fil-educavox-color1

Le bac serait-il donné à tout le monde? Serait-il à ce point dévalorisé? Je ne le crois pas. De nombreux élèves malheureusement, entre 10 et 20% environ en fonction des séries échouent à cet examen et feraient même l'objet d'une certaine forme de mépris en s'avérant incapables d'obtenir ce précieux sésame. Selon l'adage "la réussite des uns doit nécessairement entrainer l'échec des autres." 

C'est ce que l'on appelle la constante macabre qui, bizarrement ne touche pas le baccalauréat. En effet, les questions posées à cette épreuve sont classiques, analogues à celles traitées en cours ce qui permet à des élèves assidus d'obtenir des résultats convenables.

Il y aurait donc un décalage entre les évaluations réalisées en classe et la conception du baccalauréat. Ce qui est anormal ce ne sont donc pas les épreuves mais la préparation, toujours empreinte d'un esprit de constante macabre.

Que les élitistes, les amateurs de statistiques se rassurent. Après le bac les élèves seront confrontés à des concours pour accéder à une qualification professionnelle. Ce sera une toute autre histoire!!!

Dernière modification le vendredi, 29 juillet 2016
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à Radio 4 en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur. Pour retrouver les chroniques sur http://www.radio4.fr/radio rubrique "Magazine", puis "Paroles".

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.