fil-educavox-color1

 Forum Educavox 15 juin Bordeaux - Les inscriptions sont ouvertes

Parti du constat que les élèves de mon collège ont du mal à rédiger un paragraphe en 4ème, je me suis mis en tête de les faire progresser.
Les années précédentes, j’ai d’abord fait rédiger les paragraphes des élèves sur un transparent pour les rétro-projeter. 
Cela n’a pas fonctionné. J’ai ensuite pris en photo leurs productions sur leurs cahiers pour les transférer sur mon ordinateur et les vidéo-projeter. Même si le résultats était meilleur, cela n’a pas trop fonctionné (photo sombre, fautes d’orthographe trop nombreuses, écriture illisible, impossibilité de rajouter ou d’enlever du texte).
D’une manière plus générale, les points négatifs de leurs rédactions (analyse en fin d’exercice ou dans un contrôle) :
  • Faire des phrases trop longues et déstructurées, des phrases fourre-tout.

  • Oublier les exemples vus en classe ou ne pas les détailler.

  • Ne pas connaître assez bien leur leçon pour en faire un paragraphe.

  • Ne pas mettre en rapport ce qu’ils écrivent avec la question demandée.

  • Ne pas utiliser les mots-clés du cours.

A cela j’ajoute des éléments qui me semblent bloquants pour un adolescent qui essaie de rédiger :
  • La peur de la feuille blanche.

  • Les difficultés d’organisation des idées.

Et des savoirs et méthodes disciplinaires :
  • Le statut de la question et de la problématique en HG.

  • L’utilisation de méthodes d’analyses apprises en cours.

Bien souvent, pour aider mes élèves à "entrer" dans leur paragraphe, je leur proposais la première phrase (exemple : On peut dire que Léonard de Vinci est un artiste de la Renaissance car..."). J’y vois plusieurs soucis :
  • Les élèves ont du mal à rédiger au delà de la première phrase. Je ne les fais donc pas progresser, je propose un palliatif qu’ils n’arrivent pas à appliquer par eux-mêmes.

  • Ceci est dû au fait que je leur demande une démonstration qui commence par la conclusion pour eux (qui s’apparente à la démarche déductive alors que l’étude de cas en HG est inductive). C’est donc ma phrase d’introduction qui est en décalage avec la structuration de leur discours. Pourtant, la méthode inductive est difficile à mettre en place car elle demande aux élèves un effort de conceptualisation (effort valable même pour une simple formalisation des réponses à l’exercice précédent).

Avec les tablettes, j’ai mis en place le "parcours questions" et cela fonctionne bien mieux.
Avantages de la tablette :
  • Mobilité et maniabilité (avantage par rapport à l’ordinateur).

  • Ecriture formatée et lisible pour tous les élèves.

  • Possibilité de modification du texte par quelqu’un d’autre que l’auteur principal.

  • Partage de fichiers simple et rapide : entre les élèves et le professeur mais aussi entre les élèves eux-mêmes (ici aussi, avantage par rapport à l’ordinateur, pas de clé usb, simplement un QR code à scanner).

Plus-value pédagogique :
  • Amener les élèves à réfléchir au statut de la question, primordial en Histoire Géographie.

  • Amener les élèves à partager les productions et à discuter des conditions d’élaboration de celles-ci.

  • Aboutir à de meilleurs paragraphes pour synthétiser des connaissances.

  • Favoriser l’autonomie des élèves et la prise d’initiative.

  • Pour les élèves n’ayant pas appris leur leçon, une méthode permettant de "tirer les fils" de leurs connaissances et ainsi retrouver petit à petit la situation où ils étaient acteurs, le moment où ils ont posé les questions (et si ils peuvent aussi se souvenir des questions posées par leurs voisins ^^).

Déroulement de l’activité :
L’apprentissage se déroule progressivement.
 
Lors des 5 premières séances :
Premièrement, après avoir dégagé ensemble 5 questions principales réutilisables pour presque tous les documents (qui/quand/où/pourquoi/comment), les élèves sont amenés à décrypter un document à l’aide de questions qu’ils posent eux-mêmes en les rédigeant sur la tablette (au début : 10 minutes pour 5 questions). La consigne étant : "posez 1 seule question par grand type" (dans les exemples suivants, cette règle n’est pas respectée car cette consigne est complexe pour des élèves de 4ème). Une fois ces 10 minutes écoulées, ils donnent la tablette à leur voisin, qui répond aux questions directement sur la tablette. Je passe ensuite récupérer des productions, j’en diffuse quelques-unes au tableau. A l’oral, nous nous interrogeons sur la pertinence des questions, la formulation, les réponses etc.
Le niveau des premières questions est assez faible mais la répétition de l’exercice ainsi que le fait de réfléchir aux autres questions posées (ils voient celles de leurs voisins ainsi que les 4 ou 5 autres que je diffuse au tableau) les fait rapidement progresser.
 
Les 5 séances suivantes :
Les élèves posent maintenant autant de questions qu’ils le veulent en 5 minutes (généralement ils arrivent à en poser 5 ou 6, j’ai réduit le temps afin de les recentrer sur l’objet d’étude mais ce choix est peut-être discutable) et toujours au moins une par grand type. Ils passent la tablette au voisin, qui doit répondre sous la forme d’un paragraphe en répondant aux questions et en "collant" les réponses (exercice sur le cahier pour l’instant). J’ai pu constater l’efficacité de ce dispositif en passant dans les rangs : si les questions sont mal posées, les élèves discutent pour résoudre ce problème. Si les questions sont correctes, le paragraphe, bien que souvent incomplet (ils ont eu moins de temps pour rédiger les questions), est écrit de manière simple, claire et lisible. Lorsque les élèves ne sont pas satisfaits, ils prennent les questions sur la tablette d’un autre voisin afin de compléter leur paragraphe. Les paragraphes sont ainsi plus précis, regorgent de détails et d’exemples. Les élèves ne sont ni bloqués par la "feuille blanche" ni par le mot "paragraphe".
 
Ensuite :
Je n’ai pas encore testé ce dispositif mais voici ce que je projette de faire : ne plus poser de question à propos d’un document mais plutôt à propos d’une leçon apprise ou d’un concept découvert en classe afin de se rapprocher des attentes du brevet des collèges. Je souhaite aussi multiplier les questions dans un laps de temps relativement court (10 min max ?). Enfin les élèves rédigeraient leur paragraphe sur la tablette afin de le partager et de le modifier facilement. Une fois épuisées les questions d’un camarade, la consigne sera de changer encore de tablette afin de compléter et d’enrichir la rédaction. A terme, chaque élève gardera sa tablette mais récupèrera les questions de ses camarades grâce au transfert de fichiers (avec l’application Superbeam le fichier est transmis via un QR code à scanner, avec le wifi direct ou le bluetooth le fichier est transmis directement sur l’autre tablette).
 
Constatations :
  • Bien entendu les questions pourquoi et comment sont les plus difficiles à formuler parmi les 5 grands types (qui quand où pourquoi comment). Il est très courant que les élèves formulent 3 questions (qui quand où) et par facilité essaient d’en poser d’autres avec les mêmes questions. J’insiste toujours : 1 question de chaque type avant de passer à deux questions "qui" (le but n’est pas de rédiger des paragraphes superficiels même si l’apprentissage est progressif). Il est intéressant de noter que nous avons pu aborder en classe des questions concernant la formulation d’une problématique, des différences de nature entre les différents mots interrogatifs etc.

  • Poser des questions à un document iconoraphique est au final assez simple pour les élèves mais se révèle efficace en vue d’une description.

  • La question comment est particulièrement intéressante avec ce type de document car les élèves posent souvent la question de la technique de production ("comment l’auteur a-t-il représenté les montagnes à l’arrière plan de la Joconde ?").

  • Dans ce travail les élèves apprennent en étant acteurs (ils posent les questions au document) mais aussi en partageant (lecture des questions des autres élèves et réponses à des questions qui ne sont pas les leurs).

  • La phase d’échange de tablettes est très fructueuse sur le plan des apprentissages. Ici je n’ai ni photo ni vidéo à vous montrer, mais il faudrait voir comment les élèves manipulent la tablette (ils la tournent vers leurs camarades, la prennent à témoin... Je n’ai jamais vu une telle utilisation avec un simple ordinateur). Ils interrogent leurs camarades (et non plus le professeur) sur la formulation des questions, leur signification, débattent afin de savoir si la réponse se trouve réellement dans le document ou non. C’est la phase la plus intéressante selon moi. Je souris intérieurement lorsqu’un élève, déçu, s’exclame "mais elle veut rien dire ta question", "je comprends pas ce que tu veux dire" ou "mais je ne peux pas répondre à la question, la réponse est pas dans le document". Allez-y mes petits, réfléchissez...

Eléments de conclusion :
Si dans un premier temps la difficulté et le caractère peu conventionnel de l’exercice ont "fait sortir" quelques élèves de la matière étudiée, la plus value est maintenant très claire pour moi. Peu d’élèves posent encore des questions sans intérêt ou auxquelles le document de répond pas (5 sur 90 ?) et le travail de groupe est très constructif.
Au final, si cette activité est nouvelle et me semble intéressante, c’est bien la technologie qui a permis de l’imaginer et de la mettre en place. Le transfert instantané de fichier, l’affichage de plusieurs productions d’élèves au tableau, le fait de pouvoir modifier une question si elle est mal rédigée, d’y repondre directement sur la tablette en personnalisant sa réponse, l’intégration "naturelle" en tant qu’outil de travail mobile (au contraire de l’ordinateur) sont des qualités indéniables. J’y reviendrai dans un billet futur.
Nicolas Bertos

Dernière modification le mercredi, 04 février 2015
Bertos Nicolas

Prof d’Histoire-Géo en collège. Passionné de numérique et de pédagogie.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.