fil-educavox-color1

INSEEC U., en collaboration avec Harris Interactive, révèle les résultats de son enquête : « Réussir dans un monde en transition. Les étudiants et leurs attentes à l’égard de l’enseignement supérieur. ». Celle-ci met l’accent sur la conception de la réussite par les étudiants, leurs attentes vis-à-vis de la formation et leur regard sur le monde du travail.

1 013 étudiants âgés de 18 ans et plus, issus de formations différentes (université, IUT, écoles de commerce, écoles d’ingénieurs, etc.), ont été sollicités pour répondre à cette enquête réalisée en ligne du 8 au 15 février 2019.

Les principaux enseignements

→ Une conception multiforme de la « réussite », dans laquelle les études ont un rôle central

Pour les étudiants, réussir sa vie, c’est avant tout être « heureux » et « épanoui », dans son « travail » comme dans sa vie de « famille ». Les priorités qu’ils affichent dans l’idéal sont d’exercer un métier intéressant (93%), d’avoir un bon équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle (93%), et permettant d’avoir les moyens de faire ce qu’il leur plait durant leur temps libre (93%). Le fait de gagner de l’argent est tout à fait prioritaire pour 52% des répondants. 78% ont également choisi comme priorité d’être utile à la société.

À la quasi-unanimité (94%), les étudiants considèrent que les études jouent un rôle important dans leur réussite personnelle. Ce constat est partagé de façon homogène entre les différents types de formation.
44% d’entre eux déclarent qu’être son propre patron est prioritaire.

Enfin, la dernière priorité est celle de travailler dans une entreprise connue (seuls 13% de la totalité des répondants ont choisi ce critère comme tout à fait prioritaire).

→ Les étudiants portent un regard positif sur leurs études, mais souhaiteraient qu’elles soient plus opérationnelles

Près de 3 étudiants sur 4 déclarent avoir choisi leur orientation dans l’enseignement supérieur et en être satisfaits aujourd’hui. 20% des étudiants n’ont pas choisi leur orientation mais en sont satisfaits et 6% ne l’ont pas choisie et n’en sont pas satisfaits.

Les étudiants n’ayant pas le sentiment d’avoir choisi leur orientation l’expliquent d’abord par le fait qu’ils ne savaient pas vraiment ce qu’ils souhaitaient à l’époque (53%), mais aussi car la sélection était trop difficile et ils n’ont pas pu intégrer la formation souhaitée (20%) ou que l’orientation souhaitée coûtait trop cher et qu’ils n’en avaient pas les moyens (17%). 19% d’entre eux ont déclaré que leur entourage les a poussés à choisir une formation qui n’était pas leur choix.

Un tiers des étudiants considèrent que l’enseignement qu’ils suivent est tout à fait adapté à leurs attentes. 3% considèrent qu’il ne l’est pas du tout. Les principaux défauts identifiés concernant les études actuelles concernent leur degré de préparation au marché du travail (46%) et d’innovation et d’ouverture à l’international (41%). Ce sont surtout les étudiants de l’université qui les expriment.

Par ailleurs, environ 1 étudiant sur 3 a tendance à considérer ses études actuelles comme trop longues (34%) ou trop chères (30%).

S’ils devaient choisir un établissement d’enseignement supérieur aujourd’hui, les étudiants chercheraient en priorité :

- une formation qui leur donne les clés pour évoluer tout au long de leur carrière (88%)
- une formation qui les rend opérationnels rapidement sur le marché du travail (84%)
- la présence de professeurs et d’intervenants innovants (84%).

Certains aspects sont jugés nettement moins prioritaires, comme :

- les réseaux d’anciens élèves (52%)
- la recommandation de proches (53%)
- des cours intégralement disponibles sur internet (54%).

Au final, les études sont jugées réussies si elles mènent au diplôme et au travail rêvé (93%) mais également si elles permettent d’acquérir de la confiance en soi et en son avenir (91%).

L’étude révèle les attentes différentes des étudiants selon leur type de formation :

20190308

 

→ Une vision optimiste concernant l’intégration sur le marché du travail, mais avec la nécessité perçue de devoir continuer à se former

La grande majorité des étudiants se déclarent optimistes envers les différentes facettes de leur vie actuelle ou future. Ils estiment qu’ils pourront s’appuyer pour leur future vie professionnelle sur la qualité de leur formation (87%) et l’évolution des technologies (86%), mais sont plus partagés en ce qui concerne l’impact de la situation économique actuelle de la France (56%).

La grande majorité d’entre eux se sentent capables de s’intégrer rapidement dans une équipe (83%) et enthousiastes (79%), même si 66% ressentent aussi de l’inquiétude et 46% se sentent perdus.

La majorité des étudiants perçoivent toutefois un risque en ce qui concerne leur intégration sur le marché de l’emploi, et à plus long terme, pour leurs perspectives de carrière (opportunités d’évolution, périodes de chômage).
Même si l’immense majorité considèrent que leur formation actuelle leur permettra de trouver du travail, 63% des étudiants estiment qu’ils auront besoin de continuer à se former au-delà de leurs études actuelles.

→ L’avis d’INSEEC U.

« Les enseignements de cette enquête confirment les choix faits au sein d’INSEEC U. On observe chez les étudiants ce souci de rester adaptable, pour cela il faut leur proposer un enseignement innovant, leur permettre de gagner en maturité et leur apprendre à apprendre. INSEEC U. a choisi une stratégie pédagogique pluridisciplinaire, nous accompagnons les jeunes dans leurs projets et nous faisons travailler ensemble des enseignants, des chercheurs, des responsables pédagogiques de différentes écoles et différentes disciplines pour essayer de trouver ensemble des stratégies d’éducation innovantes. » explique Catherine Lespine, Présidente d’INSEEC U.

« Cette enquête est effectivement très positive. Au sein d’INSEEC U., nous souhaitons que nos étudiants soient proactifs, qu’ils conduisent le changement, qu’ils aient confiance en eux et dans la construction de leur avenir. » commente Isabelle Barth, Directrice de la Recherche d’INSEEC U. et Directrice générale de l’INSEEC School of Business & Economics.

Les Résultats

INSEECU-PPT-Resultats.pdf

Dernière modification le lundi, 11 mars 2019
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.