fil-educavox-color1

Publié par la CNIL.

Près d’un Français sur deux* joue à des jeux vidéo dématérialisés. Un succès grandissant pour les applications de jeu souvent gratuites et addictives mais qui se montrent gourmandes en données.

Quels usages ?

Un joueur moyen consacrerait plus de 5 heures par semaine aux jeux « free to play » (gratuit) * depuis leur tablette ou encore leur smartphone. La plupart de ces jeux s’obtiennent gratuitement en un clic et sont particulièrement adaptés aux situations de mobilité (train, métro…), ou aux périodes d’inactivité (file d’attente, pause journalière…).

Derrière chaque modèle économique, la collecte de données ...

Il existe une multitude de modèles économiques pour les applications mobiles « gratuites » de jeu qui vont de la publicité (in-app ou hors app) à des micro-paiements ou du freemium (pour obtenir des avantages et des options, accélérer sa progression ou accéder à d’autres niveaux) en passant par du sponsoring ou la promotion de services commerciaux plus traditionnels.

Dans tous les cas, la gratuité n’est qu’apparente, ces applications s'appuyant plus ou moins directement sur la collecte des données générées par les utilisateurs à partir de leur smartphone. C’est particulièrement vrai pour la donnée de localisation la "donnée reine" du smartphone, une des véritables contreparties du jeu qui s'avère très précieuse pour affiner le ciblage publicitaire.

... pour encourager l'achat

Les éditeurs profitent également de l’engagement des joueurs pour collecter de nombreuses données comportementales (patience du joueur, goût du risque, découragement face à un obstacle…). Certains éditeurs souhaitent exploiter au mieux le comportement du joueur afin d’encourager l’achat pour mieux progresser dans le jeu. Des techniques qui s’appuient sur les mêmes mécanismes de frustration et de récompenses que les jeux de hasard et les casinos.

... pour les partenariats commerciaux

Enfin, les jeux basés sur la localisation - comme Pokémon Go qui bénéficie d’une base importante d’utilisateurs - attirent les personnes vers des espaces physiques commerciaux (des magasins partenaires, des marques sponsorisant des lieux,…).

La suite de l'article : https://www.cnil.fr/fr/jeux-sur-votre-smartphone-quand-cest-gratuit

 

Dernière modification le mercredi, 31 août 2016
An@é

L’association, à l’initiative de la création d’Educavox, en assure la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.