fil-educavox-color1

Dévoilement de recommandations pour préserver et renforcer la publication scientifique francophone.

Dans le cadre du 91ème Congrès de l’Acfas tenu à l’Université d’Ottawa, lundi le 13 mai a eu lieu une activité spéciale en partenariat avec érudit [i] : Vive les revues savantes ! Mieux reconnaître leur rôle essentiel dans le cycle de la recherche.  Un Symposium québécois des revues savantes, organisé par l’Acfas et Érudit a eu lieu à l’automne 2023 où se sont rencontré·es plus de quarante responsables de publications.

L’activité organisée dans le cadre du Congrès de l'Acfas rendait public les recommandations issues du Symposium pour les différents acteurs de la publication scientifique.

Après un mot d’ouverture de Rémi Quirion, scientifique en  chef du Québec, Anne-Marie Fortier, professeure à l’Université Laval, directrice de la revue Études littéraires a fait la présentation des recommandations, suivi d’un panel "Accompagner et financer : pour la vitalité des revues savantes" animé par Francis Gingras, professeur à l’Université de Montréal, directeur scientifique des Presses de l'Université de Montréal avec Carla Barroso da Costa, professeure à l'Université du Québec à Montréal, directrice de la revue Mesure et Évaluation en Éducation,  Leigh-Ann Butler, bibliothécaire des communications savantes, Université d’Ottawa, Simon van Bellen, conseiller principal à la recherche, Érudit. Madame Sylvie A. Lamoureux, vice-présidente à la recherche, Conseil de recherches en sciences humaines du Canada a présenté le mot de clôture.

Voici le communiqué de presse de cette activité :

Un rôle essentiel, mais un travail peu reconnu

Il existe environ 800 revues savantes au Canada, dont 160 au Québec, qui publient chaque année plusieurs milliers d’articles.

En offrant des perspectives diverses et des analyses rigoureuses, ces revues jouent un rôle indispensable dans la diffusion des recherches, en particulier pour celles portant sur le Québec et le Canada. Leur contribution est fondamentale pour permettre des prises de décision éclairées et favoriser une compréhension approfondie des enjeux de notre temps. Pourtant, ces revues évoluent dans un environnement sous tension, dominé par un oligopole de quelques grands éditeurs internationaux qui priorisent les profits à la circulation des connaissances et qui imposent des pratiques avantageant les publications en anglais, accélérant l’anglicisation des échanges scientifiques et la marginalisation des autres langues, dont le français. 

“Les revues savantes canadiennes sont des joyaux de notre patrimoine scientifique et intellectuel: elles révèlent la très grande qualité des recherches menées ici et l’immense apport de nos communautés de recherche à l’avancement des connaissances, notamment en français” souligne Sophie Montreuil, directrice générale de l’Acfas. “À cet égard, elles sont sans nul doute le fer de lance de la découvrabilité des savoirs en français.” complète-t-elle.

Des propositions issues de la communauté

Le Symposium québécois des revues savantes a été organisé par l’Acfas et Érudit en réponse à ces constats. L’événement, tenu à Montréal à l’automne 2023, a rassemblé de nombreux responsables de revues et bibliothécaires pour plonger au cœur des enjeux actuels de la publication savante.

De cette rencontre a abouti une série de recommandations présentée publiquement ce lundi 13 mai lors d’une activité spéciale organisée dans le cadre du 91e Congrès de l’Acfas.

“Les discussions tenues lors du Symposium ont entre autres insisté sur l’importance que soient mieux reconnues les différentes fonctions occupées par les revues au sein du cycle de la recherche” rapporte Anne-Marie Fortier, directrice de la revue Études littéraires et membre du comité de pilotage du Symposium. ”Les recommandations présentent plusieurs solutions concrètes, notamment pour réaffirmer la place clé des revues dans la diffusion des connaissances et de l’accès aux savoirs en français”. 

Ces recommandations sont adressées aux différents acteurs de l’écosystème de la recherche et ont pour objectif de contribuer au dynamisme des revues et, par conséquent, à la visibilité des recherches réalisées dans les différentes communautés scientifiques canadiennes et québécoises. Le soutien accru des universités, des organismes subventionnaires, des bibliothèques et des infrastructures numériques est l’une des voies pour appuyer les revues dans cette période de grands bouleversements. Le développement de stratégies de découvrabilité est un des autres leviers importants pour favoriser le rayonnement national et international des revues savantes d’ici. 

“Les revues québécoises et canadiennes sont fondamentales pour l’avancement des connaissances sur notre société et constituent un pilier de notre patrimoine scientifique. Il est ainsi essentiel que ces revues puissent compter sur un appui concerté”, conclut Tanja Niemann, directrice générale d’Érudit.

L’ensemble des recommandations est disponible en ligne et peut être partagé librement

https://acfas.us5.list-manage.com/track/click


[i]  Érudit

  https://www.erudit.org/fr/

Dernière modification le mercredi, 15 mai 2024
Ninon Louise LePage

Sortie d'une retraite hâtive poussée par mon intérêt pour les défis posés par l'adaptation de l'école aux nouvelles réalités sociales imposées par la présence accrue du numérique. Correspondante locale d'Educavox pour le Canada francophone.