fil-educavox-color1

La chaire Unesco Pratiques émergentes en technologies et communication pour le développement de l’Université Bordeaux Montaigne a organisé du 17 au 18 juin 2021 au Centre des congrès de la Cité mondiale de Bordeaux un colloque, une exposition et une projection de webséries sur le thème "Intelligence artificielle et innovation sociale". Ce triple événement organisé dans le cadre de la Saison Africa2020 a rassemblé de nombreux experts venus d’une vingtaine de pays.

De nombreux  intervenants  présents ou en  connexion numérique ont permis de poser une réflexion  sur les différentes dimensions de l’Intelligence  Artificielle : les dimensions économiques, technologiques et éthiques ont été questionnées.

Les enjeux  de l’Intelligence  Artificielle  en Afrique  et en  Asie ont été explorés sous un prisme  nouveau celui des  cultures et  de l’innovation créative sociétale.

Des experts  de la  Commission  Economique des Nations Unies  et des ambassadeurs des Chaires Unesco présentes dans le monde,  ont bien  souligné l’essentiel  des évolutions  et des prises de conscience souhaitables.

Tout ce qui concerne le social  en tant que  niveau social  et représentations  ne peut  évoluer  qu’en prenant pour base  une éducation ouverte et variée.

Ce colloque s’inscrit dans  un programme mondial  porté aussi par la France : AFRICA 2020.

N’GOME FALL, Commissaire Général a insisté  sur l’importance  des créations  et des projets et  concours élaborés en Afrique particulièrement. Des prix ont été décernés par exemple pour le Sénégal avec son documentaire primé sur l’Intelligence artificielle et ses innovations.

 L’organisation de cette  Chaire a été très appréciée.

Contemporanéité et Intelligence artificielle : Sciences et data pour un développement de l’écologie humaine. Usages en pédagogie  et défis éthiques.

 

1 202189177 4458340840877681 5834819794846474196 n

Par Catherine Pascal maîtresse de conférences en SIC- université Bordeaux Montaigne/MICA, (EA 4426), Axe  ICIN, Information, Connaissance, Innovation, Numérique. Usages et formes hybrides d’innovations en information et connaissance.

Résumé :

Avec le développement des dispositifs numériques et de l’Intelligence Artificielle, l’écosystème numérique nous inscrit dans un univers de reconfiguration des possibles où les innovations plurielles peuvent s’appréhender par des prismes différentiels et antagonistes. La variable durabilité nous fait comprendre cela aussi.

Notre contribution propose d’aborder la question de la durabilité en innovation numérique et plus particulièrement les formations et expertises concernant les sciences et data et les usages en développement de l’écologie humaine.  Les défis éthiques seront questionnés.

Les problématiques de data, en contexte de crise sanitaire exigent de nous une prise de responsabilités multiples.

Ces nouvelles formes de phénoménalités en connaissances, en expertises et en engagements sont des processus entendus ici comme formes de construction d’une réalité hybride qui engagent formateurs et étudiants face aux dispositifs numériques.

Alors que la littératie souvent idéologique et technicienne  sur le développement durable n’aborde pas souvent  les usages  innovants de L’Intelligence Artificielle, nous développerons ici  un angle d’évolution en co-construction  créatif et singulier, en prenant en compte par exemple les écarts ou risques possibles entre  le droit à la science (écologie humaine incluse avec discussion sur une modernité autre envisagée) et le droit à la connaissance,  sous questionnements validés par les pairs, ceci  dans un  contexte où les big, small et open data sont prégnantes, par exemple en tourisme avec les data et la gouvernance orchestrée par l’OCDE.

Avec le développement des dispositifs numériques et de l’Intelligence Artificielle,  l’écosystème numérique nous inscrit dans un univers de reconfiguration des possibles où les innovations plurielles peuvent s’appréhender par des prismes  différentiels et antagonistes.

La variable durabilité nous  fait comprendre cela aussi. Nous la croisons ici avec celle des datas  visibles dans le secteur tourisme, et plus particulièrement en formation  au tourisme : datas, intentions et idéologies se confrontent.  Ces contradictions explicites révèlent un implicite composé  de nouvelles formes de phénomènes sensibles en médiatisation des sciences et plus particulièrement en sciences humaines et sociales.

Notre objet est d’appréhender une  approche contemporaine concernant  l’Intelligence Artificielle. Le droit à la science  en tant que savoir évolutif peut rentrer en collision avec le droit et le désir  à la connaissance sachant que  la prégnance  des données et métadonnées  sous logiques métriques est plus qu’influente.

D’où ici notre principal questionnement : comment apporter une démarche critique sur  l’impact et l’influence des données et métadonnées dans le secteur du tourisme quand il est question de durabilité autant humaine qu’environnementale.

Expertises, connaissances, savoirs et médiatisations sont à questionner autrement, sous le prisme de l’Intelligence Artificielle.

Voici notre plan :

1 Territoires et expériences de connaissances et savoirs (big, small et open data en questions.)

1 .1 Connaissances, savoirs et calculs

1.2 Pratiques par porosités de typologies de connaissances et de savoirs.

2 Datas et logiques métriques

2.1   Les données : de la donnée aux biais psychologiques et cognitifs

2.2   Datas, calculs et conditionnements cognitifs

2.3   Cas étudié : Open Data, OCDE et les territoires. : approches chiffrées en questions.

3 Immersion et conséquences en pratiques de formation et idéologies : approches critiques

3.1 Objet d’études. Sciences et cultures : ambiguïtés.

3.2 Terrains et immersion d’étudiants : co-constructions méthodologiques et formes sociales en questionnements

La crise sanitaire vécue nous contraint à poser un regard plus réflexif sur l’importance à donner au temps surtout pour permettre une autre construction du Savoir à partir des connaissances soumises au chaos et à l’évolution, Antigone Mouchtouris, sociologue souligne l’importance du Kairos en tant que temps humain de mise en constructions de relations humaines et de relations autres au Savoir,(Mouchtouris, 2021).

 « Dans notre monde contemporain, c’est le philosophe Cornelius Castoriadis qui a réactualisé et réhabilité le kairos. Pour lui, c’est le temps de l’action ; il lui a donné une dimension politique et sociale, celle de l’action et de l’acteur qui agit dans le présent. Que peut-on retenir d’original et de fécond dans ses écrits ? Les rapports de l’être humain avec le temps de l’action transformatrice. Il considère également le kairos comme un élément dans la décision et dans l’action. Son approche donne aussi une réponse au temps historique qui a traversé deux siècles et qui, au nom de l’histoire, a engendré des crimes et servi d’argument pour justifier les institutions. » (Mouchtouris, 2021 : https://connaissance.hypotheses.org/186.)

En effet, ces enjeux scientifiques, politiques et éthiques méritent d’être questionnés entre partage, concertation, participation, expérience et engagement d’acteurs différents en rôles et cultures,  ceci avant d’envisager un Espace commun ou Espace public qui nous permettrait de passer de la Techné  au Corps Social. (Pascal C., 2019.)

 « Y aura-t-il un après Covid : Y’ aura un avant et un après Covid19 ? En matière d’éducation, il s’agit désormais de former les élèves à faire face à des crises environnementales par nature imprévisibles. La catastrophe que nous vivons actuellement pourrait modifier nos manières de considérer l’éducation et nous encourager à développer des éducations au bien commun, “vraiment” engagées, et à la construction collective de l’adaptation pour une résilience pour tous. »  A.- F. Gibert, (2020).

 

https://www.colloque.comtecdev.com/#

Bibliographie

Besse P., Castets-Renard C., Garivier A. (2017). Loyautés des Décisions Algorithmiques, Contribution au Débat "Éthique et Numérique" de la CNIL. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01544701/document, consulté le 20  mai 2021.

Boure R. (2016), « Les paroles de chercheurs, le numérique et la scène sociale », Mondes sociaux, mis en ligne le 15 avril 2016, mis à jour le 6 juin 2017, http://sms.hypothèses.org, consulté le 20  mai 2021.

Charbonnier P.  (2015), « Jacques Ellul ou l’écologie contre la modernité », Presses de Sciences Po, Écologie & politique, 2015/1 N°50 | pages 127 à 146 ISSN 1166-3030ISBN 9782724634006Article disponible en ligne à l'adresse : https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique1-2015-1-page-127.htm, consulté le 20  mai 2021.

Deuze, Mark. (2011), « Media life » In Media, Culture, & Society, 33 (1), p. 137-148, (PDF) Media Life, [En ligne] https://www.researchgate.net/publication/263565865_Media_Life, consulté le 20  mai 2021.

Gibert, A. -F. (2020). Éduquer à l’urgence climatique. Dossier de veille de l’IFÉ, n°133, mars . Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=133&lang=fr, consulté le 20  mai 2021.

Haklay M., (2015). Citizen science and policy: A European perspective, Washington D.C. : The Woodrow Wilson Center/Commons Lab.

D’Herbemont, O., Krob, D., & Bloch, A. (2012). Booster l’intelligence collective: la stratégie agile de transformation durable des organisations.  Paris : Armand Colin.

Guha R.  (2000), Environmentalism. A Global History, New York : Longman.

Houllier F., (2016). Faire science ensemble : l’opportunité des sciences participatives pour la recherche et la société, ird.fr, www.ird.fr/toute-l-actualite/actualites/actualites-institution nelles/la-parole-a/francois-houllier-faire-science-ensemble-l-opportunite-des-sciences-participatives-pour- la-recherche-et-la-societe, consulté le 20  mai 2021.

Houllier F., Merilhou-Goudard J.-B., (2016). Les sciences participatives en France. État des lieux, bonnes pratiques et recommandations. Rapport élaboré à la demande des ministres en charge de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, doi: 10.15454/ 1.4606201248693647E12, www.sciences-participatives. com/rapport.

Houllier F.  et al.,  (2017)« Les sciences participatives : une dynamique à conforter », Natures Sciences Sociétés 2017/4 (Vol. 25), p. 418-423.


Jeanneret Y. (1994), Écrire la science. Formes et enjeux de la vulgarisation, Paris :  PUF.

Jenkins H. (2012), La culture de la convergence. Des médias au transmédia, Paris : Armand Colin, Collection, Ina Editions.

Jurdant B. (2012), « Parler la science ? », Alliage, n° 59, décembre 2006, Médiation et Culture scientifique, Parler la science, mis en ligne le 01 aout 2012, consulté le 21 mai 2018 : http://revel.unice.fr/alliage/index.html?id=3517

Latour B.  (2017), Où atterrir. Comment s’orienter en politique,  Paris : La Découverte

Mayère, A. (1990). Pour une économie de l’information. Paris: C.N.R.S. Editions. http://doi.org/10.3917/cnrs.mayer.1990.01, consulté le 20  mai 2021.

Mouchtouris  A.  (2021), « Le kairos comme nouvelle temporalité dans une période de crise » Esprit critique, vol. 31.01, Dossier « Le coronavirus à l’assaut des villes », mars 2021.

 https://espritcritique.hypotheses.org/881, Sylvie Chiousse  Publié et mis à jour le 29 mars 2021, consulté le 20  mai 2021.

Neveu É, (2003), « Recherche et engagement : actualité d’une discussion », Questions de communication, 3, 109-120.

OCDE, Organisation  de Coopération et de Développement Economique,(2007), Rapport annuel, https://www.oecd.org/fr/presse/38528227.pdf, consulté le 20  mai 2021.

O’Neil C. (2016/2018), Weapons of math destruction. How big data increases inequality and threatens democracy, New York, Crown ; (2018), Algorithmes : La bombe à retardement, Préface de Villani C., Traduction française par Marty S., Paris, Les Arènes, : 340-341.

Pascal C., (2018), Tourisme et agilités : représentation et participation en terrains complexes. Pour une autre actionnabilité collective en formation proposée : reconfiguration numérique. Journée Internationale EUTIC 2018, Bordeaux, Adaptabilité, flexibilité, agilité des systèmes informationnels, 17- 19 octobre 2018
Université Bordeaux Montaigne. MICA- ICIN, http://conference-eutic.org/2018-accueil/ consulté le 20  mai 2021.

Pascal C., (2019), « Les enjeux de la recherche-action, participative, collaborative, créative entre normes à la fois techniques et politiques de modernisation d’une recherche et défis économiques et sociaux » dans Lipani M.-C., Pascal C., Journée d’étude, Sciences et société : Quelle place et quelle représentation de la recherche dans les médias ?, 11 avril 2019, Bordeaux, MSHA.

Prigogine I., Stengers I., (1979), La nouvelle alliance, Paris : Folio, Essais

Rebouillat V. (2019). Ouverture des données de la recherche: de la vision politique aux pratiques des chercheurs. Sciences de l’information et de la communication. Conservatoire national des arts et metiers - CNAM, 2019. Français. NNT : 2019CNAM1254 . tel-02447653

 Savan D. ( 1980) La séméiotique de Charles S. Peirce. In: Langages, 14e année, n°58, 1980. La sémiotique de C.S Peirce. pp. 9- 23; doi : https://doi.org/10.3406/lgge.1980.1844 https://www.persee.fr/doc/lgge_0458-726x_1980_num_14_58_1844

Tricot, André, Amadieu Franck, (2020), « Apprendre avec le numérique : Mythes et réalités » Paris : Retz

Unesco, Conférence intergouvernementale sur l'éducation relative à l'environnement, Tbilissi, URSS, 14-26 octobre 1977: rapport final, https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000032763_fre, consulté le 20  mai 2021.

Unesco et Open Science, Projet réflexif, chantier 2020-2021, https://en.unesco.org/science-sustainable-future/open-science, consulté le 20  mai 2021.

Dernière modification le vendredi, 25 juin 2021
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats avec les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.