fil-educavox-color1

La formation générale MITIC du Plan d’étude romand (PER) pourrait bénéficier de l’exploitation pédagogique des médias sociaux en classe. Savez-vous que les deux tiers des enfants de treize ans utilisent tous les jours ou presque un réseau social pour s’informer et communiquer avec leurs pairs?

Les jeunes vivant en Suisse sont toutes et tous équipé-e-s d’un smartphone utilisé intensément pour communiquer et s’informer. Selon l’étude JAMES près de 90% des jeunes ont un compte sur un réseau social. A treize ans, la moitié interviennent quotidiennement ou plusieurs fois par semaine sur Facebook. Les 18-19 ans sont 91%. Instagram a aussi la cote pour poster des photos de même que Google+ qui est en forte progression. La plupart ont plusieurs comptes, ce qui signifie que le pourcentage des jeunes qui font un usage intense des médias sociaux est bien plus élevé.

L’audience de la presse diminue. L’audience du journalisme d’information diminue tandis qu’augmente la consommation de contenus d’info-divertissement à forte charge émotionnelle et sans mise en perspective, révèle la dernière étude sur la qualité des médias de l’Université de Zürich (étude fög). La part de jeunes adultes qui s’informent régulièrement par les journaux imprimés payant, la télévision et la radio diminue. Simultanément on observe que croît la part des jeunes qui cherchent à s’informer par des canaux alternatifs aux médias traditionnels, avant tout par les médias sociaux.

La propagation des nouvelles par bouche à oreille augmente. Un nouveau phénomène se fait jour chez les adolescent-e-s et les jeunes adultes: le partage d’information sur le mode de la propagation virale par les réseaux sociaux. Voie royale pour la diffusion de rumeurs et la désinformation. D’un clic on retransmet ou on «like» l’information, avant même d’avoir envisagé les conséquences de son action.

Par ailleurs, les stratégies marketing des marques exploitent les réseaux sociaux pour communiquer directement, librement, avec les jeunes en les incitant par des contenus attractifs ou des jeux à se faire leurs agents auprès de leurs ami-e-s ou contacts. Or distinguer information et publicité ne semble pas aller de soi. Une récente étude réalisée en Grande-Bretagne révèle que 60% des jeunes âgé-e-s de 12 à 15 ans n’identifient pas les liens sponsorisés qui résultent d’une recherche avec Google comme de la publicité (lire l’article). Pour les plus jeunes, c’est encore pire!


Lire la suite de l'article publié sur le site : http://www.hebdo.ch/les-blogs/domenjoz-jean-claude-blog-soci%C3%A9t%C3%A9/ecole-romande-la-peur-des-m%C3%A9dias-sociaux

Source: blog de Jean-Claude Domenjoz «Éducation et médias», hebdo.ch

 

 

 

 

Dernière modification le mardi, 05 janvier 2016
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.