fil-educavox-color1

Loïc Gervais publie sur le site de Ruralitic : http://www.ruralitic.com/tiers-lieux-et-ruralite/

Dans le cadre des rencontres Ruralitic qui se sont déroulées au Château de Vixouze j’ai été invité à participer à la table ronde concernant les Tiers Lieux. En premier lieu ce sont les questions d’accès au réseau qui ont dominé ces deux jours de rencontre. Il y a incontestablement un décalage entre les taux de couverture annoncés par les opérateurs et la perception qu’en ont les usagers. La vérité de Paris n’est pas celle du terrain….

DU RÉSEAU AVANT TOUT

Certes les encouragements de la Ministre Axelle LEMAIRE font plaisir à entendre et son optimisme est contagieux, mais la question de l’accès aux réseaux internet et mobile est une réelle préoccupation des élus ruraux. Cette préoccupation est d’autant plus grande que les usages sont devenus centraux et que le développement de ces usages est évidemment lié à l’accès au réseau.  Mais au-delà de ces problématiques qui sont « derrière nous »  pour reprendre les propos de la Secrétaire d’État chargée du Numérique, les médiateurs numériques ont un rôle à jouer dans la transition numérique et écologique des « smart village » à travers par exemple le repositionnement des espaces Publics Numériques en Tiers Lieux.

DESSINE MOI UN TIERS LIEUX

71385dc214f3b04ad7f949db55636006 LPour reprendre une formule qui est chère à mes amis Yoann DURIAUX et Antoine BURRET (voir le Manifeste des Tiers Lieux), « un Tiers Lieux ne se définit pas, il se vit ». En ce sens, un Tiers Lieux répond avant tout aux besoins de la population (ou d’une communauté) qui partagent donc un même lieu (qui n’est ni leur domicile, ni leur lieu de travail habituel) autour d’un projet commun. Ce n’est surtout pas une structure sortie « ex-nihilo » de terre comme certains voudraient nous le faire croire. Le médiateur numérique se trouve souvent au carrefours des réseaux (virtuels et physiques), il est un interlocuteur essentiel dans la dynamique d’un Tiers Lieux.

Le Tiers-Lieu transpose les mécanismes de partage et de diffusion des savoirs propres à Internet sur le territoire. Par le Tiers-Lieu, l’accès aux informations est couplé à l’accès à un espace d’application. Il ne s’agit plus uniquement de savoir mais également de faire. De transformer les savoirs en action, en bas de chez soi.

TIERS LIEUX ET TÉLÉCENTRES

Il y a encore confusion entre Tiers Lieux et télécentres. Les télécentres ne sont qu’un modèle de Tiers Lieux parmi tant d’autres. Citons aussi les Relais de Service Public, les Fablab, les InfosLabs, les Hacker Space, les Code School et surement d’autres. A chaque territoire va correspondre son Tiers Lieux. La recette s’il devait en avoir une tient dans cet anglicisme "People, Place, Project". La méthode qui prévaut est celle de la co-construction. Là encore le médiateur numérique doit être à l’écoute de son territoire. Souvent, un Tiers-Lieux est le fruit de la transformation d’un lieu déjà existant plutôt que de la construction d’une structure ad-hoc.

Loïc GERVAIS, médiateur Numérique

Président de NUMEDIA, la Fédération Nationale des Professionnels de la Médiation Numérique

Article : TIERS-LIEUX ET RURALITÉ 
Paru sur le site : http://www.ruralitic.com/tiers-lieux-et-ruralite/
Auteur : Loïc Gervais

Dernière modification le jeudi, 07 décembre 2017
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.