fil-educavox-color1

Le vendredi 3 octobre à Cenon

Le quatrième colloque annuel organisé le vendredi 3 octobre à Cenon, en Gironde, au Rocher de Palmer, par l’Association des amis d’aqui.fr, pose la question la question de "l’information dans ses rapports et influences sur la démocratie à l’heure du numérique". L’An@é suivra ces débats car Educavox, avec plus de 6000 lecteurs actuels par jour, média entièrement "collaboratif" porté par des citoyens associatifs ou pas, tous bénévoles est au coeur de cette problématique. Ce colloque est largement ouvert aux non professionnels de l’information !

Extrait de la présentation de la journée :

Une fracture sociale et médiatique

"La « révolution internet » et le « web 2 » étaient porteurs d’un grand espoir démocratique : tout le monde allait désormais pouvoir élargir ses sources d’information et même activement contribuer à l’espace médiatique. 20 ans après la généralisation du web, le constat est là : les classes favorisées gardent un accès privilégié aux médias tandis que les milieux populaires peinent à s’y faire entendre. Retour sur un rêve et sur quelques moyens de lui (re)donner vie.

Avec le développement des sites d’information en ligne et la promotion du « journalisme participatif », beaucoup d’espoirs s’étaient formés quant à la capacité du net d’étendre « l’espace public démocratique ». Ils ont été déçus du côté des publics : selon une enquête réalisée en 2009 par Orange Labs, les nouveaux médias en ligne (Agoravox, Indymedia, LePost, Rue89, Mediapart, etc.) ne sont consultés que par 3 % des internautes français. Les vertus « égalitaristes » prêtées à ces médias alternatifs n’ont pas eu non plus d’effet au niveau des contributeurs : les « citizens reporters » de ces sites appartiennent très majoritairement aux catégories socioprofessionnelles intellectuelles (journalistes, étudiants, enseignants, consultants, ingénieurs) et ils ont souvent au préalable un fort engagement associatif ou militant. La démocratisation attendue n’a pas eu lieu…
Le poids persistant des « médias dominants »

Aujourd’hui les classes populaires et moyennes continuent de privilégier les médias traditionnels pour s’informer : la télévision (en particulier TF1, M6 et BFM) et dans une moindre mesure la radio (on connaît le succès des émissions qui donnent largement la parole aux auditeurs, inspirées de « Bourdin and Co » ou des « Grandes Gueules » de RMC). Les usages populaires d’internet en matière d’information sont faiblement diversifiés. « L’internet peut permettre de picorer les informations disponibles sur les portails d’accès généralistes, mais il est rarement utilisé pour approfondir une information ou varier les points de vue » (Comby, 2013). Finalement, la « révolution internet » aurait surtout été utile à ceux qui consommaient déjà beaucoup d’actualité sur différents supports, accentuant en quelque sorte la « fracture sociale » devant l’actualité.

L’essentiel de la partie se joue donc encore dans les médias audiovisuels « traditionnels », comme le montre la mésaventure des habitants du quartier HLM de Villeneuve à Grenoble : en septembre 2013, « Envoyé Spécial » avait diffusé un reportage caricatural sur leur cité, ils se sont organisés pour porter plainte pour diffamation contre France 2. Une alliance inédite entre « travailleurs manuels et intellectuels » habitants le quartier a permis de médiatiser l’affaire et d’aller en justice (voir notre article « Banlieues populaires et médias : se réapproprier l’image de soi »). Ils n’ont finalement pas eu gain de cause devant la justice, mais cette action ouvre de nouvelles perspectives pour se faire respecter et tenter de mettre fin au divorce entre médias et milieux populaires.
Bien souvent, et cela ne touche pas seulement les habitants des banlieues mais aussi les milieux ruraux ou « péri-urbains », l’image de toute une partie de la population est confisquée par un système informationnel rigide, avec un recrutement social des journalistes concentré sur les classes supérieures et des logiques politiques et économiques qui limitent leurs activités d’enquêtes pour favoriser la circulation des stéréotypes.
Le net pour s’en sortir quand même ?"...Joël Aubert, président Aqui ! presse
 
Laurissergues Michelle

Tout d’abord enseignante en école maternelle, directrice d’école, maitre formateur, directrice du centre Départemental de documentation pédagogique en Lot-et-Garonne (actuellement CANOPE),  responsable associative au niveau des écoles maternelles de 1973 à 1994, présidente nationale de l’An@é de 1996 à 2017 qui a créé le site Educavox dont je suis responsable éditoriale.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.