fil-educavox-color1

Par Ève Beaudin sur www.sciencepresse.qc.ca : L’avalanche de fausses nouvelles, de rumeurs, d’informations erronées et d’opinions présentées comme des vérités fait en sorte qu’il est de plus en plus difficile pour le « consommateur d’information » de séparer les faits de la fiction.

C’est pourquoi l’éducation aux médias se révèle d’une importance primordiale.

C’est du moins ce qui s’est dégagé de l’atelier sur la désinformation numérique organisé par l’Université d’Indiana et l’International Fact-Checking Network qui s’est tenu lundi dans le cadre de la conférence internationale sur le web et les médias sociaux, à Montréal.

Selon les résultats d’un sondage effectué auprès des participants lors de cet atelier, favoriser l’esprit critique arriverait juste devant la mise sur pied des initiatives de vérification des faits et le développement d’outils pour repérer l’origine de l’information.

« Impossible d’éradiquer les fausses nouvelles alors qu’il y a encore des Américains qui croient que la Terre est plate ! Mais nous pouvons aider les gens à choisir de l’information fiable plutôt que des faussetés », a lancé en boutade le professeur R. Kelly Garrett de l’École de la communication à l’Université d’État de l’Ohio. Un enseignement d’autant plus important que nous sommes tous susceptibles de tomber dans le panneau des fausses nouvelles, pense le professeur dont les recherches portent sur les nouvelles en ligne et les biais de perception.

Plusieurs autres spécialistes présents à cet atelier abondaient dans le même sens.

" Le cerveau a une capacité limitée à traiter de l’information. Or, le volume d’information auquel nous sommes exposés ne cesse d’augmenter. Il adopte donc des stratégies pour être plus efficace », a expliqué Kristina Lerman, de l’Université Southern California. " 

Des recherches ont démontré que nous empruntons des raccourcis mentaux qui nous aident à prendre des décisions rapides, mais moins précises. Pour aller plus vite, on choisit les informations les plus saillantes », explique-t-elle. Par exemple, en consultant seulement les premiers résultats d’une recherche Google. C’est ce qu’on appelle le biais de position.

Lire la suite de l'article : http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2017/05/18/contre-fausses-nouvelles-education-aux-medias
Auteur : Ève Beaudin

Dernière modification le vendredi, 26 mai 2017
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.