fil-educavox-color1

Par Pierre Ygrié sur le Web du Gévaudan : L’actualité récente (rapport flash des députés Eric Bothorel et Laure de la Raudière, marchandage Etat/opérateurs, effets d’annonce du gouvernement) réveille, au fin fond du Gévaudan et de la France profonde ,les laissés pour compte du haut débit (promis par le président Chirac pour2007!) et du très haut débit (promis pour 2025 par le président Sarkozy et pour 2022 par le président Hollande!).

Le constat est impitoyable : 20 ans après avoir entendu à un colloque à Villepinte des intervenants comme Shimon Peres, Bill Gates et quelques autres, évangéliser les participants aux NTIC, le constat est impitoyable « 7,5 millions de Français ne disposent pas d’une connexion de qualité minimale à l’Internet fixe. Pire : 500 000 n’ont aucun accès à Internet, »(Ufc/Que choisir)

Coup de gueule !

L’absence évidente de stratégie numérique, il y a 20 ans, a des conséquences catastrophiques tant sur le plan des usages que sur celui des infrastructures

usages : les européens, et pas seulement les français, sont devenus des consommateurs de « coca cola numérique » ! Les maîtres du monde numérique sont américains et asiatiques. Les « poumons » de notre vie numérique sont les algorithmes des multinationales américaines aujourd’hui, chinoises demain. Ces multinationales dominent non seulement le monde « ancien » des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication) mais aussi le monde nouveau des NBIC ( Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives ).

Alors que les NTIC changent le monde « extérieur »,les NBIC, elles, ont le pouvoir de changer le monde à l’intérieur de nous même, c’est à dire notre corps, notre esprit, notre cerveau ! Allons nous laisser à des algorithmes américains et chinois ce pouvoir de contrôler nos corps et nos esprits et d’améliorer nos capacités physique et cognitives ?

Cette « industrie du siècle à venir » va poser des problèmes économiques et éthiques dont il est urgent de s’emparer !

infrastructures : « La fibre est une priorité politique » déclarait récemment Laure de la Raudière, l’une des rares élues qui ait anticipé depuis bien longtemps le tsunami numérique ! Le 25 mars 2010 elle déclarait, en ouverture d’un colloque à l’assemblée nationale«  « nous ne sommes qu’au début de cette révolution à la fois technologique, industrielle et sociale qui changera en profondeur nos façons de nous former, de nous soigner…». Elle insistait à l’époque sur les niveaux d’inégalités sur lesquels il fallait travailler pour être fidèles aux principes d’équité territoriale et d’équité sociale !

La fibre priorité politique ? Que ne l’a-t-on décidé il y a 20 ans ?

Q’uon ne nous dise pas qu’on ne pouvait pas prévoir ! Quand on avait eu la chance, comme moi, d’écouter le « message » de Villepinte de 1997, quand on avait participé, dans les années 90, à des débats avec des pionniers de l’internet comme Jean Michel Billaut, le sénateur René Trégouet et bien d’autres , on savait que le réseau de cuivre ne résisterait pas à l’explosion des usages et qu’il faudrait le remplacer par un réseau optique.

On aurait pu (du) alors mettre en place une vraie politique d’aménagement du territoire basée sur un objectif clair ( égalité de traitement de chaque citoyen dans l’accès aux services numériques à venir) et des moyens adaptés ( un réseau national optique où pourrait se développer une vraie concurrence, la concurrence sur les services) et des décisions de bon sens (pas de travaux de voirie sans fourreaux, formation de poseurs de fibre etc… )


Une politique d’aménagement numérique du territoire aurait pu s’appuyer sur deux atouts de notre pays : premier fabricant de fibre optique européen ….et important espace rural.

Le numérique était une chance historique pour participer, dans une logique de développement durable, à un certain rééquilibrage de la population pour perrmettre à des citadins en mal de campagne (de plus en plus nombreux) de choisir le coin de territoire où ils souhaitent vivre…et travailler …dans des campagnes « intelligentes », c’est à dire des campagnes que l’on aurait fibrées en priorité compte tenu de la vétusté de leur réseau de cuivre, contrairement aux grandes agglomérations. C’est le contraire qui a été fait.  Il n’est donc pas question aujourd’hui de faire payer aux ruraux des erreurs de stratégie que les belles paroles ne suffiront pas à cacher !

Coup de chapeau !

Usages : Coup de chapeau au président Macron pour son engagement numérique tant français ( plateformisation de l’Etat, intelligence artificielle, télémédecine, tpe/pme …) qu’européen (seul niveau pertinent pour concurrencer les géants américains et asiatiques)

Infrastructures : Coup de chapeau aux députés Eric Bothorel et Laure de la Raudière qui ,dans leur rapport flash Très haut débit publié le 27 septembre, demandent que l’ensemble des logements soient connectés en fibre d’ici 2025…. de quoi suivre la « Gigabit Society » voulue par la Commission européenne….. « Dans ce rapport, Mme Laure de La Raudière et M. Éric Bothorel mettent en avant le risque que des solutions technologiques transitoires ne finissent par devenir une réalité pérenne pour une partie des citoyens, pour lesquels l’arrivée de la fibre optique deviendrait illusoire.Cette situation ne serait pas acceptable dès lors que les besoins en très haut débit – à qualité de service identique – sont les mêmes quels que soient les territoires. Il faut désormais que l’État garantisse que la fibre optique sera bien accessible à 100 % des Français à l’horizon de 2025 »

Pour les co-auteurs du rapport « La France a été capable d’amener l’eau potable et l’électricité partout. En 2017, si nous ne sommes pas capables de raccorder tout le pays en fibre en huit ans, je veux bien des explications. Nous ne partons pas d’une feuille blanche » Aucun des nombreux acteurs publics et privés auditionnés depuis juillet n’avait d’argument concret contre cet objectif. Des 20 propositions du rapport, toutes pertinentes, je me permets de focaliser sur la 1 ( tous les français fibrés en 2025) la 7 (transparence des déploiements de réseaux) et la 20 ( nécessite d’une contrepartie réglementaire aux nouveaux engagements)

Certains s’étonneront peut-être qu’il faille attendre 2025 pour être enfin égaux dans l’accès à une société numérique dont on nous dit par ailleurs, à juste titre, qu’elle va tout transformer ?

Nous ne reviendrons pas sur les absurdités qui ont conduit à un tel retard et nous contenterons d’appuyer les propositions du rapport des deux députés tout en y ajoutant un codicille : inscrire un droit à la fibre dans la loi et acter l’extinction du réseau cuivre en 2025 .

Pour la nième fois je me permets de répéter que l’avenir de la France repose sur deux piliers : des agglomérations compétitives ET des campagnes intelligentes. On a parfois posé la question de savoir ce que le très haut débit pourrait rapporter à la ruralité mais on n’a jamais « retourné »cette question  : que pourraient apporter à la France et aux Français des territoires ruraux en très haut débit ? Il est plus que temps de poser cette question simple…..et d’y répondre ! Les ruraux ne supporteront plus d’entendre que l’objectif fibre pour tous en 2025 est inatteignable. Qu’on se le dise !

Auxillac le 29 septembre 2017

Pierre Ygrié

—————————————————————————

Rapport flash sur le très haut débit : http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/rap-info/i0213/(index)/rapports-information

Dernière modification le jeudi, 07 décembre 2017
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.