fil-educavox-color1

Que manque-t-il à nos écoles? Nous ne le savons que trop: la sérénité à tous les étages, plus de confort, des personnels mieux formés et mieux rémunérés, du temps pour chaque élève, des horaires bien conçus, de la confiance, de l'attention, de la fluidité dans les relations. La liste est longue des améliorations à apporter, bien sûr, mais, qu'est-ce-qui manque le plus?

Le podcast

 

 

L'autorité diront certains, des moyens exigeront les autres. Personne n'oserait contester ces deux réponses. Comment en effet ne pas voir que, plus la société va mal, et plus l'école à besoin de moyens de tous ordres et de structures auxiliaires pour affronter des carences, nées pour l'essentiel, hors de ses murs.

Essayons une réponse plus difficile: ce qui manque le plus à nos écoles, c'est la parole. Constat paradoxal n'est-ce-pas?

N'y a-t-il pas justement un excès de paroles dans tous les sens, des enseignants aux élèves, des cadres et experts en tous genres aux enseignants, sans oublier la parole ministérielle plus forte ces derniers temps? Sans doute, mais ce qui domine, c'est le bruit !!!

L'école ne dit à peu près rien à nos jeunes, rien sur ce qu'elle entend leur apporter, rien de la logique qui préside aux enseignements si ce n'est ce message "Tu es capable, tu n'es pas capable !!!"

Il n'y a pas si longtemps, on parlait "d'aider les élèves à construire leur propre savoir", "d'apprendre à apprendre", de les initier à la citoyenneté mais c'était le discours  de l'institution plutôt qu'un message aux intéressés. Mais les temps ont changé!!

Ce qui manque aujourd'hui, c'est une parole d'accompagnement.

Quelle doctrine pourrait unifier l'école de notre époque, de quelle vérité pourrait-elle se prévaloir? Des questions se posent pourtant sur ce qu'il convient de dire chaque jour aux élèves, à leurs parents, comme sur la régulation des comportements, la justice dans l'institution scolaire, la parole enseignante, l'ajustement des pédagogies, le bon usage du numérique, la dimension culturelle de la formation scolaire. Question philosophique direz-vous?

Sans doute. Il est temps que l'ensemble de la communauté éducative s'en empare et peut-être alors notre école commencerait-elle à changer !

Dernière modification le jeudi, 06 décembre 2018
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à Radio 4 en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur. Pour retrouver les chroniques sur http://www.radio4.fr/radio rubrique "Magazine", puis "Paroles".

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.