fil-educavox-color1

Les derniers chiffres de l’aide font apparaître un nouveau fléchissement du soutien à l’éducation

Selon les dernières estimations du Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM) de l’UNESCO, la baisse de l’aide à l’éducation a atteint presque 600 millions de dollars des États-Unis, soit 4 %, entre 2013 et 2014. La part de l’aide totale allouée à l’éducation a également diminué, passant de 9,5 % à 8,2 %, ce qui indique que le secteur recule encore dans la liste de priorités des donateurs.

L’aide à l’éducation de base, qui pourvoit à l’éducation préprimaire et primaire et aux compétences de base nécessaires à la vie, a baissé de 5 % depuis 2013, un recul encore plus important que pour l’éducation dans son ensemble. Et cela à un moment où le nombre d’enfants non scolarisés dans l’enseignement primaire est en hausse et atteint 59 millions, selon les dernières estimations de l’Institut destatistique de l’UNESCO.

Le Rapport mondial de suivi sur l’éducation a précédemment calculé que l’aide à l’éducation devrait être multipliée par six, au bas mot, pour combler le déficit financier annuel de39 milliards de dollars des États-Unis et atteindre l’objectif mondial de 12 ans d’éducation de qualité pour tous d’ici à 2030. Pourtant, il ressort des dernières analyses que, loin d’augmenter, le niveau de l’aide allouée au secteur est de 8 % inférieur à ce qu’il était en 2010.  Pour combler le déficit restant et atteindre l’objectif visé, ce niveau devrait actuellement être sept fois supérieur.

Selon Aaron Benavot, Directeur du Rapport GEM de l’UNESCO :

« Il est décourageant de voir que l’aide internationale à l’éducation va totalement dans le mauvais sens. Cela va rendre les progrès très difficiles, voire impossibles, pour de nombreux pays qui continuent de dépendre du soutien financier des donateurs. Or les premières estimations des flux d’aide pour 2015 n’incitent guère à l’optimisme. »

L’aide à l’éducation continue de ne pas aller là où elle est le plus nécessaire.

Une part plus faible de l’aide à l’éducation de base est allouée aux pays les plus pauvres, où les besoins sont les plus grands, soit une baisse d’un sixième par rapport aux niveaux atteints en 2002-2003.

La part de l’aide totale à l’éducation de base allouée aux pays d’Afrique subsaharienne a reculé de 49 % en 2002-2003 à 28 % en 2014, bien que la région représente plus de la moitié du total des enfants non scolarisés.

Entre 2013 et 2014, quatre donateurs, l’Espagne, la France, le Japon et les Pays-Bas, ont réduit leur aide à l’éducation de base d’environ 40 % ou plus. Le Royaume-Uni a réduit cette aide d’environ 21 %, soit une baisse de près du double de l’aide totale du pays à l’éducation, et n’est plus le plus important donateur bilatéral. Ce rang est désormais occupé par les États-Unis, qui ont augmenté leur aide à l’éducation de base d’environ 164 millions de dollars, soit 23 %.

Le montant de l’aide par enfant n’est pas non plus proportionnel aux besoins. À titre d’exemple, en Mongolie, chaque enfant reçoit en moyenne 45 dollars, alors que le pays affichait en 2010 un taux d’achèvement de l’école primaire de 97 %. À l’inverse le Tchad, où le taux d’achèvement de l’école primaire était de 28 % en 2010, a reçu 3 dollars par enfant en âge d’être scolarisé dans le primaire en 2014.

« Les gouvernements du monde entier viennent d’approuver un projet extrêmement ambitieux et prometteur relatif à l’éducation et l’apprentissage tout au long de la vie pour les quinze prochaines années, un programme qu’ils savent essentiel s’ils veulent parvenir à réaliser des ambitions encore plus grandes pour le développement durable d’ici à 2030. Pensez-vous qu’un tel programme puisse être mené à bien en l’absence de financements suffisants pour faire le travail ? », poursuit Aaron Benavot.

Rejoignez la conversation en ligne @GEMReport / #FundSDG4

* Développé par une équipe indépendante et publié par l’UNESCO, le Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM) est une référence qui fait autorité et dont l’objet est d’informer, suivre, influencer et soutenir un véritable engagement en faveur de l’Objectif de développement durable 4 relatif à l’éducation et ses cibles correspondantes. Il remplace le Rapport mondial UNESCO de suivi sur l’EPT (GMR).

Site Web/ World Education Blog / Educacion Mundial Blog

Dernière modification le vendredi, 08 décembre 2017
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.