fil-educavox-color1

Dans moins de dix ans, les objets connectés communiquant entre eux sur la planète se compteront par centaines de milliards. Mais quelle sera leur utilité réelle ? Réponse avec Philippe Ménard, directeur de la Cité de l'objet connecté, à Angers, première structure entièrement consacrée au secteur à avoir vu le jour en Europe.

L'Internet des objets (IoT), c'est une vraie révolution qui se dessine ou juste un effet de mode ?


Philippe Ménard : Les investisseurs qui viennent nous voir à la Cité de l'objet connecté me posent souvent cette question. À savoir, si la vague IoT est aussi fulgurante et importante qu'on le dit. Selon moi, nous faisons aujourd'hui face à une révolution du même ordre que celle d'Internet dans les années 1980. À cette époque, on avait décidé de connecter entre eux quelques ordinateurs et certains considéraient cela aussi comme un effet de manche. Ils en cherchaient l'intérêt ou l'utilité possible. Puis, rapidement, l'ensemble des ordinateurs de la planète s'est mis à communiquer et le monde a commencé à évoluer radicalement. Les usages apparus étaient inimaginables aux débuts d'Internet. Aujourd'hui, les modes de vie et de communication, la façon d'acheter ou de voyager, tout a changé. Et maintenant on annonce que tous les objets du quotidien, du vêtement (wearable) au meuble, vont être instrumentés. On va les doter d'intelligence, les équiper de capteurs, leur mettre une radio. Et ils se retrouveront connectés au monde, aux autres objets, mais aussi aux humains et, ainsi, produiront de nouveaux usages. On ne peut même pas imaginer aujourd'hui l'étendue de l'impact que vont avoir demain les objets connectés. 

Tous les secteurs seront-ils concernés ?


P.M : Selon moi, il faut oublier le côté un peu « bling-bling » des objets connectés des deux ou trois dernières années, comme la montre, la brosse à dents, tous ces gadgets. Il faut s'imaginer que l'ensemble des objets qui seront construits à l'avenir, on va les rendre intelligents, « smart ». Donc, oui, tous les secteurs seront touchés. L'IoT va remonter sur Internet une masse de données considérable. Il va falloir analyser ces datas, les relier les unes aux autres, et en tirer quelque chose, comme de nouveaux usages. On va pouvoir apporter par exemple du « fun » aux gens, mais aussi de la sécurité aux personnes âgées. Les mêmes capteurs sur différents objets produiront des usages complètement différents, en fonction des algorithmes qui seront développés pour les chapeauter. 

On annonce de grandes opportunités dans le monde de la santé. Peut-on dire que, demain, les wearables, ces objets connectés portables, pourront sauver des vies ?

La suite de l'article publié sur le site : http://lesclesdedemain.lemonde.fr/point-de-vue-influenceur/-oui-les-wearables-pourront-sauver-des-vies-_a-94-5601.html
Auteur : Philippe Ménard

Dernière modification le mardi, 12 avril 2016
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.