fil-educavox-color1

Les dernières années se sont passées à décrier,  expliquer, encenser, rejeter, essayer, s’interroger, polémiquer…Pour ou contre le numérique en classe ? Informatique et numérique, le danger des écrans, la perte des savoirs, de la mémoire, le " zap " intellectuel,  le danger pour la démocratie…Et puis pour ou contre les tablettes,  les Tableaux Interactifs, les jeux sérieux, les robots…Ce numérique là est mort.

Le numérique : un fait de civilisation

L’émergence de modèles économiques différents, de citoyens acteurs publics,  de nouvelles formes de citoyenneté, de rapports différents au travail, à la sécurité, à la santé, à l’information, à la culture, aux loisirs et aux autres modifie considérablement les sociétés et leur rapport entre elles.

Les enjeux sont considérables et la réflexion sur ces évolutions ne peuvent rester au cœur de cercles influents et  clos.

Ah…J’oubliais : les robots peuvent nous réduire en esclavage…Mais…au fait. ..Qui fabrique les robots ?

« Les questions de la « cybercriminalité », de la robotisation de notre société, l’utilisation du Big Data, les articulations entre les intelligences artificielles et les algorithmes sont autant d’éléments que chaque responsable – parents, enseignants, élus, entrepreneurs, auto entrepreneurs,... – doit prendre en compte. » Marcel Desvergne

Ce que le numérique fait à l’éducation et à nos cultures

Savoirs faire technologiques, apprentissages ludiques, pratique et connaissances des médias sociaux, interactions entre élèves et rétroaction plus directe avec les enseignants, modification des rapports enseignants élèves, des conceptions d’évaluation, accès direct aux informations, aux espaces de formation en ligne, aux ressources, co-éducation, passerelles intergénérationnelles, pédagogie de projets collaboratifs, apprentissage des langues et langages, usages de controverse et argumentation, compétences orales, créativité et apprentissage des règles et espaces de publication, conscience des enjeux éthiques …Modification des espaces et des temps scolaires…anticipation sur les métiers…

Voilà ce que le numérique fait (peut faire…) à l’éducation, à nos cultures !

Peut-être qu’enseigner aujourd’hui devient un autre métier…Nous avons repérer quelques « mutants »qui ont présenté leurs projets lors du Carn@val numérique : Même pas peur ! …Mais ils sont des milliers aujourd’hui… Classes inversées, twicteurs, blogueurs, utilisateurs de logiciels créatifs, d’outils en ligne, de réseaux sociaux, d’objets connectés…

Ils ont tous su extraire et adapter ce qui convenait le mieux à leur manière d’enseigner et d’apprendre.

Numérique « en campagne »

Pas de jeu de mot…Le numérique à la campagne, oui bien sûr, tous nos territoires se doivent d’être irrigués et en situation d’égalité. Mais le numérique en campagne …électorale ?…Le numérique est affaire de pouvoirs, d’idéologies, de politiques publiques.

Donner à tous les acteurs les « codes » politiques, économiques, sociétaux, culturels et éducatifs d’une société connectée où l’individu peut rester maitre  de son métier, de sa place active, de son destin pour les décennies à venir est un enjeu important.

Les outils ? Inventons-les, fabriquons-les, adaptons-les, partageons-les, choisissons les plus utiles en fonction des projets...

Le numérique, via les Smartphones et les réseaux sociaux est un amplificateur des échanges, des idées, des projets, des publications  : L’éducation aux médias prend une place importante dans l’école et dans nos sociétés.

Le numérique est un amplificateur des relations humaines : il permet aussi de cultiver - dans le sens profond de culture- " ce qui nous distingue et nous distinguera toujours des machines aussi intelligentes soient-elles : les relations humaines, la capacité à tisser des liens durables et profonds avec nos semblables, l’empathie, la capacité à s’émouvoir, le don de créativité, le génie mathématique… ou, pour reprendre le mot de Pascal, l’esprit de géométrie et celui de finesse." Jacques Puyou

Le numérique est mort : celui des antagonismes stériles. Le numérique est. Partout. Et le monde change.

Les projets des candidats à la Présidence de la République ne peuvent qu’intégrer cette nouvelle donne au risque de s’éloigner encore plus des réalités et des questions vives de notre temps. Développement de la recherche, économie à l'échelle européenne et mondiale et la répartition des richesses du numérique, territoires connectés, e-santé, e-tourisme, e-démocratie, culture, formation, développement des nouveaux métiers, développement des lieux de médiation et d'accompagnement, des tiers-lieux, des initiatives entrepreneuriales, réflexions prospective à long terme sur les considérations éthiques, sur la sécurité, l'humain connecté, l'usage citoyen, le continuum éducatif... le développement d'une société "apprenante"...Un monde revisité avec l'apport positif du numérique ! 

L’An@é propose pour alimenter les échanges, une série de réflexions et de propositions :

" Numérique en campagne " :

Accès aux articles ici

Michelle Laurissergues

Présidente An@é

https://prodageo.files.wordpress.com/2010/10/cc-by-80x15.png

Articles sources :

http://www.educavox.fr/accueil/reportages/le-numerique-sujet-de-societe-sujet-de-civilisation

http://www.educavox.fr/accueil/debats/numerique-en-campagne-2-que-l-intelligence-artificielle-augmente-l-intelligence-humaine

http://educavox.fr/toutes-les-breves/vers-une-societe-apprenante

Carnaval numérique :

http://www.educavox.fr/carn-val/content/304-carn-val-numerique-2017/

Education aux médias :

http://www.educavox.fr/dossiers/medias/education-aux-medias

Démocratie

http://www.educavox.fr/alaune/tag/D%C3%A9mocratie

 

Dernière modification le lundi, 03 avril 2017
Laurissergues Michelle

Tout d’abord enseignante en école maternelle, directrice d’école, maitre formateur, directrice du centre Départemental de documentation pédagogique en Lot-et-Garonne, longtemps responsable associative au niveau des écoles maternelles et depuis 1996, présidente nationale de l’An@é, Association Nationale des Acteurs de l’Ecole et co-fondatrice du site Educavox.