fil-educavox-color1

Dans le commerce, l’heure est au développement des meilleurs algorithmes d’intelligence artificielle afin de doper les ventes, d’optimiser la chaîne logistique ou de mieux connaître ses clients. Mais pour cela il faut des masses de données. Les entreprises françaises ont-elles la taille critique pour posséder suffisamment de données ? A priori, la réponse est non.

Les entreprises même concurrentes doivent s’associer

Dès lors, il faut que les entreprises, mêmes concurrentes, s’associent afin de rassembler suffisamment de données. C’est ce que préconisent certains acteurs du secteur à l’instar de Fashion3, émanation des enseignes textiles de la galaxie Mulliez – propriétaire d’Auchan ou de Decathlon -, de Gravity, l’alliance qui regroupent des poids lourds des médias français, ou un fournisseur de technologies comme Microsoft ainsi qu’une organisation professionnelle comme l’Alliance du Commerce.

L’Alliance du Commerce réunit les grands magasins, les magasins populaires et les enseignes de l’habillement et de la chaussure, soit en tout 450 enseignes telles que Damart, Camaïeu, Monoprix, Etam, Pimkie, Printemps, Celio, Kiabi, etc. Mais ce n’est pas gagné, le poids historique des rivalités entre concurrents pèse lourd à l’heure du rapprochement. C’est Microsoft qui pointe l’enjeu. « Il y a un grand risque [NDLR : pour une enseigne du commerce] quand le chiffre d’affaires décroît de prêter ses données à des tiers pour qu’ils opèrent de l’intelligence artificielle à sa place » prévient-on chez l’éditeur de logiciels et prestataire de services d’intelligence artificielle dans le Cloud.

« Si votre cœur d’activité est le merchandising, et que vous utilisez un tiers avec son intelligence artificielle pour faire ce merchandising, vous lui transférez votre savoir faire. C’est à vous de voir. Idem pour la logistique ou pour faire venir vos clients en point de vente. Le prestataire va s’enrichir de votre savoir faire. L’intelligence artificielle apprend grâce aux données de manière non réversible. Ce qui est appris est appris.» assène Microsoft. L’éditeur cible ainsi en particulier la stratégie de Google ou d’Amazon.

La suite de l'article sur le site : https://www.larevuedudigital.com/pour-les-entreprises-developper-lintelligence-artificielle-passe-par-massifier-les-donnees/

Dernière modification le lundi, 08 juillet 2019
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.