fil-educavox-color1

Publié sur le carnet de recherche d'Anne Cordier : https://cultinfo.hypotheses.org/521 : À l’occasion du colloque européen Pharmaphone : Sociabilités, affects, réseaux, qui se tiendra les 15 et 16 janvier 2020, à la Villa Tamaris – Seyne-sur-Mer, chercheurs·ses et praticien·es sont invité·es à interroger ensemble cet objet smartphone.

Si la fonction communicationnelle du smartphone est largement considérée, le rôle de cet objet connecté dans l’être-au-monde-informationnel des acteurs·rices l’est beaucoup moins. Comment saisir, sans jugement, le rôle du smarpthone dans l’activité informationnelle juvénile ? Quelle est la place effective de cet objet dans l’écosystème informationnel des jeunes enquêté·es ? Quels enjeux éducatifs recèlent ces usages informationnels du smartphone ?

Voilà ce que je proposerai de voir et discuter lors d’une conférence intitulée 

“Avec mon téléphone, le monde il est à portée de mains !” – Anaïs 18 ans –

Analyse compréhensive du portail des pratiques informationnelles juvéniles”.

Un regard compréhensif sur les pratiques informationnelles juvéniles

La recherche dont est issue la réflexion proposée ici est menée en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC). À travers une approche anthropocentrée, sociale et compréhensive des pratiques informationnelles d’acteurs·rices, il s’agit de comprendre comment ces dernier·es s’emparent des dispositifs sociotechniques à leur disposition et les intègrent – ou non – dans leur écosystème informationnel personnel. Volonté d’expliquer théoriquement ce qui se produit avec le numérique anthropologiquement comme philosophiquement « façon de combattre la pensée magique, si profondément ancrée quand nous évoquons le numérique »[1].

Le smartphone dans l’écosystème informationnel juvénile

Cette recherche met en lumière la place prépondérante du smarpthone dans l’écosystème informationnel personnel des acteurs·rices, catalyseur d’imaginaires de l’information (exhaustivité, personnalisation) qui influent sur l’appréhension tant pragmatique, émotionnelle et cognitive, de l’information ainsi que sur sa circulation. Nous entendons par écosystème informationnel l’ensemble des ressources matérielles, humaines et symboliques, que l’acteur·rice convoque dans une situation donnée. Chacun·e développe plusieurs répertoires de pratiques et les active en fonction de la lecture qu’il·elle fait de la situation à laquelle il·elle est confronté·e. C’est le choix qui préside à la détermination de l’opérationnalité d’un écosystème informationnel.

Des enjeux éducatifs pour le domaine des cultures de l’information

Les résultats de cette recherche compréhensive et longitudinale de pratiques informationn·es juvéniles soulèvent de nombreux enjeux éducatifs pour le domaine des cultures de l’information. Nous en présenterons trois principaux : les enjeux liés à une connectivité permanente et l’accélération du flux informationnel ; les enjeux liés à un dispositif de traçabilité ; et enfin, les enjeux liés à de nouvelles formes culturelles de l’information.

À l’issue de cette recherche, le smartphone peut véritablement être qualifié d’instrument-portail des pratiques informationnelles des acteurs, enrichissant incontestablement l’expérience sociale de ces derniers. Entre fascination pour une « esthétique du surgissement »[2] et conscience d’une captation de l’attention[3], les acteurs·rices observé·es témoignent aussi du rôle de levier pour les explorations informationnelles que revêt le smartphone à travers les applications mobiles et l’évolution des offres médiatiques en général.

Programme détaillé du colloque : ici

 https://cultinfo.hypotheses.org/521

Anne Cordier

[1] Guichard, É. (2019). Les nouveaux maîtres de l’écriture du monde. Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires. Consulté 26 novembre 2019, à l’adresse  http://barthes.enssib.fr/articles/Guichard-Nouveaux-maitres-ecriture-du-monde.pdf

[2] Saemmer, A. (2017). Lectures préférentielles du dispositif tablette. In V. Liquète, K. Soumagnac Karel. Les affiliations par et avec le numérique (57-72). Paris : Hermann.

[3] Citton Y. (2008). Esquisse d’une économie politique des affects. In Y. Citton, F. Lordon. Spinoza et les sciences sociales : de la puissance de la multitude à l’économie des affects (45-123)Paris : Éditions Amsterdam.



An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.