fil-educavox-color1

Un nouveau souffle pour l'industrie spatiale : modèle, opportunités et menaces.

Partager les derniers résultats de sa recherche en économie et en management avec les acteurs économiques et le public, telle est la vocation des Matinales de la Recherche organisées par Toulouse Business School. La quatrième édition s'est tenue le 21 septembre, sur le thème de l'industrie spatiale.

Elle en a exploré sa situation « entre deux époques », les perspectives florissantes qui s'offrent aux opérateurs spatiaux mais aussi les menaces qui guettent ce secteur d'activité.

Tout comme l'aéronautique, le spatial est un domaine d'expertise avancé, caractéristique de TBS. Son centre de recherche abrite la première chaire internationale dédiée au droit et au management du secteur spatial, développée en partenariat avec l'Université Toulouse Capitole, avec le soutien d'industriels du secteur (CNES, Airbus et Thales Alenia Space) : La Chaire Sirius.

Le spatial, un secteur entre deux époques

Jusqu'à la fin de la guerre froide, dans les années 90, le marché du spatial adressait exclusivement une clientèle étatique tournée vers des besoins de Défense. Aujourd'hui, on assiste à un double phénomène :

- L'amplification de la commercialisation de l'espace, avec de nouveaux entrants, à l'image notamment des grands acteurs de l'internet (GAFA) qui achètent des satellites,

- L'apparition de nombreux nouveaux services basés sur l'utilisation de l'infrastructure spatiale, qui font entrer le spatial dans une nouvelle ère.

Cette situation conduit les industriels historiques du secteur à changer de paradigme et à fournir une offre en adéquation avec les besoins de ces nouveaux acteurs.

Comme l'indique Victor Dos Santos Paulino, professeur à Toulouse Business School et responsable de la Chaire Sirius, le secteur spatial ne bénéficie pas encore des effets de cette dynamique émergente, il est entre deux époques :

img101017"Il est difficile de faire des projections parce que l'incertitude est maximale. On devrait toutefois assister, dans les 20 prochaines années à une montée en puissance des acteurs commerciaux. Une fois amorcé, ce mouvement devrait durer plusieurs décennies. Mais, le secteur n'est pas à l'abri d'un faux départ, comme il l'a déjà vécu avec l'éclatement de la bulle internet, phénomène qui a fortement freiné les ambitions de croissance du secteur." Victor Dos Santos Paulino, professeur à Toulouse Business School, responsable de la Chaire Sirius

 

L'espace, futur Eladorado ?

En 2016, le Sénateur américain, Ted Cruz, affirmait que les prochains multi-milliardaires seraient des opérateurs spatiaux. Les experts présents à la Matinale de la Recherche se sont accordés à confirmer cette prédiction. Domainestratégique pour les Etats qui ont des ambitions de puissance dans le monde, le marché de l'espace est préempté par des acteurs issus de secteurs très compétitifs et concurrentiels. Le ur dynamisme, conjugué à la volonté des Etats, permet donc d'envisager des perspectives florissantes.

img2101017

"Le secteur spatial ouvre des perspectives considérables. S'il était besoin de démontrer que l'on a affaire à un marché particulièrement porteur, depuis l'an 2000, 400 sociétés ont été créées sur ce segment et plus de 35% d'entre elles ont levé des capitaux auprès de capitaux risqueurs." Lucien Rapp, professeur à l'Université Toulouse Capitole, directeur scientifique de la Chaire Sirius Parmi les secteurs les plus porteurs, on trouve l'observation de la terre et en son sein, toute l'imagerie spatiale qui, associée au data-mining, permet l'exploitation des données issues de l'observation de la terre. Il offre un potentiel d'applications important et ouvre des marchés considérables. 

Parmi les opportunités de croissance, on peut citer :
- l'exploration et l'exploitation des minerais spatiaux,
- le potentiel des services pouvant être déployés à partir de l'imagerie spatiale, - la surveillance des infrastructures terrestres,
- l'exploitation des drones dans l'espace,
- tout ce qui touche aux services de communication et de télécommunication...

Une analyse commentée par les acteurs historiques du secteur

Dans le cadre de cette Matinale de la Recherche, Murielle Lafaye, Expert Prospective spatiale et Enjeux socio-économiques au CNES, Cédric Balty, VP Innovation chez Thales Alenia Space et Thierry Duhamel, Manager R&D et prospective chez Airbus ont livré leur regard de praticiens sur les perspectives présentées par Victor Dos Santos Paulino et Lucien Rapp.

Ils ont notamment mis en avant que la bataille mondiale pour ces marchés est déjà bien engagée : les Etats-Unis sont positionnés sur l'intégralité des segments d'activités dérivés du spatial. La Chine et la Corée du Sud sont des concurrents sérieux, avec une offre compétitive et réactive. Ils ont par ailleurs souligné que, si les nouveaux acteurs du secteur spatial, particulièrement ceux issus de l'économie numérique, convoitent des positions dominantes, ils se tournent inévitablement vers les acteurs traditionnels dont l'expérience permet de produire des satellites de façon compétitive et à grande échelle.

La vidéo de La Matinale de la Recherche « Un nouveau souffle pour l'industrie spatiale : modèle, opportunités et menaces » est disponible via le lien suivant : https://youtu.be/wYbCHDLelHQ

La Chaire Sirius en bref

SIRIUS, « Space Institute for Researches on Innovative Uses of Satellites » est une chaire d'entreprise, fondée sur un partenariat public-privé original entre trois opérateurs majeurs du secteur spatial mondial (le CNES, Airbus et Thales Alenia Space) et deux établissements d'enseignement supérieur réputés pour leur expertise dans ce domaine : l'Université Toulouse 1 Capitole et Toulouse Business School. Lucien Rapp, professeur à l'Université Toulouse 1 Capitole, assure la direction scientifique de SIRIUS, aux côtés de Denis Lacoste, directeur de la recherche à TBS.

Sous leur égide, une équipe d'experts internationaux de haut niveau mène des travaux de recherche sur les défis juridiques et managériaux que posent les mutations de l'industrie spatiale. Jusqu'alors peu explorées, ces thématiques s'inscrivent parmi les priorités de la France et de l'Europe, mais aussi de la région Occitanie, au regard des 12 000 salariés, soit près du quart de la filière spatiale européenne, qui y évoluent aujourd'hui.

Dernière modification le mercredi, 11 octobre 2017
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.