fil-educavox-color1

L’École contribue au projet d’une société de l’information et de la communication pour tous en initiant, en partenariat avec les collectivités et différents acteurs, des actions pour généraliser les usages et développer les ressources numériques pour l’éducation. Elle forme les élèves à maîtriser ces outils numériques et prépare le futur citoyen à vivre dans une société dont l’environnement technologique évolue constamment. 
 
 
Nous répondrons à plusieurs questions : Où en est aujourd’hui l’exploitation du numérique au sein du milieu scolaire ? Par quoi cela se traduit-il ? Quelle est le rôle de notre intervenant dans tout ça ?
 
I) Historique rapide de l’entrée du numérique au sein de l’Ecole
 
L’entrée du numérique s’est officialisée en 2010 par le biais du plan de développement des usages du numérique à l’Ecole proposé par le gouvernement, et s’est vu affirmée par le biais de la stratégie proposée par Vincent Peillon en décembre 2012, basée sur deux points centraux :
  • Proposer une stratégie globale et partenariale afin d’inscrire effectivement et durablement l’Ecole dans l’ère du numérique
  • Proposer de nouveaux services aux enseignants, ainsi qu’aux élèves et parents, et cela dès la rentrée 2013
 
II) Conséquences de l’entrée du numérique au sein de l’Ecole
 
Concrètement, cela s’est traduit par une généralisation des espaces numériques de travail (ENT), qui sont un ensemble de services numériques proposés à l’établissement scolaire et à sa communauté éducative sous forme de portail web unique et sécurisé. Ces services passent par lanumérisation de la vie scolaire (notes, absences, emplois du temps, agendas, etc.), de lacommunication (messagerie, informations des personnels et des familles), ainsi que de lapédagogie (cahier de texte numérique, espaces de travail et de stockage communs aux élèves et aux enseignants, outils collaboratifs, blogs, forum, etc.)
 
Les tablettes tactiles ont aussi fait leur apparition dans les salles de classe ouvrant ainsi de nouvelles perspectives pédagogiques.
Plusieurs collectivités territoriales ont ainsi vu leurs collèges et lycées dotés de tablettes, afin d’en expérimenter l’usage scolaire. On peut notamment citer celles de Bordeaux, de Créteil et de Grenoble, qui ont lancé une expérimentation en 2012.
Enfin c’est au tour des jeux sérieux de se voir considérer comme nouveaux supports d’apprentissage. Ainsi plusieurs académies, comme Créteil ou Aix-Marseille, se sont engagées, avec le soutien du ministère, dans l’expérimentation d’utilisation de jeux sérieux en classe afin d’en mesurer l’apport pédagogique. Un retour d’analyse est en cours.
 
III) Moyens mis en œuvre
 
Actuellement, le ministère mène une politique de soutien au développement et à la diffusion de ressources numériques pédagogiques. 
Les différents leviers de cette politique de soutien sont :
 
  • La mise en place de partenariats institutionnels autour de projets numériques d’envergure nationale (lesite.tv avec France 5, edugéo avec l’institut géographique national, les dossiers pédagogiques classes.BnF, etc.)
Ainsi que des partenariats entre les académies et les collectivités territoriales afin de déployer les ENT. Si bien que toutes les académies sont engagées dans au moins un projet ENT, à des stades différents : généralisation, expérimentation ou encore étude préalable ; si bien que près de 6 000 collèges et lycées devraient en disposer en 2014
  • Le dispositif de soutien à la production et d’aide à la diffusion de contenus numériques pour l’enseignement (aide aux projets et labellisation "Reconnu d’Intérêt Pédagogique")
  • La mise en œuvre de la stratégie numérique, en particulier les volets prévoyant la mise à disposition des enseignants et de leurs élèves de ressources pédagogiques qui faciliteront le développement des usages du numérique à l’École
  • La formation des enseignements au numérique par le biais de l’acquisition du certificat informatique et internet de niveau 2 "enseignant", attestées dans le cadre du master (C2i2e).
 
 
IV) Le cas de notre intervenant
 
L’atelier auquel nous avons assisté lors des Boussoles du numérique à Cenon, était dirigé par Emmanuel Page actuellement Professeur des Ecoles ainsi que Conseiller Pédagogique en TICE, et en science à Floirac. En effet, en plus de son métier de professeur des écoles, il joue aussi le rôle d’intervenant auprès d’autres professeurs des écoles dans le but de les initier à l’utilisation des nouvelles technologies à des fins pédagogiques. 
Son intervention aux boussoles du numérique avait pour but de nous présenter une enquête pédagogique testée dans le milieu scolaire, ayant recours aux nouvelles technologies, ainsi que les bénéfices de celle-ci.
 
Cette enquête se basait sur le roman Le Parfum de la Dame en Noir et avait pour but, par le biais de l’investigation de pousser les élèves à utiliser les technologies numériques, à savoir les vidéos interactives, l’écoute de matériel audio, la lecture et l’envoi de mail, ect, afin de les faire travailler en groupe sur des matières plus classiques telles que la grammaire ou l’orthographe.
 
Le principal avantage de cette méthode est, selon Emmanuel Page, de permettre de capter l’attention de l’élève. En effet, l’enquête apporte un aspect plus ludique, attirant pour les élèves, que l’on ne retrouve pas dans l’enseignement traditionnel. Cette méthode d’enseignement permet aussi aux enseignants de faire de la prévention en abordant avec les élèves les questions gravitant autour de l’emploi raisonné du numérique, et des nouvelles technologies dans la vie de tous les jours.
 
Malgré les avantages que représentent l’emploi du numérique de manière pédagogique, de nombreux enseignants ne disposent pas des connaissances et des moyens nécessaires afin de mettre en œuvre ce genre de projet, et beaucoup se montrent encore retissant à l’idée de l’utiliser. Pour ce faire il est nécessaire, selon Emmanuel Page, d’instaurer avec les enseignants un dialogue à propos du numérique, et de mettre en œuvre tous les moyens possibles afin d’amorcer au mieux la transition numérique au sein des écoles.
 
Ecrit par Audrey, David, Adrien, Zélie, Simon
Dernière modification le mercredi, 04 janvier 2017
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.