fil-educavox-color1

François Hollande annonce 150 000 volontaires par an dès le 1er juin 2015 devant 2000 jeunes réunis aux 20 ans d'Unis Cités.

Unis Cités, l'association pionnière et spécialisée dans le Service Civique a fêté ses 20 ans avec ses 2000 volontaires, encadrants et anciens volontaires, réunis dans la Grande Halle de La Villette, en présence de François HOLLANDE, président de la République, et de Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Fleur PELLERIN, Ministre de la Culture et de la communication, François CHEREQUE Président de l'Agence du Service Public, Jean-Paul DELEVOYE Président du Conseil Economique Social et Environnemental et de personnalités des mondes artistiques et économiques dont les fondations partenaires et mécènes.


Le service civique, modèle "Unis-Cité" a été imaginé par quelques jeunes en septembre 1995. Inspirés par le Service Civil américain, ils poursuivent alors deux objectifs : imaginer un modèle de Service Civique le plus utile possible pour les jeunes comme pour la société et tester un modèle démultipliable à grande échelle et susceptible d'inspirer une politique publique de grande ampleur.

Le modèle d'Unis-Cité est resté le même depuis 20 ans ; il s'agit d'une pause citoyenne et solidaire de 6 à 9 mois à temps plein, indemnisée pour être accessible à tous où les jeunes interviennent en équipe. Le Service Civique doit faire vivre la diversité en action, avec 85% du temps passé sur une diversité de missions de solidarité de terrain, 15% sur une formation civique et des temps d'accompagnement personnels des jeunes sur leur projet d'avenir.

 
Unis Cités a mobilisé jusqu'en 2005 sans aucun financement de l'Etat et sans qu'aucun statut ne leur soit reconnu des jeunes du bac – 5 au bac + 5 des cités comme des beaux quartiers, afin qu'ils puissent aider des personnes qui en ont besoin.


Le vote à l'unanimité de la loi créant le Service Civique en 2005 a permis qu'avec le concours d'associations, de collectivités territoriales, de fondations, d'entreprises, le financement de l'Etat contribue au développement de nombreux programmes d'action ; les 12500 jeunes engagés en « Service Civique » à Unis Cités, encadrés par 180 salariés et 500 bénévoles ont en 20 ans apporté leur aide à 250 000 bénéficiaires.
Aujourd'hui, seul un jeune sur quatre qui sollicite un «Service Civique » se voit proposer une mission. Le Chef de l'Etat , faisant le même constat qu'Unis Cités d'une « inégalité inacceptable » avec un service public devenu « un privilège » a profité de cette rencontre festive avec « la jeunesse de France » pour annoncer toute une série de décisions et en premier lieu faire du service civique « un droit » pour « tout jeune qui en fera la demande » dès le 1er juin 2015.


D'ici à « 2016 ce sont 150 000 jeunes qui seront accueillis en Service Civique chaque année »
Pour accueillir autant de jeunes, « il va falloir dégager des moyens » - c'est trois fois plus qu'initialement prévu au budget et l'estimation de 600 millions d'euros est admise - et « mobiliser toutes les organisations... et offrir toutes les missions que l'on peut concevoir » reconnait le chef de l'Etat. « Il ne faut pas compter que sur les associations pour accueillir des jeunes, précise Marie Trellu-Kane, co-présidente et co-fondatrice d'Unis Cités « les écoles, les hôpitaux, les établissements publics, culturels ou administratifs, doivent le faire aussi ».

François HOLLANDE détaille les besoins où des missions se développeront.

  • L'environnement avec l'opportunité de la conférence de Paris sur le climat à la fin de l'année « pour mobiliser la jeunesse et la société française ».
  • L'Education avec le concours d'association pour la prévention de l'échec scolaire et de la violence.
  • La lutte contre le racisme et l'antisémitisme
  • Les fédérations de sport à l'exemple de la Fédération française de foot ball pour l'organisation de l'Euro 2016.
  • La santé et la prévention pour guider et accompagner comme c'est le cas des projet développés par l'APHP, les hôpitaux de Paris, que dirige Martin HIRSCH, à l'origine du projet de loi sur le Service Civique en 2005.
  • La culture à l'exemple de la Mairie de Paris qui développe un service de portage de livres au domicile de personnes âgées ou en situation de handicap et également dans le champ de la sécurité comme les missions mises en œuvre à Bordeaux et de l'international.

A plusieurs reprises, le Président de la République prend la précaution d'apporter une précision importante : le service civique ne saurait « prendre un emploi à quiconque », il s'agit d'une mission.
Toutefois il s'agira de bien veiller aux possibles dérives d'ores et déjà relevées en novembre 2011 dans un rapport parlementaire qui note combien dans certaines organisations la frontière est « souvent ténue entre la nature des activités relevant du salariat, du bénévolat ou de l'engagement de service civique « . Marie Trellu-Kane y indiquait qu'« il se produit actuellement une dérive que l'on pressentait : les missions confiées aux jeunes n'étant pas lisibles ou visibles peuvent pour beaucoup dériver vers des substituts à l'emploi ou de l'emploi aidé déguisé.


Le chef de l'Etat annonce dans son allocution des mesures nouvelles qui relèvent de droits nouveaux pour « les services civiques », voire de symboles

  • La journée d'appel à la défense et à la citoyenneté sera une journée au cours de laquelle, chaque jeune sera informé de ce droit.
  • La carte d'étudiant sera donnée à chaque volontaire du Service Civique.
  • Toute une promotion de l'Ecole Nationale de l'Administration sera chargée dès septembre prochain de la montée en régime du Service Civique et de son « administration ». Cette mesure sera étendue à toutes les grandes écoles – Ecole polytechnique, ENS..- qui devront « promouvoir le Service Civique et montrer l'exemple ».
  • Les jeunes ayant accompli leur Service Civique seront honorés chaque année, le 10 mars, date anniversaire de la promulgation de la loi, dans une cérémonie organisée dans chaque préfecture, et certains d'entre eux défileront aux côtés des militaires le 14 juillet.

« Finalement, pas de retour du service militaire, ni de service civique obligatoire, mais un « service universel » de 8 mois, censé être accessible à qui veut. »

La généralisation de cette étape de vie citoyenne dans la vie de tous les jeunes volontaires pour la réaliser, doit constituer une expérience enrichissante pour chacun d'eux en participant de leur construction individuelle et en permettant l'acquisition de compétences utiles à une insertion sociale et professionnelle.

 
Claude TRAN

Dernière modification le dimanche, 15 mars 2015
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.