est pas une concession que je fais à l’autre, elle est la reconnaissance du principe qu’une partie de la vérité m’échappe. »
  •  La capacité de l’animateur à réguler les conflits sociaux-cognitifs générés par les idées et natures divergentes.

Le travail de l’animateur de réseau va justement être d’apporter une convergence au sein de la communauté et de créer ainsi une dynamique constructive de travail propice à l’implication de chacun :
 
 
 
Les trois niveaux d’écriture collaborative

Réaliser un écrit collectif peut se faire de différentes manières, selon trois niveaux de collaboration :
  •  Un membre commence par rédiger un article qui est ensuite modifié et enrichi par un autre membre et ainsi de suite jusqu’à obtenir un « document » jugé complet par le groupe et faisant l’objet d’un consensus.
  •  Une approche plus coopérative que collaborative consiste à ce que chaque membre travaille sur une partie de l’article. Les diverses parties produites sont ensuite reliées entre elles et harmonisées pour former un seul et même article.
Une variante à cette coopération consiste à ce que chaque membre, selon ses compétences et ses appétences, effectue une partie du travail. Par exemple, un membre rédige, l’autre corrige, le troisième relit etc.
  •  Enfin, l’approche la plus collaborative est peut-être celle qui inclut tous les membres de la conception à la réalisation de l’écrit, celle où il n’y pas véritablement de distinction de rôle. Chacun participe ainsi aux différents phases. Nous allons nous arrêter sur les phases d’élaboration que pourrait recouvrir cette dernière.

Les phases d’élaboration : trucs et astuces pour l’écriture participative

Chaque groupe peut trouver sa propre méthode, celle qui lui correspond. Cependant, pour avoir quelques points de repère, voici quelques trucs et astuces pour initier une écriture participative :

1. Faire vivre "une expérience irréversible de coopération"

Rien de mieux pour préparer un groupe à la réalisation d’un écrit collectif que de commencer déjà par lui faire vivre une "Petite Expérience Irréversible de Coopération" (PEIC). Ceci afin de résoudre des points de blocage éventuels, faire naître les premiers échanges et donner du sens à la démarche collaborative. L’une des grandes astuces consiste à utiliser Etherpad, un service en ligne qui permet de prendre des notes à plusieurs personnes simultanément, sur lequel est mis du contenu imparfait, à corriger ou comportant de nombreuses fautes d’orthographe. Ce simple fait va pousser instinctivement les personnes, malgré les barrières qu’elles pourraient avoir, à corriger les fautes. Cette astuce est encore plus efficace quand la faute porte sur le nom d’une personne : au souci de l’orthographe irréprochable, s’ajoute l’ego...Le mal est fait : la personne vit sa première expérience de collaboration !
 
 
 
 
 
Tous les contenus de ce site sont la propriété de l’association Outils-Réseaux, disponibles en licenceCreative Commons
Dernière modification le lundi, 13 juin 2016
An@é

L’association, à l’initiative de la création d’Educavox, en assure la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.