fil-educavox-color1

Article publié par Marc Dennery sur C-Campus

Jusqu’à un passé récent, la valeur d’usage de la formation résidait essentiellement dans l’accroissement de compétence. Pour l’entreprise, ce « plus » de compétence était synonyme d’efficacité et par conséquent de compétitivité. Pour le salarié, c’était davantage d’aisance dans son travail, c’est-à-dire moins de stress et de difficultés professionnelles.

Rarement cela se traduisait par un accroissement de qualification, et par conséquent en davantage de promotion et de rémunération. Dans un marché du travail dominé par le CDI, la formation se monnayait faiblement. L’entreprise prenait en charge directement, ou indirectement via son OPCA, les coûts de formation, mais elle voulait rester mettre de sa politique de promotion et de rémunération.

« Oui, mais ça, c’était avant ! » comme dit la publicité. Deux transformations profondes sont en train de faire évoluer la valeur d’usage de la formation. D’un simple « plus » de compétences et de performances, elle va devenir le sésame pour exercer son activité, que l’on se situe à la place du salarié comme de l’entreprise.

Fin du salariat stable et besoin accru de lisibilité des compétences

Article publié sur le site : C-Campus
Auteur : Marc Dennery

Dernière modification le mardi, 14 novembre 2017
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.