fil-educavox-color1

L’écosystème numérique est en éruption ici à la Cité des Sciences et de l’Industrie, maintenant,  à l’ère de la multiplicité des techniques et des possibles. Il nous emporte dans un courant culturel et social : à nous de profiter pleinement des opportunités qu’il nous offre et que  la fête commence.

Elle commence  par un moment de poésie augmentée comme il se doit dans lequel musique, danse et vidéo se mêlent et se conjuguent pour que la transe  s’empare des « carnavaliers » et mette en résonance et harmonie humain et numérique.

20180321 095948 resized

Elle se poursuit dans l’échange pour faire éclater les bulles égocentriques que peuvent engendrer les réseaux mal utilisés.

« Alone together » non ! La solitude ça n’existe pas  

Le carnaval catalyse partage, confiance, enthousiasme et motivation ;  le numérique donne son sens et sa force au concept de coéducation englobant en un mot coapprentissage et coenseignement. Le partage toujours comme moteur de la motivation.

Au cœur de la fête, des ados augmentés (oh combien !) par leur smartphone, devenus des « mutants hybrides, géolocalisés et connectés entre eux » qu’il ne faut pas laisser tomber dans l’addiction aux gaba et dopamine que produisent en quantité leur activité numérique démesurée. Faudra-t-il les débrancher au moins de temps en temps ?

20180321 122553 resized

Eruption bien sûr tant « le digital bouleverse les frontières des secteurs d’activité, transforme les métiers et ouvre de nouvelles opportunités ».

La formation et l’éducation sont impactées.

Se former, c’était un même lieu, un même temps, un même programme et les mêmes modalités. Se former c’est n’importe où, quand on en a besoin avec un contenu personnalisé et des modalités variées. La réalité des opportunités c’est cela mais cela va-t-il réussir ? Peut-on parler de formation lorsque des compétences sont transférées sans effort ? Comment s’assurer que des compétences ainsi transférées participent au développement personnel et professionnel ?...ou comment les produits de l’éruption se sédimenteront-ils ? La question est seulement posée sans préjuger de l’avenir.

Les premiers confettis arrivent et donnent à voir des métiers (" le métier qui me plait ") filmés par des ados en quête d’avenir.

 

20180321 123843 resized

Et la tradition (souffleur de verre ) le dispute à l’innovation (youtuber) pour illustrer la variété des possibles  et celle des compétences mises en jeu dans la réalisation, de la technique numérique au collectif humain.

Un air frais, en tous cas  sur la scène du carnaval dans la continuité du fil rouge de la journée : partage et enthousiasme.

Les métiers parlons-en.

Combien vont disparaitre à cause du numérique et combien vont émerger grâce à lui ?

La question peut être posée de manière moins angoissante sous l’angle de l’innovation et de la créativité en considérant la part d’activité que la machine laisse à l’homme faute de pouvoir la lui ôter.

Comment l’intelligence artificielle peut-elle nous rendre plus créatifs ? L’intelligence artificielle n’est pas, en elle-même, porteuse de créativité. Si elle est pertinente pour établir des corrélations entre des masses de données qu’elle peut trier, elle ne saurait expliquer de telles corrélations.

20180321 114021 resized

Si elle est capable de cerner de nouveaux besoins, elle ne saurait y répondre. Par contre, elle propose une large palette d’outils et à chacun de les maîtriser au mieux pour accroitre sa propre créativité.

Il faut savoir que c’est l’assemblage inédit de plusieurs éléments technologiques qui apporte l’innovation …et que c’est l’homme qui a la responsabilité de cet assemblage.

Personnages d’un carnaval de notre temps : les robots.

Tout le monde en parle et tout le monde veut les voir.

Ont-ils vraiment leur place dans une salle de classe ? Faudra-t-il les bruler à la fin de la fête ou bien mériteront-ils toute notre indulgence ? Ils se montrent ici sous leur meilleur jour, au cœur de projets alliant apprentissage vivant du codage et travail en équipe.

Dans le sentir, le toucher et le faire la fête culmine à l’atelier, mot du passé encore mais ici associé à carrefour numérique.

IMG 104811

C’est là qu’elle bat son plein à plusieurs sens du terme.

Les titres eux-mêmes sont évocateurs. Tous les champs sont balayés : musique (jouer et composer ensemble avec des Ipads), jeux éducatifs (créer un jeu avec Gamcode, Glitch&bit, minibest), communication ( ma webTV, médiasphère), arts (Glitch art et data, Avatar : corps augmenté), métiers du futur (imagine ton métier en 2030,Job lab), robots ( comment enseigner avec de nouveaux outils), maîtrise de l’univers numérique ( Mieux vivre avec le numérique, dompter les trolls)

C’est l’occasion, toutes générations rassemblées, de réfléchir, proposer, essayer et agir. C’est l’occasion de s’informer, comprendre, construire, innover et partager pour que « le futur soit un futur souhaitable et non un futur imposé »…Alors, bien sûr « Même pas peur ! »

Dernière modification le mercredi, 09 mai 2018
Puyou Jacques

Professeur agrégé de mathématiques - Secrétaire national de l’An@é

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.